Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Monuments historiques de l'ancienne Nara

Japon
Facteurs affectant le bien en 2007*
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Infrastructures de transport de surface
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Impact négatif potentiel d'une autoroute sur le bien du patrimoine mondial

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2007
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2007**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2007

Ces dernières années, le Centre du patrimoine mondial a reçu plusieurs lettres et rapports de l'ONG "Société pour la protection du site de la capitale Heijyokyo”, exprimant de vives inquiétudes quant à l'éventuel impact négatif du projet d'autoroute Yamato-Kita sur la valeur de patrimoine du bien.

Par lettres datées du 29 janvier 2007, l'État partie japonais a transmis au Centre du patrimoine mondial un rapport d'avancement sur l'Évaluation d'impact environnemental (EIE) pour le projet d'autoroute Yamato-Kita, ainsi que des informations concernant les projets des célébrations prévues à l'occasion du 1300e anniversaire de Nara, en 2010. En ce qui concerne les points soulevés par le Comité dans sa décision 30 COM 7B.67, l'État partie a apporté les informations suivantes.

L'EIE, toujours en cours, se déroule sous la supervision de trois comités indépendants, établis par le gouvernement japonais et composés de professeurs d'université et autres experts dans divers domaines pertinents, ainsi que du Conseil de l'urbanisme des préfectures de Nara et Kyoto. Ces structures, comme cela est dit dans le rapport de l'État partie, sont totalement indépendantes du gouvernement. Les réunions des trois comités d'experts ont été ouvertes au public et leurs résultats divulgués par le biais de divers médias, dont Internet. Sept sondages auprès de la population locale ont également été effectués (à partir de questionnaires remplis par 4 693 personnes) ainsi que des “assemblées de présentation”. De plus, tout au long du processus d'identification, élaboration, conception et exécution de ce projet, aucun consultant participant à une étape ne prend part à une étape ultérieure. Ces dispositions, selon l'État partie, garantissent un niveau d'indépendance, d'objectivité et de transparence du processus “identique à celui obtenu si l'EIE avait été confiée à un consultant indépendant”.

L'EIE, qui est toujours en cours, a impliqué l'examen initial de dix options alternatives, évaluées en termes de coûts et avantages au vu de divers critères incluant la prise en compte de l'impact sur les vestiges archéologiques et l'intégrité du paysage, et l'encombrement du trafic. Après une minutieuse évaluation, les trois comités d'experts ont identifié à partir de ces options, un itinéraire préféré pour l'autoroute (à savoir l'itinéraire Saikujo-Saho). Cet itinéraire souterrain passe à l'extérieur des zones centrale et tampon du bien du patrimoine mondial, évitant ainsi tout impact éventuel sur ses valeurs archéologiques et son intégrité visuelle. En ce qui concerne la question de la fluctuation éventuelle du niveau des eaux souterraines en raison de la construction de l'autoroute, une étude réalisée par un groupe d'experts a déterminé que cela serait limité à quelques centimètres, c'est-à-dire bien moins que la fluctuation saisonnière moyenne. Enfin, des sondages et des fouilles préventives seront effectués dans les zones concernées par les bretelles d'accès de l'autoroute, lorsque des couches d'un potentiel intérêt archéologique seraient affectées.

Pour l'instant, un projet de Déclaration d'impact environnemental (DIE) a été préparé pour l'itinéraire retenu et des commentaires ont été reçus de la part de la population locale et des experts. En fonction de ces commentaires, les comités d'experts reverront et finaliseront la DIE qui sera ensuite soumise au Conseil de l'urbanisme pour approbation. Aucune décision définitive ne sera prise jusqu'alors.

En ce qui concerne la question de l'encombrement du trafic, la préfecture de Nara a constitué un autre groupe d'experts chargé d'élaborer un plan de gestion de la circulation. L'autoroute devrait décongestionner la circulation dans les zones historiques de la ville mais un accès plus facile au centre ville risque de se traduire par de plus forts encombrements aux heures de pointe. Pour cette raison, l'État partie envisage de créer un ensemble de “parcs de stationnement incitatifs” pour encourager les visiteurs du bien du patrimoine mondial à utiliser les transports publics.

L'État partie a également transmis des informations sur les vastes projets en préparation pour les festivités du 1300e anniversaire de Nara qui auront lieu en 2010. Elles vont se tenir, entre autres lieux, sur le site du palais Heijo à Nara, s'étendant sur plus de 130 hectares au sein de la zone centrale du bien du patrimoine mondial. L'actuel projet y prévoit la construction de plusieurs structures temporaires dont neuf pavillons en bois ; deux passerelles sur la ligne de chemin de fer existante et la rue Miyato ; des jardins ; d'autres installations touristiques telles qu'espaces de restauration, premiers secours et sanitaires ; et un réseau de voies pour relier toutes ces installations.

Ces pavillons sont supposés attirer les visiteurs et leur proposer une introduction au patrimoine japonais ainsi qu'au patrimoine mondial en général et à la nécessité de le protéger. La préfecture de Nara, en charge des événements, a constitué deux comités d'experts pour réfléchir sur la conception et l'aménagement de structures temporaires au sein du paysage, structures qui seront enlevées au terme des célébrations.

Ces deux comités ont soumis des rapports techniques identifiant, entre autres aspects, les principaux problèmes de conservation liés à l'érection des installations envisagées, et définissant une série de principes de conception destinés à minimiser ou totalement éviter tout risque de dommage aux vestiges archéologiques non mis au jour et qui sont enterrés sous la surface de la zone du palais Heijo, entre 0,5 et 1,5 mètre de profondeur. Par une série de sondages, il a été montré que la distribution des vestiges archéologiques ainsi que la nature et la structure du sol variaient d'un endroit à l'autre à travers la zone de l'ancien palais.

En reprenant ces principes, notamment de ne faire aucun trou dans le sol, de répartir les charges afin d'éviter la compression du sol ou encore de laisser les canalisations à l'extérieur etc., la préfecture de Nara entend élaborer un projet détaillé pour les structures temporaires. Actuellement, l'Agence des affaires culturelles japonaise étudie les projets et rapports techniques susmentionnés.

Le Centre du patrimoine mondial a reçu une nouvelle lettre, datée du 10 mars 2007, de la “ Société pour la protection du site de la capitale Heijyokyo”, contestant la validité des explications données par l'État partie. En particulier, l'ONG considère que le Conseil de l'urbanisme de Nara et les comités d'experts désignés ne sont pas indépendants du gouvernement et que l'étude d'expertise qui a déterminé la fluctuation du niveau de la nappe phréatique n'est pas fiable. Enfin, l'ONG remet en cause la nécessité même de l'autoroute, à la lumière des projections démographiques qui prévoient une réduction considérable de la population (et par conséquent de la circulation routière) au Japon dans les 40 années à venir.

Décisions adoptées par le Comité en 2007
31 COM 7B.72
Monuments historiques de l'ancienne Nara (Japon)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B,

2. Rappelant les décisions 28 COM 15B.64 et 30 COM 7B.67, respectivement adoptées à ses 28e (Suzhou, 2004) et 30e (Vilnius, 2006) sessions,

3. Prend note des informations communiquées par l'État partie concernant les modalités de l'Évaluation d'impact environnemental (EIE) pour le projet de l'autoroute Yamato-Kita et le plan de gestion de la circulation en cours d'élaboration ;

4. Prend également note, avec satisfaction, que l'itinéraire retenu pour le projet de l'autoroute passe à l'extérieur des zones centrale et tampon du bien ;

5. Demande à l'État partie de prendre très minutieusement en compte toutes les opinions et études techniques existantes dans la préparation de l'EIE pour la proposition définitive, afin de garantir que l'autoroute n'entraînera pas d'altération du niveau de la nappe phréatique dans les zones d'intérêt archéologique, pouvant se traduire par la perte de précieux vestiges ;

6. Demande également à l'État partie de transmettre au Centre du patrimoine mondial la version définitive de l'EIE dès qu'elle sera finalisée et avant qu'une décision définitive ne soit prise par le Conseil de l'urbanisme de la préfecture de Nara ;

7. Considérant que l'utilisation pour de grands événements de la zone archéologique du palais Heijo au sein de la zone centrale du bien,, incluant la construction de structures, présente un risque potentiel pour la conservation des fragiles vestiges enterrés, et devrait normalement être évitée,

8. Demande en outre à l'État partie d'étudier attentivement les plans pour les événements commémoratifs du 1300e anniversaire de Nara en 2010 sur le site du palais Heijo et d'être extrêmement vigilant afin qu'ils n'aient aucun impact négatif sur les vestiges archéologiques enterrés, ni sur l'intégrité visuelle du paysage ;

9. Demande enfin à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2008, un rapport sur l'état de conservation de ce bien, avec une attention particulière sur les progrès accomplis dans l'EIE pour l'autoroute Yamato-Kita et la révision des plans pour le 1300e anniversaire de Nara, pour examen par le Comité à sa 32e session en 2008.

Projet de décision : 31 COM 7B.72

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B,

2. Rappelant les décisions 28 COM 15B.64 et 30 COM 7B.67, respectivement adoptées à ses 29e (Durban, 2005) et 30e (Vilnius, 2006) sessions,

3. Prend note des informations communiquées par l'État partie concernant les modalités de l'Évaluation d'impact environnemental (EIE) pour le projet de l'autoroute Yamato-Kita et le plan de gestion de la circulation en cours d'élaboration ;

4. Prend également note, avec satisfaction, que l'itinéraire retenu pour le projet de l'autoroute passe à l'extérieur des zones centrale et tampon du bien du patrimoine mondial ;

5. Demande à l'État partie de prendre très minutieusement en compte toutes les opinions et études techniques existantes dans la préparation de la Déclaration d'impact environnemental (DIE) pour la proposition définitive, afin de garantir que l'autoroute n'entraînera pas d'altération du niveau de la nappe phréatique dans les zones d'intérêt archéologique, pouvant se traduire par la perte de précieux vestiges ;

6. Demande également à l'État partie de transmettre au Centre du patrimoine mondial la version définitive de la Déclaration d'impact environnemental dès qu'elle sera finalisée et avant qu'une décision définitive ne soit prise par le Conseil de l'urbanisme de la préfecture de Nara ;

7. Considérant que l'utilisation pour de grands événements de la zone archéologique du palais Heijo au sein de la zone centrale du bien du patrimoine mondial, incluant l'érection de structures construites, présente un risque potentiel pour la conservation des fragiles vestiges enterrés, et devrait normalement être évitée,

8. Demande en outre à l'État partie d'être extrêmement vigilant et de veiller à ce que les pavillons et autres structures temporaires proposées devant être érigés sur le site du palais Heijo n'aient aucun impact négatif sur les vestiges archéologiques enterrés, ni sur l'intégrité visuelle du paysage, et que la zone concernée retrouve son état originel après les célébrations du 1300e anniversaire de Nara en 2010 ;

9. Demande enfin à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1erfévrier 2008, un rapport sur l'état de conservation de ce bien, avec une attention particulière sur les progrès accomplis dans l'EIE pour l'autoroute Yamato-Kita et la conception de structures temporaires pour le 1300e anniversaire de Nara, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 32e session en 2008.

Année du rapport : 2007
Japon
Date d'inscription : 1998
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iii)(iv)(vi)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 31COM (2007)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top