1.         Pyrénées - Mont Perdu (Espagne,France) (C/N 773bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1997

Critères  (iii)(iv)(v)(vii)(viii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/773/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/773/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Impacts du Festival de Gavarnie et demande pour son transfert définitif;

b) Coopération transfrontalière déficiente.

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/773/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2007

Suite aux rappels du Centre du patrimoine mondial, l'État partie français a  transmis un rapport  daté du 23 février 2007.

Dans sa lettre du 12 juin 2006 adressée au Centre du patrimoine mondial, le Maire de Gavarnie faisait part de sa volonté de recevoir une mission d’expert afin d’évaluer sa proposition pour un site alternatif à l’emplacement actuel du Festival de Gavarnie. Le Centre du patrimoine mondial avait alors proposé à la Délégation permanente dans sa lettre du 24 août 2006 d’explorer la possibilité d’une telle mission auprès des autorités nationales compétentes et de lui faire parvenir une invitation aussi tôt que possible. Par ailleurs, dans une deuxième lettre datée du 24 juillet 2006, le Maire de Gavarnie a informé qu’une solution alternative de lieu pour le déroulement du Festival a été validée par le Conseil Municipal de Gavarnie le 29 juin 2006.

Dans sa lettre du 23 février 2007, le Délégué permanent adjoint de la France auprès de l’UNESCO affirme qu’une mission a été conduite en novembre 2006 par les services d’inspection du Ministère de l’écologie et du développement durable. Cette mission a examiné deux sites alternatifs à l’emplacement actuel du Festival. Le premier qui, selon l’Etat partie, présentait des inconvénients majeurs incompatibles avec la préservation du bien, a été écarté. Le second, à Part Ber, pourrait être envisagé après réalisation d’une étude de faisabilité relative à la nature des aménagements requis et à leur coût.

Le Ministère de l’écologie et du développement durable se déclare par ailleurs très favorable à l’envoi d’une mission d’experts internationaux conduite conjointement par l’ICOMOS et l’UICN. Cette mission examinerait le site actuel du Festival ainsi que les sites alternatifs, et permettrait en outre de faire le point sur la gestion globale et transfrontalière du bien.

La Délégation permanente confirme par ailleurs que le souhait des autorités françaises est d’aboutir à une gestion consensuelle et durable de ce bien exceptionnel et de répondre aux attentes légitimes du Comité du Patrimoine mondial en la matière.

En dépit du fait que les autorités françaises avaient promis la tenue du Festival pour une dernière fois en 2006 au lieu-dit La Courade, le Centre du patrimoine mondial a reçu des informations indiquant que les autorités départementales l’ont autorisé à nouveau pour 2007 et qu’ il occupera les lieux encore plus longtemps que naguère.

En l’absence de preuve tangible fournie par l'État partie, il est difficile d'évaluer les progrès réalisés dans la préparation et la mise en œuvre d’un plan de gestion pour le côté français de ce bien transfrontalier, ainsi que dans la coopération transfrontalière. Cependant, l’association française Mont Perdu Patrimoine Mondial, en collaboration avec les autorités de Boltana, ont organisé une rencontre à titre associatif sur le thème de la coopération et gestion transfrontalière du bien le 24 mars 2007 à Boltana, Aragon (Espagne). Un expert d’UICN y a également été invité. Cependant tant les autorités nationales que les directions des deux Parcs nationaux étaient absentes.

Par ailleurs, la Députée et Vice-Présidente du Conseil Général des Hautes-Pyrénées a informé le Centre du patrimoine mondial par une lettre du 28 mars 2007, qu’un rapport sur l’état de conservation du site a été élaboré par le Directeur du Parc National des Pyrénées. Ce rapport aurait mis en exergue notamment les perspectives du développement du site côté français, ainsi que de la gestion transfrontalière. Toute fois, ce rapport n’a à ce jour pas été transmit pour évaluation au Centre du patrimoine mondial. La lettre informe également de la création d’un syndicat mixte, associant les collectivités territoriales, le Conseil régional Midi-pyrénées et le Conseil Général des Hautes-Pyrénées pour devenir un interlocuteur du Centre du Patrimoine Mondial.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives

Néant

Décision adoptée: 31 COM 7B.44

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B,

2. Rappelant les décisions 28 COM 15B.36, 29 COM 7B.31 et 30 COM 7B.33 adoptées respectivement lors de ses 28e (Suzhou, 2004), 29e (Durban, 2005) et 30e (Vilnius, 2006) sessions,

3. Regrette que le dernier rapport fourni par l'État partie français ne fasse toujours pas le point sur les progrès accomplis dans la coopération transfrontalière, ni sur la préparation et la mise en œuvre d'un plan de gestion pour le côté français de ce bien transfrontalier, conformément à la législation des Parcs nationaux et au besoin identifié lors de l'analyse du Rapport Périodique pour l'Europe;

4. Note avec inquiétude que dix ans après l'inscription du bien, le problème du transfert du Festival de Gavarnie ne soit pas encore réglé et que celui-ci soit encore autorisé pour 2007 alors qu'il aurait dû avoir lieu pour une dernière fois en 2006;

5. Note avec satisfaction la proposition de l'État partie français d'organiser le Festival de Gavarnie dans un autre lieu et d'inviter une mission d'experts internationaux pour faire l'évaluation de ce nouveau lieu et de la gestion d'ensemble du bien;

6. Demande à l'État partie français d'accueillir la mission Centre du patrimoine mondial / ICOMOS / UICN pour étudier le site actuel du Festival ainsi que le nouveau site de remplacement en vue d'un transfert définitif du Festival de Gavarnie, comme annoncé initialement lors de l'inscription du bien;

7. Prie instamment les États parties de la France et de l'Espagne de renforcer leur coopération transfrontalière pour assurer la conservation et la gestion de ce bien;

8. Demande également à l'État partie français de présenter au Centre du patrimoine mondial un rapport d'avancement avant le 1er février 2008 portant précisémentsur la déplacement du Festival de Gavarnie, la coopération transfrontalière et sur la préparation et la mise en œuvre d'un plan de gestion pour le côté français de ce bien, pour examen par le Comité à sa 32e session, en 2008.