1.         Réserve naturelle intégrale du mont Nimba (Côte d'Ivoire,Guinée) (N 155bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1981

Critères  (ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1992-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/155/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-2002)
Montant total approuvé : 435 222 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/155/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Agriculture ; exploitation forestière ; exploitation minière et gazière, prospection ; braconnage ; absence de techniques de conservation, de mécanisme de gestion, de système de suivi, de ressources humaines et financières, de coordination institutionnelle ; conflit armé ; troubles civils. 

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/155/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2004

Dans la partie guinéenne du bien, le programme de neuf ans du PNUD, financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM), intitulé  « Conservation de la biodiversité des monts Nimba par une gestion intégrée et participative » sera lancé en 2004. Ce projet soutiendra et renforcera les efforts de conservation engagés dans l’ensemble de la Réserve de la biosphère des monts Nimba, qui englobe le bien du patrimoine mondial du mont Nimba. A l’appui du programme, une initiative pour comprendre les habitudes de chasse, ainsi que leur dynamique et leurs impacts sur le bien du patrimoine mondial, a reçu l’aval du Comité néerlandais pour l’UICN et bénéficiera à ce titre d’une aide financière. Géré par deux ONG, Sylvatrop et Fauna & Flora International (FFI), en collaboration étroite avec les autorités guinéennes, ce projet permettra aux villages et aux chasseurs locaux de prendre conscience du problème de la chasse abusive là où elle existe et de trouver des solutions pour gérer la faune de façon durable. Par ailleurs, la recherche sur les primates et les campagnes de sensibilisation à l’environnement se poursuit à l’Institut de recherche environnementale de Bossou, avec le soutien de l’Institut de recherche sur les primates de l’Université de Kyoto, l’Université de Stirling et le US Fish & Wildlife Service. Dans le cadre de ce projet, des efforts sont toujours en cours pour établir un corridor forestier entre le bien du patrimoine mondial et les collines de Bossou, afin de permettre les déplacements de chimpanzés entre les deux sites. Le nouveau projet d’assistance d’urgence aux biens du patrimoine mondial naturel dans le besoin, qui a été approuvé en 2003 par la Fondation des Nations Unies et sera mis en œuvre par l’intermédiaire du Centre et de FFI, prévoit l’affectation de fonds au bien.

 

En ce qui concerne la question des réfugiés, un rapport établi à la demande de FFI et publié en juillet 2003 sous le titre Evaluation de l’impact des activités des réfugiés sur la réserve de la biosphère du mont Nimba indique que la chaîne de montagnes du mont Nimba accueille un grand nombre de réfugiés qui ont augmenté considérablement l’importance en nombre de la population locale dans les zones tampons et de transition de la Réserve naturelle intégrale du mont Nimba. Mais grâce au relogement rapide des réfugiés dans des camps éloignés du bien, les impacts négatifs sur le site du mont Nimba ont pu être limités.

 

Le Centre et l’UICN ont appris que fin 2003 le consortium EuroNimba avait repris possession de la principale station de prospection de l’enclave minière du bien du patrimoine mondial, en prévision du redémarrage des études de prospection, notamment la collecte d’informations environnementales de base.

 

Malgré la cessation des hostilités, la sécurité reste fragile dans la partie du bien située en Côte d’Ivoire. L’Union européenne est en train de prendre des mesures pour relancer son « Programme transitoire », apportant son aide aux autorités concernées de la Direction de la protection de la nature en Côte d’Ivoire par l’intermédiaire de Conservation International (CI).

 

Du fait de l’insécurité, la collaboration transfrontalière n’a pas progressé depuis la réunion entre la Côte d’Ivoire, la Guinée et le Liberia à N'Zérékoré en février 2002.  Toutefois, le Centre a reçu le 20 avril 2004 une demande d’assistance internationale de la part du Gouvernement libérien pour la préparation d’une liste indicative. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 28 COM 15A.5

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Recommande aux États parties (Côte d’Ivoire, Guinée et Liberia) de donner suite aux décisions et recommandations de la réunion de N’Zérékoré (12-15 février 2002) pour développer la coopération transfrontalière, et de tenir le Centre du patrimoine mondial informé des progrès accomplis ;

2. Demande à la Guinée de fournir des informations plus détaillées sur le redémarrage prévu des études de prospection dans l’enclave d’exploitation minière dont les droits de concession ont été acquis par le consortium
Euronimba, notamment des informations concernant ses impacts potentiels sur l’intégrité du bien ;

3. Demande à la Côte d’Ivoire et à la Guinée de soumettre d’ici le 1er février 2005 un rapport concernant l’impact des hostilités sur l’état de conservation du bien pour examen par le Comité à sa 29e session en 2005 ;

4. Invite le Libéria à évaluer la faisabilité d’avoir la Côte d’Ivoire et la Guinée étendre la limite du site à la frontière du Libéria dans le cadre de la préparation d’une liste indicative des biens susceptibles d’être proposés pour inscription sur la Liste du patrimoine mondial ;

5. Décide de maintenir la Réserve naturelle intégrale du mont Nimba sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 28 COM 15C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l’examen des rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-04/28.COM/15A Rev),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :