1.         Monastère de Ghélati (Géorgie) (C 710bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1994

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/710/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/710/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission de suivi réactif UNESCO/ICOMOS du 8 au 16 novembre 2003.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Travaux de conservation nécessaires à l'intérieur et à l'extérieur des monuments ;

b) Manque de coordination entre l'Église géorgienne et les autorités nationales ;

c) Absence de coordination du système de gestion ;

d) Reconstruction majeure de la structure de la cathédrale de Bagrati.

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/710/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2007

Le Comité du patrimoine mondial, à sa 29e session (Durban, 2005), a encouragé l'État partie à prendre les mesures appropriées, y compris la recherche de financement pour traiter les problèmes de conservation identifiés dans le rapport correspondant.

Le ministère géorgien des Affaires culturelles a soumis le 12 mars 2007 au Centre du patrimoine mondial, un rapport daté de janvier 2007, qui donne une vue d'ensemble de tous les problèmes de conservation du bien à long terme. Ce rapport détaillé renferme une proposition de l'État partie concernant une nouvelle déclaration d'importance, une déclaration d'authenticité/intégrité, une description de l’état de la gestion, des rapports de suivi détaillés sur l'état de conservation des fresques et des matériaux des deux ensembles, et les études et travaux de conservation récemment achevés pour quelques-uns des problèmes identifiés.

De manière plus précise, le rapport propose une nouvelle approche de justification du bien, avec : une proposition d'inscription fondée sur deux critères supplémentaires (i) et (ii), mais sans aucune justification, ainsi qu’une déclaration d'authenticité/intégrité qui n'est pas en totale conformité avec les Orientations.

Au sujet de l'absence de plan de gestion des deux biens, du conflit irrésolu entre l'Église et l'État dans le domaine de la gestion et de l'état de conservation des deux ensembles, le rapport fait des observations déjà consignées dans celui de janvier 2005. La demande du Comité (29 COM 7B.75) n'est pas abordée dans le rapport de l'État partie. En fait, tous les problèmes évoqués à l'époque semblent perdurer et, dans la plupart des cas, ils se sont aggravés au fil du temps sans aucun traitement positif. 

Le rapport note également que l’important projet de reconstruction de la structure de la cathédrale de Bagrati, mis en cause pour la première fois à la 28e session du Comité (Suzhou, 2004), n'est plus pris en considération.

Le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS se déclarent préoccupés de l'aggravation de la situation matérielle des deux ensembles, de l'incapacité permanente de l'État partie à assurer la gestion nécessaire et les conditions institutionnelles indispensables à la survie de ces monuments à long terme, et de l'échec apparent de la garantie de soutien financier nécessaire au traitement des problèmes définis précédemment. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 31 COM 7B.97

Le Comité du patrimoine mondial,

1.Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B.Add,

2.Rappelant la décision 29 COM 7B.75, adoptée à sa 29e session (Durban, 2005),

3.Regrette la présentation tardive du rapport d'état de conservation, mais note les efforts de l'État partie pour revoir les valeurs, l'intégrité et l'authenticité du bien ;

4.Exprime sa vive préoccupation quant à l'urgence continuelle des problèmes décrits dans le rapport de l'État partie et à son incapacité à y répondre par des mesures financières, institutionnelles et de gestion appropriées ;

5.Encourage l'État partie à préparer, en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS/ICCROM un programme de travail quinquennal pour traiter les problèmes majeurs identifiés, pour présentation à des bailleurs de fonds potentiels ;

6.Demande à l'État partie d'inviter une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS à évaluer l'état de conservation du bien ;

7.Engage fortement l'État partie à entamer la préparation d’un plan de gestion intégrée du bien du patrimoine mondial, avec l'aide du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives ;

8.Demande également à l'État partie de fournir un rapport d'avancement au Centre du patrimoine mondial avant le 1er février 2008, pour examen par le Comité à sa 32e session, en 2008.