1.         Rennell Est (Îles Salomon) (N 854)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1998

Critères  (ix)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/854/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/854/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission conjointe UNESCO/UICN, 25 mars - 12 avril 2005.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/854/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

La mission UNESCO/UICN du 25 mars au 12 avril 2005 a noté que depuis l’inscription, le gouvernement de la Nouvelle-Zélande a lancé des projets d’écotourisme et de développement de petites entreprises, y compris la construction de bungalows, la fourniture de canoës, de moteurs, d’un véhicule, d’une tronçonneuse et les prémices d’une boulangerie, d’un restaurant, d’une production de volailles et de miel. Un plan d’écotourisme et le projet d’un plan de gestion des ressources ont également été produits, le premier couvrant aussi le lagon de  Marovo. Ce programme a été suspendu depuis 2000, essentiellement en raison d’agitations civiles et d’instabilité politique, laissant un certain nombre de projets en suspens. Toutes les autres initiatives qui ont été entamées sont arrêtées. Un projet de 20.000 dollars EU financé par les fonds en dépôt du Japon pour évaluer les valeurs culturelles et de paysages culturels de l’île Rennell a également été annulé depuis 2000 en raison d’agitations civiles.

La mission a examiné les problèmes principaux suivants :

a)  Etat de conservation du bienCadre de gestion : Il a été noté qu’une certaine confusion s’est établie en ce qui concerne le cadre général de gestion et la capacité à l’intérieur du  bien. La démission en 2000 de l’officier du département chargé du projet de patrimoine mondial et le défaut de nomination d’un successeur, ainsi que la confusion quant aux responsabilités relatives du département du Tourisme et du Musée national, ont provoqué une rupture des communications. Les troubles civils qui ont éclaté en juin 2000 ont eu un impact profond sur l’administration et la gestion du bien. Le gouvernement des îles Salomon, ne fonctionnant plus, n’a pu assumer ses responsabilités en matière de patrimoine mondial. Les contacts avec East Rennell ont pratiquement cessé et aucune assistance directe n’a pu être apportée aux propriétaires coutumiers. Le contrôle gouvernemental se rétablit peu à peu et les discussions avec les personnalités officielles pendant la mission ont contribué à remettre les problèmes de conservation à l’ordre du jour du gouvernement. La mission a également noté que l’absence de soutien gouvernemental et de tout avantage tangible provenant du patrimoine mondial pour la majorité des propriétaires coutumiers a provoqué la déception, la confusion et la division dans la communauté, avec des objectifs de gestion divergents. On a noté qu’il n’existe pas de menace immédiate pour l’environnement naturel des terrains, du lac et des mers environnantes. L’utilisation accrue de pirogues à moteur n’a eu jusqu’ici qu’un impact minimal sur la qualité de l’eau du lac. Il y a eu plusieurs cyclones, mais ce sont des événements naturels dont la végétation et la faune indigènes se remettent. Les cyclones ont eu des impacts à court terme graves sur les communautés locales par la destruction de bâtiments et de jardins. On a noté certaines suggestions de développement d’abattage de bois, de plantations forestières, d’exploitations minières et de pêcheries dans le bien ou aux environ, mais aucun de ces projets ne semble probable pour un avenir proche.

b)  Préparation de la législation nationale du patrimoine mondial : Il n’y a eu aucune tentative pour développer le projet de loi nationale de protection du patrimoine mondial ou pour mettre cette législation en place. Une lettre en date du 12 avril 2005 du Directeur du tourisme au Directeur du Centre du patrimoine mondial note que son département collabore désormais avec le Département de l’environnement et de la conservation pour développer cette législation.

c)  Plan de gestion des ressources pour East Rennell : La mission a vérifié qu’aucune avancée spécifique n’a été accompli en ce qui concerne la demande des 27e et 28e sessions du Comité sur les avancées concernant le plan de gestion des ressources. Le projet 1998 de plan de gestion des ressources n’a pas été développé. La lettre mentionnée plus haut du Directeur du Tourisme note que des travaux sont actuellement entrepris pour préparer ce plan. La préparation du plan a également été récemment incluse dans le plan de travail du Département de l’environnement et de la conservation. Il n’existe pas de plan de gestion du bien. En conséquence, il n’existe pas de cadre pour déterminer les objectifs de gestion du patrimoine mondial ou pour développer des projets de protection et de gestion durable des ressources, établir leur ordre de priorité et les mettre en œuvre.

La mission a également noté la nécessité de redéfinir le statut du patrimoine mondial pour remplacer les attentes irréalistes des membres de la communauté locale concernant le développement rural. Cette communauté pensait que le statut de patrimoine mondial apporterait des bénéfices immédiats et surtout financiers à tous. Elle s’attendait également à des améliorations substantielles des écoles, des centres médicaux, de l’infrastructure des transports et des habitations et au renforcement du tourisme. L’absence de tels bénéfices a provoqué la déception, la confusion, le soupçon, la division et la colère au sein de la communauté.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 29 COM 7B.10

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7B.Rev,

2. Rappelant la décision 28 COM 15B.12, adoptée lors de sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Remercie le Musée national des Iles Salomon pour sa coordination et son soutien lors de la visite sur le site de la mission conjointe du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN, pour évaluer l’état de conservation du Rennell Est ;

4. Félicite les communautés locales d’avoir préservé ce bien pendant les troubles civils de ce pays ;

5. Exprime ses inquiétudes concernant l’absence de soutien gouvernemental pour ce bien ;

6. Demande que l’État partie des Iles Salomon :

a) finalise le projet de loi de protection du patrimoine mondial et le transforme en législation dès que possible ;

b) prépare un plan de gestion du patrimoine mondial pour Rennell Est dès que possible ;

c) soutient les propriétaires coutumiers dans leur gestion et conservation du bien ; et

d) renforce la sensibilisation du public envers le bien du patrimoine mondial par des initiatives appropriées de promotion, de soutien et d’éducation ;

7. Encourage l’État partie à établir au sein de la communauté du Rennell Est un organe représentatif unique pour superviser le plan de gestion du patrimoine mondial du Rennell Est et aider la coordination de tout projet du patrimoine mondial ou autres actions s’y rattachant ;

8. Demande à l’État partie d’assurer l’approbation et le soutien du plan de gestion ; et d’établir une sous-commission du patrimoine mondial au sein de la Commission nationale pour l’UNESCO afin de superviser la mise en oeuvre du plan de gestion et des projets associés ;

9. Demande en outre à l’État partie de soumettre un rapport au Centre du patrimoine mondial sur les progrès effectués dans l’application des recommandations ci-dessus avant le 1er février 2007, pour examen par le Comité lors de sa 31e session en juillet 2007.