1.         Centre historique de Shakhrisyabz (Ouzbékistan) (C 885)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2000

Critères  (iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/885/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1999-1999)
Montant total approuvé : 15 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/885/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission de suivi effectuée par un expert international (23-29 octobre 2002)

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Absence de plan de conservation et de gestion d’ensemble.

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/885/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

En réponse à la demande formulée par le Comité à sa 28e session (Suzhou, 2004), la Commission nationale de l’Ouzbékistan pour l’UNESCO a présenté un résumé des dispositions du plan de gestion de Shakhrisyabz. Ce document traite tout un ensemble d’aspects institutionnels de la conservation, comme le statut juridique, les organismes concernés, les ressources financières, etc. Les informations fournies sont détaillées et témoignent d’une avancée considérable depuis le classement du bien, en 2000.

L’ICOMOS note, cependant, que l’on peut se demander si ce document (de trois pages plus un tableau de deux pages) constitue véritablement un plan de gestion au sens strict. En effet, il n’est pas indiqué clairement, en dehors de l’identification des administrations régionales et municipales impliquées, comment fonctionne le système de gestion au niveau du site. Il faudrait disposer d’autres informations expliquant comment le cadre de la politique nationale en matière de conservation du patrimoine – à savoir le Programme national « Meros » (Patrimoine) – s’applique en fait au bien du patrimoine mondial via le plan de gestion de Shakhrisyabz. Le plan de gestion lui-même devrait comporter des informations précises sur la structure décisionnelle, l’établissement du budget, le suivi, les activités de conservation/restauration, etc.

Qui plus est, le document de gestion prévisionnelle adressé par l’Etat partie ne fait aucune mention d’une déclaration de valeur, ne comporte aucune description des caractéristiques matérielles qui incarnent la Valeur Universelle Exceptionnelle et doivent être conservées, ni des activités particulières à effectuer pour préserver le bien et en contrôler l’état de conservation.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 29 COM 7B.62

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7B.Rev,

2. Rappelant la décision 28 COM 15B.68, adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Félicite l'État partie de l'Ouzbékistan des progrès réalisés dans la gestion et la protection du bien.;

4. Note qu'il reste à établir un véritable plan de gestion du bien, en se fondant sur les principes énoncés dans les Orientations (2005) ;

5. Demande à l'Etat partie, avec l'assistance du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives, d'établir un plan de gestion d'ensemble spécialement ciblé sur la situation à Shakhrisyabz, clairement fondé sur la valeur universelle exceptionnelle du bien telle qu'elle a été reconnue par le Comité et conformément aux principes énoncés dans les Orientations (2005) (paragraphes 96-119). Ce plan doit inclure une description des caractéristiques matérielles qu'il vise à conserver, des activités spécifiques nécessaires pour protéger ces caractéristiques et des dispositions de suivi de leur état de conservation, ainsi que des détails sur le fonctionnement du système de gestion, notamment d'aspects comme la structure décisionnelle, l'établissement du budget, le suivi, des projets précis de conservation/restauration ;

6. Demande également à l'État partie de présenter au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2006, un rapport d'avancement sur la mise en oeuvre de la recommandation susmentionnée, pour examen par le Comité à sa 30e session (Vilnius, 2006).