1.         Mosi-oa-Tunya / Chutes Victoria (Zambie,Zimbabwe) (N 509)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1989

Critères  (vii)(viii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/509/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2001-2001)
Montant total approuvé : 63 485 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/509/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/509/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2006

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN ont reçu un certain nombre de rapports relevant que l’urbanisation incontrôlée, la pollution et le développement touristique non planifié aux abords des Chutes Victoria / Mosi-oa-Tunya, aussi bien au Zimbabwe qu’en Zambie, continuent de mettre en péril l'intégrité du bien. Ces menaces avaient déjà été évoquées dans le rapport de l'UICN « Strategic Environmental Assessment of Developments around Victoria Falls / Mosi-oa-Tunya » de 1996. Les deux États parties ont formulé par la suite des recommandations à propos de ces menaces au cours d'un atelier bilatéral organisé par l'UICN à Livingstone en 2002. Les domaines réclamant une attention immédiate ont été identifiés comme étant : des approches coordonnées des points contentieux en matière biophysique et socio-économique ; la mise en place d'une procédure institutionnelle commune ; et la préparation et mise en œuvre d'un plan commun pour la gestion du bien. Toutefois, selon diverses sources, aucun progrès n'a été réalisé à ce jour dans la mise en œuvre des recommandations de l'atelier bilatéral de 2002, et la situation du bien au regard des menaces qui le guettent, continue à se détériorer.

Le Centre du patrimoine mondial a demandé aux États parties de faire le point sur la situation (9 février 2006) et, dans sa réponse (24 février 2006), l’État partie du Zimbabwe confirme les préoccupations relatives à l'état de conservation du bien et propose une réunion conjointe entre les autorités zambiennes et zimbabwéennes. L’État partie a également constitué un groupe spécial qui est allé aux chutes Victoria du 1er au 3 mars 2006 afin de rédiger tout un rapport sur les menaces à présenter au Centre du patrimoine mondial. Aucune réponse n'avait été reçue de l’État partie de Zambie lors de la rédaction de ce rapport.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN notent avec beaucoup d’inquiétude les révélations sur les dangers permanents pour l'intégrité du bien et le manque de suivi des recommandations de l'atelier de 2002. Ils estiment qu'il devenu urgent d'instaurer un cadre de gestion commun, capable d’affronter ces menaces. Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN sont prêts à aider les États parties en ce sens et pensent qu'une mission conjointe UNESCO/UICN s'impose pour évaluer l'état de conservation du bien et aider les deux États parties à mettre en œuvre les recommandations de l'atelier de 2002. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 30 COM 7B.8

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-06/30.COM/7B,

2. Note avec inquiétude que les recommandations de l'atelier bilatéral de 2002 n'ont pas été mises en œuvre;

3. Regrette que l'intégrité du bien continue d'être menacée par l'urbanisation incontrôlée, la pollution et le développement touristique non planifié;

4. Engage vivement les deux États parties à suivre d'urgence les recommandations de l'atelier bilatéral de 2002 et, en particulier, à préparer et mettre en œuvre un cadre de gestion commun efficace pour affronter les menaces permanentes; et demande aux États parties d'établir un calendrier définitif pour leur suivi;

5. Demande aussi aux deux États parties d'inviter une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN à évaluer l'état de conservation du bien et les facteurs affectant sa Valeur universelle exceptionnelle ainsi que les progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations de l'atelier bilatéral de 2002;

6. Demande en outre aux deux États parties de présenter au Centre du patrimoine mondial avant le 1 février 2007 les rapports sur l'état de conservation du bien et les progrès réalisés dans la mise en œuvre d'un cadre de gestion commun efficace et des autres recommandations de l'atelier bilatéral de 2002, pour examen par le Comité à sa 31e session en 2007.