1.         Site maya de Copán (Honduras) (C 129)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1980

Critères  (iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/129/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1979-1999)
Montant total approuvé : 226 513 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/129/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission de suivi en 1999

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Construction d'un aéroport envisagée dans la zone archéologique de Río Amarillo, à 17 km de la zone centrale du bien du patrimoine mondial.

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/129/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2006

Après avoir transmis à l’État partie la décision du Comité 29 COM 7B.90, le Centre du patrimoine mondial a demandé à plusieurs reprises des informations sur les résultats de l’Etude d'impact environnemental relative à la construction d'un aéroport dans la vallée de Río Amarillo. En novembre 2005, l'Institut national d'Anthropologie et d'Histoire a informé le Centre du patrimoine mondial que le Secrétariat pour les ressources humaines et l'environnement avait l'intention de soumettre le rapport d’évaluation à un nouvel examen. Par des voies non officielles, le Centre a été informé de l’arrêt du processus, suite à une injonction du tribunal. De plus, le Comité du patrimoine mondial, conformément à sa décision 29 COM 7B.90, a demandé à l'État partie l’élaboration d’une étude d'utilité publique comme condition préalable à la construction du nouvel aéroport à Río Amarillo. Toutefois, l’État partie n’a communiqué jusqu'à maintenant qu’un seul projet préliminaire de cette étude. Ce projet n’aborde pas les préoccupations exprimées par le Comité quant à l'impact de l'aéroport sur le site archéologique de Copán.

À la fin du mois de janvier 2006, l’État partie a envoyé au Centre du patrimoine mondial le rapport sur l’état de conservation du site demandé par le Comité. Ce rapport rend compte des progrès réalisés dans la préparation du plan de gestion.

S’agissant du plan de gestion pour le site, le Centre du patrimoine mondial a noté l'absence de méthodologie participative dans son élaboration, bien que ce soit l'une des conditions stipulées dans le cadre des accords avec la Banque interaméricaine de développement et la Banque mondiale. Cette approche participative était particulièrement nécessaire pour les questions concernant la communauté des ruines de Copán, la Sociedad de buenos componedores (Société des bons restaurateurs) et les communautés voisines du secteur de Río Amarillo. De plus, le plan de gestion ne couvre pas toute la vallée de Copán qui est protégée par la législation nationale dans le cadre d’un accord spécial.

Le Centre du patrimoine mondial a demandé à l’État partie de fournir une cartographie claire et précise, indiquant les limites officielles du site classé. Malheureusement, aucune information n'a été reçue à cet égard, ni au sujet d’une éventuelle acquisition de terrain en vue de relier la zone de Las Sepulturas au site principal de Copán.

Par ailleurs, le Getty Conservation Institute a finalisé le plan de conservation de l'Escalier hiéroglyphique de Copán. Toutefois, le programme de contrôle se poursuit et l'équipement requis est encore en place. En outre, l'État partie a rendu compte de l'état de conservation des stucs souterrains de l'ensemble du site, qui est jugé satisfaisant. Ce rapport particulier a été préparé en coopération avec le bureau mexicain de l'INAH. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 30 COM 7B.95

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7B,

2. Rappelant la décision 29 COM 7B.90, adoptée à sa 29e session (Durban, 2005),

3. Rappelant également les recommandations des précédentes missions de suivi de 1999, 2003 et 2005,

4. Demande instamment à l'État partie de ne pas donner suite à la construction de l'aéroport prévu dans la Vallée de Rio Amarillo. Les deux missions ICOMOS de 2003 et 2005 - fondées sur des visites sur les sites ainsi que sur les études d'impact environnemental effectuées par le gouvernement hondurien et par des organisations indépendantes - ont révélé l'impact négatif potentiel de cet aéroport sur les ressources culturelles, les réseaux sociaux traditionnels, les croyances et les valeurs de la population autochtone, et sur le paysage. Il engage également l'État partie à travailler de concert avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives sur les mesures appropriées à prendre;

5. Demande à l'État partie de présenter au Centre du patrimoine mondial, avant le 1 février 2007, les conditions de réalisation d'une Étude d'utilité publique pour la gestion du futur Parc archéologique de Río Amarillo, afin de compléter le plan de gestion en vigueur;

6. Demande en outre à l'État partie de continuer à surveiller l'état de conservation de l'escalier hiéroglyphique de Copán, en suivant le programme mis en place par le Getty Conservation Institute;

7. Demande par ailleurs à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1 février 2007, un rapport détaillé sur l'état de conservation du bien et sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre des recommandations susmentionnées, pour examen par le Comité à sa 31e session en 2007.