Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Colonies de bienfaisance

Colonies of Benevolence

The transnational serial property is an Enlightenment experiment in social reform. These cultural landscapes demonstrate an innovative, highly influential 19th-century model of pauper relief and of settler colonialism, which today is known as an agricultural domestic colony. The property encompasses four Colonies of Benevolence in three component parts: Frederiksoord-Wilhelminaoord and Veenhuizen in the Netherlands, and Wortel in Belgium. Together they bear witness to a 19th century experiment in social reform, an effort to alleviate urban poverty by establishing agricultural colonies in remote locations. Established in 1818, Frederiksoord (the Netherlands) is the earliest of these Colonies and home to the original headquarters of the Society of Benevolence, an association which aimed to reduce poverty at the national level. The other component parts were constructed between 1820 and 1823. In Frederiksoord-Wilhelminaoord, small farms along planted avenues were built for families and this Colony was referred to as ‘free’. Wortel is a hybrid Colony, first built for families and called ‘free’, later inhabited by beggars and vagrants and catalogued as ‘unfree’. In Veenhuizen large dormitory structures and larger centralized farms along planted avenues were built for orphans, beggars and vagrants that worked under the supervision of guards. This colony was called ‘unfree’. Each component part has a distinctive spatial character, connected to the target group for which it was built, and a specific organization of the work, with either family farms or institutions with working farms for groups of individuals. The Colonies were designed as panoptic settlements along orthogonal lines. They feature residential buildings, farm houses, churches and other communal facilities. At their peak in the mid-19th century, over 11,000 people lived in such Colonies in the Netherlands. In Belgium their number peaked at 6,000 in 1910.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Colonies de bienfaisance

Ce site transnational en série est une expérience en matière de réforme sociale inspirée des Lumières. Ces paysages culturels illustrent un modèle innovant et très influent du XIXe siècle de réduction de la misère ainsi qu’un phénomène de colonie de peuplement, connu aujourd'hui sous le nom de colonie agricole domestique. Le bien comprend quatre Colonies de bienfaisance en trois éléments constitutifs : Frederiksoord-Wilhelminaoord et Veenhuizen aux Pays-Bas, et Wortel en Belgique. Ils témoignent d’une expérience de réforme sociale menée au XIXe siècle, qui visait à réduire la pauvreté urbaine en établissant des colonies agricoles dans des endroits reculés. Fondée en 1818, Frederiksoord (Pays-Bas) est la plus ancienne de ces colonies et abrite le siège initial de la Société de Bienfaisance, association qui visait à réduire la pauvreté au niveau national. Les autres éléments ont été construits entre 1820 et 1823. À Frederiksoord-Wilhelminaoord, de petites fermes le long d'avenues plantées ont été construites pour les familles et cette colonie était qualifiée de « libre ». Wortel est une colonie hybride, d'abord construite pour les familles et appelée « libre », puis habitée par des mendiants et des vagabonds et cataloguée comme « forcée ». À Veenhuizen, de grandes structures de dortoirs et de grandes fermes centralisées le long d'avenues plantées ont été construites pour les orphelins, les mendiants et les vagabonds qui travaillaient sous la surveillance de gardiens. Cette colonie était appelée « forcée ». Chaque élément constitutif a un caractère spatial distinctif, lié au groupe cible pour lequel il a été construit, et une organisation spécifique du travail, avec soit des exploitations familiales soit des institutions avec des fermes de travail pour des groupes d'individus. Les colonies étaient conçues comme des établissements panoptiques selon un maillage orthogonal. On y trouve des édifices résidentiels, des fermes, des églises et d’autres équipements collectifs. Au plus fort de leur activité au milieu de XIXe siècle, plus de 11 000 personnes vivaient dans les colonies néerlandaises. En Belgique, le pic s’est établi en 1910 avec 6 000 résidents.

La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

المستعمرات الخيرية

يضم الموقع المتسلسل العابر للحدود أربع مستوطنات، من بينها مستوطنة واحدة في بلجيكا وثلاث مستوطنات في هولندا، فضلاً عن مناظر طبيعية ثقافية. وتشهد أجزاء هذا الموقع مجتمعةً على تجربة من تجارب الإصلاح الاجتماعي التي تعود للقرن التاسع عشر، ألا وهي الجهود الرامية إلى التخفيف من حدّة الفقر الحضري من خلال إنشاء مستعمرات زراعية في المواقع النائية. وتأسست فريدريكسور (هولندا) في عام 1818، وهي أقدم هذه المستعمرات وموطن للمقر الأصلي لجمعية الخير، وكان الغرض منها يتمثل في الحد من الفقر على المستوى الوطني. ويضم الموقع مستعمرات أخرى، من بينها مستعمرتا فيلهلميناورد وفينهاوزن في هولندا، ومستعمرة فورتل في بلجيكا. وبالنظر إلى أنّ المزارع الصغيرة في المستعمرات لم تُدِر عائدات كافية، التمست جمعية الخير الدخل من مصادر أخرى، ولذلك تعاقدت مع الدولة لتوطين الأيتام، وسرعان ما شمل المشروع المتسولين والمتشردين، الأمر الذي أدّى إلى إنشاء مستعمرات "قسرية" تفتقر إلى الحرية، مثل فينهاوزن، مشفوعةً بمهاجع ضخمة ومزارع مركزيّة كي يعمل سكان هذه المستعمرات تحت إشراف الحرّاس. وصُمّمت المستعمرات بصورة متعامدة تتيح عدم حجب الرؤية في أي جزء من أجزائها، وتحتوي على منشآت سكنية ومنازل للمزارعين وكنائس ومرافق مجتمعية أخرى. وبلغت الحياة في هذه المستعمرات ذروتها في منتصف القرن التاسع عشر، إذ بلغ عدد الأشخاص الذين يقطنون فيها ما يزيد على 11 ألف نسمة في هولندا. وبلغ عدد سكان هذه المستوطنات ذروته في بلجيكا في عام 1910، إذ وصل إلى 6000 نسمة.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

慈善定居点

该跨境遗产地包括4个定居点,其中1个位于比利时,3个在荷兰。它们共同见证了19世纪的一场社会改革实验:通过在偏远地区建立农业定居点来缓解城市贫困问题。弗雷德里柯索德(Frederiksoord,荷兰)成立于1818年,是最早的定居点,也是致力于在全国范围内减少贫困的“慈善会”的原总部所在地。该项目的其他遗产点是荷兰的威廉米瑙德(Wilhelminaoord)和芬赫伊曾(Veenhuizen),以及比利时的沃特尔(Wortel)。由于定居点的小型农场收入不足,慈善会转而寻求其他收入来源,与政府签约来安置孤儿,随后又收容乞丐和流浪者,并因此创建了有大型宿舍和集体农场的“强制”定居点(如芬赫伊曾),使他们在警卫的监督下工作。这些定居点被规划成沿垂直道路分布的全景聚落,设有住宅楼、农舍、教堂和其他公共设施。在19世纪中叶的鼎盛时期,荷兰有超过11000人生活在这样的定居点。在比利时,定居点的人数在1910年达到了6000的峰值。

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Колонии милосердия

Транснациональный серийный объект охватывает четыре населенных пункта, культурные ландшафты с одной колонией в Бельгии и тремя в Нидерландах. Вместе они являются свидетелями экспериментальной социальной реформы XIX века - попытки уменьшить уровень городской нищеты путем создания сельскохозяйственных колоний в отдаленных районах. Фредериксорд (Нидерланды), основанный в 1818 году, является самой ранней из этих колоний и первоначальным местом расположения штаб-квартиры Общества милосердия, ассоциации, целью которой было сокращение масштабов нищеты на национальном уровне. Другими компонентами объекта являются колонии Вилхельминаорд и Винхейзен в Нидерландах и Вортель в Бельгии. Поскольку мелкие фермерские хозяйства колоний не приносили достаточных доходов, Общество милосердия искало другие источники дохода, заключая с государством контракты на расселение сирот, за которыми вскоре последовали нищие и бродяги. Это привело к созданию «несвободных» колоний, таких как Винхейзен, с большими общежитиями и крупными централизованными фермами для работы под наблюдением охраны. Колонии были спроектированы как паноптические поселения по ортогональным линиям. Они включают жилые здания, фермерские дома, церкви и другие коммунальные объекты. На пике своего развития в середине XIX века более 11000 человек проживали в таких колониях в Нидерландах. В Бельгии число жителей колоний достигло 6000 в 1910 году.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Colonias de Beneficencia

Este sitio transnacional seriado es un experimento de reforma social llevado a cabo en el siglo de las Luces. Estos paisajes culturales demuestran un modelo innovador y muy influyente de reducción de la pobreza en el siglo XIX así como un fenómeno de colonia de poblamiento, conocido hoy con el nombre de colonia agrícola doméstica. El sitio reúne cuatro Colonias de Beneficiencia repartidas por tres lugares: Frederiksoord-Wilhelminaoord y Veenhuizen (Países Bajos) y Wortel, establecida en Bélgica. En su conjunto constituyen el testimonio de un experimento de reforma social llevado a cabo en el siglo XIX para mitigar la pobreza de las poblaciones urbanas, estableciendo asentamientos agrarios en lugares apartados. La primera de esas colonias se creó el año 1818 en Frederiksoord (Países Bajos), donde también se estableció la sede inicial de la Sociedad de Beneficencia, cuyo propósito era reducir la pobreza en todo el país. Los otros componentes del sitio se construyeron entre 1820 y 1823. En Frederiksoord-Wilhelminaoord, una colonia calificada de “libre” se construyeron para las familias pequeñas granjas junto a avenidas rodeadas de plantas. Wortel es una colonia híbrida, primero construida para familias y bautizada como “libre” y más tarde habitada por mendigos y vagabundos y calificada como “forzosa”. En Veenhuizen se construyeron grandes dormitorios colectivos y grandes explotaciones agrarias centralizadas para huérfanos, pordioseros y vagabundos, a quienes se hacía trabajar vigilados por guardianes. Esta colonia era también “forzosa”. Cada componente del sitio tiene un carácter espacial distintivo relacionado con el grupo para el cual fue construido y una organización específica del trabajo, sea en granjas familiares o en instituciones con granjas de trabajo para grupos o individuos. Las colonias se construyeron con arreglo a un plano panóptico y un alineamiento ortogonal. Además de los edificios de albergue para los colonos, el sitio comprende granjas, iglesias y otras instalaciones colectivas. A mediados del siglo XIX, cuando las colonias de los Países Bajos llegaron a su apogeo, vivían en ellas más de 11.000 personas. En Bélgica, llegaron a ser unas 6.000 en 1910.

source: UNESCO/ERI
La description est disponible sous licence CC-BY-SA IGO 3.0

Frederiksoord © Province of Drenthe on behalf of all nomination partners
Valeur universelle exceptionnelle

Brève synthèse

Les colonies de bienfaisance furent une expérience inspirée des Lumières en matière de réforme sociale, qui démontrèrent un modèle innovant et très influent de réduction de la misère et de colonisation d’un territoire national – la colonie agricole domestique. À partir de 1818, la Société de Bienfaisance fonda des colonies agricoles dans des régions rurales du Royaume uni des Pays-Bas (aujourd’hui Pays-Bas et Belgique). Les colonies de bienfaisance transformèrent des friches de tourbe et de bruyère isolées en un paysage hautement fonctionnel par la colonisation domestique des pauvres. Par ce procédé, les colons devaient s’amender moralement et devenir des citoyens idéaux, qui contribueraient à la richesse de la nation et à l’intégration de territoires marginaux aux États nations émergents.

Sur une période de sept ans, près de 80 kilomètres carrés de terres incultes, un territoire domestique considéré impropre à tout établissement, furent réhabilités par les colonies. Celles-ci se caractérisent par des routes orthogonales, des rangées de maisons et de petites fermes, ainsi que de bâtiments communaux. À partir de 1819, des colonies « forcées » furent également fondées, dont la dernière en 1825 ; celles-ci possédaient de grandes institutions et des fermes plus vastes, toujours disposées selon un maillage orthogonal de champs et d’avenues, et abritaient des groupes particuliers de personnes défavorisées bénéficiant d’un soutien de l’État. Au plus fort de leur activité, quelque 18 000 personnes vivaient dans les colonies, y compris dans celles qui constituent le bien proposé pour inscription.

Ce processus de transformation des terres et des citoyens les plus pauvres grâce à un processus utopique d’ingénierie sociale s’est poursuivie jusqu’au XXe siècle. Après 1918, les colonies perdirent leur pertinence et devinrent des zones et des villages « normaux » dotées d’institutions carcérales et de soins. Le bien comprend quatre anciennes colonies réparties en trois éléments constitutifs : les colonies libres de Frederiksoord et Wilhelminaoord, la colonie de Wortel qui était une colonie libre transformée en colonie forcée, et la colonie forcée de Veenhuizen.

Critère (ii) : Les colonies de bienfaisance témoignent d'une expérience exceptionnelle et nationale inspirée des Lumières en matière de réforme sociale, grâce à un système de grandes colonies agricoles. Elles ont proposé un modèle d'ingénierie sociale basé sur la notion de « travail productif », dans le but de transformer les pauvres en citoyens « industrieux » et les « terres incultes » en terres productives. En plus du travail, l'éducation et l'élévation morale ont été considérées comme des contributions essentielles à l'objectif de transformer les pauvres en citoyens autonomes. Les colonies de bienfaisance ont été développées en tant qu'établissements agricoles autonomes systématiques, dotés d'équipements sociaux de pointe. En tant que telles, les colonies de Bienfaisance ont été les pionnières du modèle de la colonie domestique, attirant ainsi une attention considérable du monde entier. Pendant plus d'un siècle, elles ont exercé une influence sur divers types d’assistance en Europe occidentale et au-delà.

Critère (iv) : Les colonies de bienfaisance sont un exemple remarquable de colonies agricoles domestiques créées au XIXe siècle dans le but social de réduire la pauvreté. Cultivées délibérément comme des « îles » dans des zones de bruyères et de tourbières éloignées, les colonies ont mis en pratique les idées d'une institution panoptique pour les pauvres dans leur organisation spatiale et fonctionnelle. Elles sont un exemple exceptionnel de conception du paysage qui représente une colonie domestique agricole à but social. L’organisation paysagère illustre le caractère original des différents types de colonies et leur évolution ultérieure, et traduit l’ampleur, l’ambition et l’évolution de cette expérience sociale dans sa période florissante (1818-1918).

Intégrité

Le bien comprend tous les attributs qui expriment la valeur universelle exceptionnelle. Il comprend des exemples-clés des colonies libres et des colonies forcées. Tous les éléments constitutifs possèdent une combinaison de couches de paysages reliques dont l'ensemble illustre la période de prospérité du modèle de la colonie. Dans le cas des colonies libres, les attributs incluent les longs alignements de maisons et les petites fermes disposées selon un maillage orthogonal de routes et de champs. Les colonies forcées comprennent de grands ensembles de bâtiments, des logements et de grandes fermes, implantés dans un paysage composé d'avenues et de champs organisés selon un maillage orthogonal. Les paysages se caractérisent par un maillage orthogonal de routes, d’avenues plantées, de plantations, de prairies, de champs et de forêts ainsi que des maisons, fermes, institutions, églises, écoles et bâtiments industriels caractéristiques. Bien qu'il y ait eu des modifications et une évolution au fil du temps, le bien reflète les paysages culturels les mieux préservés des colonies libres et forcées.

Authenticité

L'authenticité du bien repose sur l'emplacement, la forme, la conception et les matériaux. Le paysage culturel caractéristique, avec sa forme structurée, ses plantations, ses édifices qui subsistent et ses sites archéologiques de la période où les colonies furent créées et prospérèrent, illustre l'histoire des colonies de bienfaisance et reflète la valeur universelle exceptionnelle.

L'utilisation des colonies pour l'agriculture et leurs objectifs sociaux tels que formulés par la Société de bienfaisance durant deux siècles ont été pour la plupart poursuivis et complétés par de nouvelles fonctions, qui ont redéfini la portée sociale originale des colonies, dans l'esprit des colonies et adaptées aux temps nouveaux. Le facteur de connexion n’est pas une période « authentique » unique mais la structure du paysage qui s’est développée en deux phases déterminantes : la phase de création (1818-1859) puis la phase de l’évolution, celle des institutions d’État et de la privatisation (1860-1918).

Éléments requis en matière de protection et de gestion

Le bien est protégé par divers outils très différents qui vont des lois nationales aux règlements municipaux et qui couvrent à la fois les valeurs naturelles et culturelles. Ces instruments juridiques fournissent des orientations sectorielles ou des critères pour toute intervention ou mesures de conservation du bien. La protection juridique est appropriée pour les bâtiments individuels. Dans les deux pays, les édifices représentatifs ont reçu le statut de monument et sont protégés. Cela concerne un certain nombre d’édifices et d'ensembles d’édifices au sein des colonies qui sont protégés en tant que monuments individuels. Au niveau national, toutes les colonies néerlandaises sont totalement ou partiellement protégées en tant que paysages de village. En Belgique, Wortel est un paysage protégé du patrimoine culturel. Il convient de veiller à ce que la protection nationale de paysage de village couvre toute l'étendue de Wilheminaoord. Aux Pays-Bas, une nouvelle loi sur l'environnement et l'aménagement du territoire entrera en vigueur en 2021 pour réglementer la protection des valeurs patrimoniales, en remplacement de l'actuelle loi sur l'aménagement du territoire. La nouvelle loi offre des possibilités de protection intégrale de la valeur universelle exceptionnelle ainsi que des possibilités d'évaluation des nouveaux développements. L’organisation du système de gestion du bien semble efficace. Elle comprend un comité intergouvernemental chargé de traiter les problèmes entre les États parties, un groupe de pilotage transnational, la désignation d’un détenteur de site dans chaque pays, un comité de conseil technique, des gestionnaires de site et du personnel. Le plan de gestion consiste en un document principal pour la totalité du bien, complété par trois plans spécifiques pour les éléments constitutifs. L’objectif du plan de gestion est d’assurer la préservation et le renforcement de la valeur universelle exceptionnelle pour la série dans son ensemble et pour chacune des colonies. La préparation aux risques est traitée par des mécanismes existants plutôt que par une stratégie spécifique. La gestion des visiteurs est assurée par une série de mesures incluant les centres d’accueil des visiteurs, les matériels d’interprétation ainsi que des équipements annexes et des mesures complémentaires sont prévues. La gestion de la circulation automobile est un problème identifié. Les communautés locales et les résidents sont étroitement associés à la gestion du bien au travers de moyens formels ou autres. La gestion du bien en tant qu’entité unique demeure un défi, en particulier pour s’assurer que les approches de conservation évoluent dans le même sens.

Activités (1)
top