Le Gouvernement du Honduras et le Bureau multi-pays  de  l’UNESCO  pour  l’Amérique  centrale, tiendront le 2 septembre prochain un  atelier de discussion à l’occasion du 40éme anniversaire de l’inscription du site maya de Copán sur la Liste du patrimoine culturel mondial.

C’est  ce  qu’ont  rapporté,  le  lundi  17  août  les organisateurs  de  l’événement,  à  travers  une parution dans la presse virtuelle, à laquelle ont assisté, entre autres, la Directrice du Bureau multi- pays de l’UNESCO, Esther Kuisch-Laroche, et la Sous-Secrétaire à la Coopération internationale et à la Promotion de la Chancellerie, Norma Cerrato.

La célébration de ce quarantième anniversaire est une occasion propice pour réfléchir également sur le rôle du patrimoine culturel dans le développement durable, sur l’étendue des  objectifs  de  l’Agenda  2030,  ainsi  que  sur  l’importance  de  la  sauvegarde  et  la conservation de la valeur universelle exceptionnelle des sites qui gardent la mémoire de
l’humanité.

En raison de l’urgence sanitaire actuelle dans la région et dans le monde due à la pandémie
de Covid-19, un certain nombre d’activités scientifiques virtuelles ont été coordonnées pour célébrer l’événement.

La discussion inaugurale s’inscrit également dans le mouvement mondial ResiliArt, lancé par l’UNESCO dans le contexte de la crise du Covid-19, afin de mettre en relief la situation du secteur culturel et créatif pendant la pandémie, montrant ses stratégies de résilience et de co-construction de voies pour faire face à l’urgence, comme l’a expliqué Mme Kuisch- Laroche.

Copán, une fierté nationale.

La vice-chancelière Cerrato a rappelé qu’en raison de la pandémie, la grande majorité des sites exceptionnels, comme le site maya de Copán, ont fermé leurs portes aux visiteurs pendant le confinement. Cette situation, a-t-elle dit, « dans de nombreux cas pose des risques importants pour la préservation et crée également une distanciation entre les biens, les sites culturels et les communautés qui les protègent ».

Toutefois, elle a souligné qu’en ces temps difficiles, la société a tourné les yeux vers la culture parce qu’elle y a trouvé ses fondements et, par conséquent, le rôle que les sites culturels et les professionnels de la culture jouent sera d’une importance particulière dans la
phase de rétablissement, une fois l’urgence sanitaire sera surmontée.

« Nos ancêtres ont réalisé une importante contribution au bénéfice de l’humanité dans le domaine de la science, de l’art et de la culture. Si les Honduriens d’aujourd’hui sont capables de suivre cet exemple des grands bâtisseurs, sages et créateurs Mayas, nous avons
également la capacité de construire un grand pays, un grand Honduras », a souligné Cerrato.

L’inauguration de la célébration virtuelle comptera avec la représentation de haut niveau des autorités honduriennes, de l’UNESCO et de l’Institut régional du patrimoine mondial de Zacatecas (Mexique) et de l’Organisation Mundo Maya.