1.         Parc national des Everglades (États-Unis d'Amérique) (N 76)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1993-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/76/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/76/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/76/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2005

L’Etat partie a soumis un rapport daté du 27 janvier 2005, qui rend compte des efforts consentis face aux menaces préalablement identifiées pour l’intégrité du bien.

S’agissant des modifications du régime hydrologique et de l’impact de l’urbanisation à proximité du parc, il est précisé que les nouvelles affectations de la Réserve fédérale pour 2005 représentent environ 138 millions de dollars EU pour le CERP (Comprehensive Everglades Restoration Project) et les projets de restauration annexes. L’Etat partie a indiqué que l’Etat de Floride venait d’annoncer un fonds d’initiative pour accélérer les éléments du CERP et un engagement de plus de 1,5 milliard de dollars EU. L’Etat partie note que le Congrès des Etats-Unis a autorisé un projet répondant aux besoins de restauration le long de la lisière Est du parc national. Ce projet a notamment pour but de ralentir et de limiter le déficit en eau du parc grâce à l’infiltration dans les eaux souterraines et de retrouver des flux et des niveaux d’eau plus naturels. Il a été indiqué que, le 23 décembre 2004, le Président des Etats-Unis a promulgué la Loi 108-483 autorisant l’échange de parcelles dans le Parc national des Everglades, ce qui marque une étape décisive dans la mise en œuvre de ce projet de restauration. L’Etat partie signale également une recrudescence du nombre de moineaux du Cap Sable, des oiseaux menacés qui sont considérés comme un indicateur de la reconstitution biologique de l’espèce : leur nombre est passé de 3 216 en 2003 à 3 584 en 2004.

L’Etat de Floride et les autorités du parc ont fait de gros efforts pour contrôler la qualité de l’eau qui pénètre dans le parc et rendent compte régulièrement de la pollution due aux éléments nutritifs provenant de l’agriculture, afin d’essayer de réduire le pourcentage de phosphore des eaux qui se déversent dans les Everglades. En outre, l’Etat de Floride vient d’annoncer des plans d’accélération des pétitions au titre du CERP, en particulier l’éventuelle annexion de 18 000 acres de terres pour le traitement de l’écoulement pluvial en amont du parc.

L’Etat partie a constaté une chute générale du degré de salinité de l’eau et une prolifération d’algues moins étendue du fait de l’arrivée d’eau douce plus importante dans la baie de Floride suite aux pluies localisées et au drainage des zones situées tout au nord du parc. Cela sous-entend que les essais de restauration des flux d’eau dans l’ensemble du parc, une fois opérationnels, contribueront efficacement à restaurer l’équilibre écologique de la baie.

L’UICN a été informée que le National Research Council a instamment demandé aux agences centrales et régionales d’accélérer l’acquisition ou la protection des terres qui est primordiale pour la réhabilitation des Everglades de Floride, avant qu’elles soient urbanisées ou trop onéreuses.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 29 COM 7A.10

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-05/29.COM/7A et ayant pris note des conclusions du document WHC-05/29.COM/11A,

2. Rappelant la décision 28 COM 15A.11, adoptée à sa 28e session (Suzhou, 2004),

3. Prend note du rapport détaillé de l’Etat partie des Etats-Unis d’Amérique présenté le 27 janvier 2005 sur l’avancement des programmes de restauration et de conservation de ce bien ;

4. Félicite l’Etat partie pour les efforts accomplis en vue d’améliorer l’état de conservation du Parc national des Everglades et de garantir des ressources financières supplémentaires pour faire face aux menaces qui pèsent sur le bien ;

5. Demande à l’Etat partie de rendre compte avant le 1er février 2006, pour examen par le Comité à sa 30e session (Vilnius, 2006), de la manière dont les menaces ont été enrayées, afin de faciliter le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril,

6. Décide de maintenir le Parc national des Everglades (Etats-Unis d’Amérique) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 29 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-05/29.COM/7A and WHC-05/29.COM/7A.Add),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :