1.         Vieille ville de Salamanque (Espagne) (C 381rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1988

Critères  (i)(ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/381/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/381/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission de l’ICOMOS en 2002

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Pression du développement urbain 

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/381/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

La municipalité de Salamanque a fourni le 25 février 2005 une abondante documentation en espagnol. Le rapport présente de façon détaillée les modifications apportées au Plan Especial à l’intérieur des limites du site du patrimoine mondial, avec des rapports, plans et projets officiels supplémentaires. Mais les modifications apportées à la parcelle des Adoratrices ne sont étayées que par une lettre d’une page de la Caja de Duero faisant état de la décision de reporter la construction de l’auditorium en attendant l’approbation du nouveau Plan général. L’ICOMOS a fait valoir que le Plan General de Ordenación Urbana del Municipio de Salamanca. Revisión-Adaptación 2004 prenait en compte les 26 modifications approuvées au cours des deux dernières décennies (dont douze ont été apportées à l’intérieur des limites du site du patrimoine mondial), ce qui renforce leur légalité et légitime en fin de compte un certain nombre d’interventions majeures qui ont un impact négatif.

Le document reconnaît en outre que les limites du bien du patrimoine mondial ont déjà été réduites et presque fragmentées, comparées au tissu historique regroupé, car elles excluent les zones qui subissent d’importantes modifications. La limite du centre historique de Salamanque a été fixée en 1989. Le plan soumis, qui a pour objet de donner des informations détaillées sur le centre historique, indique que le Plan Especial de Protección y Reforma Interior del Recinto Universitario y Zona Histórica-Artística, en vigueur depuis 1984, satisfait 90 % des objectifs d’urbanisme, de construction et d’équilibre fonctionnel. De nouveaux objectifs ont été ajoutés, car on s’est aperçu que la Normativa Edificatoria présentait des lacunes, était vague et trop permissive.

Les autres informations fournies sont notamment les permis accordés jusqu’en 2002, tandis que les dossiers et tableaux associés décrivent le projet d’auditorium sur la parcelle  Huertos de las Adoratrices. Si on laisse de côté le choix fonctionnel, soit en général soit en relation avec les exigences de la zone spécifique en termes d’équipements et de contexte historique, il convient de souligner que ce choix paraît contraire aux Objetivos y criterios de planeamiento. Il risque d’empêcher d’atteindre un juste équilibre entre services et usages d’habitation, de provoquer des problèmes de réseau routier et des embouteillages et de rompre l’équilibre déjà précaire entre espaces bâtis et espaces libres.

Enfin, il convient de signaler qu’il n’y a aucune référence à un quelconque plan de gestion intégré pour le bien du patrimoine mondial dans son ensemble, contrairement à ce qu’a demandé le Comité (28 COM 15 B.98, paragraphe 5).

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 29 COM 7B.86

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7B.Rev,

2. Rappelant la décision 28 COM 15B.98, adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Remercie l'Etat partie de l'Espagne d'avoir soumis un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien ;

4. Regrette que l'Etat partie n'ait pas fourni le plan de gestion intégré qui avait été demandé pour le bien ;

5. Demande à l'Etat partie d'améliorer et de mettre en application une législation pour garantir la protection juridique satisfaisante de la structure et du tissu urbains historiques à l'échelle nationale ;

6. Demande également au Centre du patrimoine mondial et à l'ICOMOS de soumettre un rapport détaillé et actualisé sur la protection juridique et la gestion du bien, pour examen par le Comité à sa 30e session (Vilnius, 2006) ;

7. Demande en outre à l'Etat partie de fournir au Centre du patrimoine mondial un exemplaire du plan de gestion dans le cadre de la documentation du rapport périodique pour l'Europe, Section II, et de soumettre d'ici le 1er février 2007 un rapport d'état d'avancement pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 31e session (2007).