Patrimoine mondial https://whc.unesco.org?cid=305&l=fr&searchDecisions=&search_theme=15&action=list&mode=rss Centre du patrimoine mondial - décision du Comité 90 fr Copyright 2023 UNESCO, World Heritage Centre Tue, 21 Mar 2023 03:55:44 EST UNESCO, World Heritage Centre - Decisions https://whc.unesco.org/document/logowhc.jpg https://whc.unesco.org 3 COM VI.12 [Uniquement en anglais] Report by former Chairman and Rapporteur on activities undertaken during the period September 1978-October 1979 and Action to be taken thereon In reporting to the Committee on activities undertaken during the previous year, the former Chairman, Mr. David Hales, focussed on significant successes noted by the Committee and he also referred to serious problems for the future. He drew attention to the increase in the number of ratifications or acceptances of the Convention which totalled 48, to the substantial increase in the number of fellowships provided under the World Heritage Fund as well as in the assistance provided for the protection of sites. Mr. Hales also laid stress on the vast increase in the number of nominations received for inscription on the World Heritage List. However, he had become aware over the past year of the fact that the Convention remained largely an unknown body in the majority of countries and that many Governments did not fully understand its implications. He expressed his concern with respect to the extremely heavy workload for the Secretariat, the advisory organizations, the Bureau and the Committee itself, and he noted that the staff on the Secretariat of the Committee was still insufficient. Another problem was raised by the increasing imbalance between cultural and natural representation on the Committee and he felt that appropriate action should be taken by the States members of the Committee to redress this situation so that the credibility of the World Heritage List should not be put in doubt. Lastly, he underlined the serious responsibility of the Committee with respect to the List, stressing that the Committee's wisdom would be judged by the composition of the List.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/2169 wh-info@unesco.org Mon, 22 Oct 1979 00:00:00 EST
3 COM VI.13 [Uniquement en anglais] Report by former Chairman and Rapporteur on activities undertaken during the period September 1978-October 1979 and Action to be taken thereon The Rapporteur then proceeded to report on the last two sessions of the Bureau. The written report of the 2nd session, which took place in Paris from 28-30 May 1979, gave rise to no comments from the members of the Committee.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/2170 wh-info@unesco.org Mon, 22 Oct 1979 00:00:00 EST
3 COM VI.14 [Uniquement en anglais] Report by former Chairman and Rapporteur on activities undertaken during the period September 1978-October 1979 and Action to be taken thereon The report on the third session of the Bureau which took place in Cairo on 21 October 1979 was read before the Committee. Those points raised by the Bureau which called for decisions by the Committee and which were not the subject of an item on the Agenda were then taken up by the
Committee.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/2171 wh-info@unesco.org Mon, 22 Oct 1979 00:00:00 EST
3 COM VI.15 [Uniquement en anglais] Report by former Chairman and Rapporteur on activities undertaken during the period September 1978-October 1979 and Action to be taken thereon Thus, with respect to paragraph 16 of the report on the different types of recommendation formulated by the Bureau to the Committee on nominations, the Committee decided to adopt for its third session the procedure proposed by the Bureau which is as follows: nominations would not be examined by the Committee: (a) when the deadlines for their submission had not been respected, (b) when their proper processing had not been possible and (c) when it was evident that the supporting documentation was incomplete and/or inadequate; on the other hand those nominations which raised problems of application of the criteria (calling in some cases for the submission of additional documentation) would be submitted to the Committee for consideration with a recommendation from the Bureau that action be deterred, together with those recommended to the World Heritage List and those definitively not recommended for inscription on the List.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/2172 wh-info@unesco.org Mon, 22 Oct 1979 00:00:00 EST
3 COM VI.16 [Uniquement en anglais] Report by former Chairman and Rapporteur on activities undertaken during the period September 1978-October 1979 and Action to be taken thereon The Committee agreed with the proposal or the Bureau that in the case of properties which fully met the criteria for inclusion in the World Heritage List and which had suffered damage from disasters, the normal deadlines for the submission and processing of dossiers may be waived by the Bureau.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/2173 wh-info@unesco.org Mon, 22 Oct 1979 00:00:00 EST
3 COM VI.17 [Uniquement en anglais] Report by former Chairman and Rapporteur on activities undertaken during the period September 1978-October 1979 and Action to be taken thereon The Committee also shared the concern of the Bureau at the establishment in the United Kingdom of an organization bearing the name of "World Heritage Association" and of a Fund called "Heritage Trust". The Committee felt strongly that the use in names of the term "World Heritage" should be strictly limited to those activities directly related to the Convention and considered that the use of these terms in the titles of other organizations could only lead to confusion which would be regrettable. It therefore requested the Chairman to write to the above-mentioned Association, expressing the concern of the Committee, requesting it to modify its name so that the terms "World Heritage" no longer appeared therein and suggesting that the Association adopt a name such as the sub-title proposed by its Chairman designate ("International Federation of Independent Organizations for the protection of the cultural and natural heritage").

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/2174 wh-info@unesco.org Mon, 22 Oct 1979 00:00:00 EST
3 COM VI.18 [Uniquement en anglais] Report by former Chairman and Rapporteur on activities undertaken during the period September 1978-October 1979 and Action to be taken thereon Following the recommendation of the Bureau, the Committee decided to set up three working groups, as follows:

A. On criteria for the evaluation of cultural property and the processing of nominations, composed of:

Australia, Bulgaria (Chairman), Ecuador, France, Iran, Italy, Panama, United States of America, Canada (observer), ICOMOS and OMMSA.

B. On the management of the Convention and its financial implications, composed of:

Australia, France, Nepal, Pakistan, Senegal (Chairmen), Switzerland, United States of America, Yugoslavia, ICOMOS, IUCN and ICCROM.

C. On criteria for the evaluation of natural properties, composed of:

Australia (Chairman), France, United States of America, Canada, (observer) and IUCN.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/2175 wh-info@unesco.org Mon, 22 Oct 1979 00:00:00 EST
3 COM X.26 [Uniquement en anglais] Promotional Activities The Committee took note of the report of the Secretariat on public information activities undertaken during the preceding year. This report called for decisions by the Committee on the publication of the World Heritage List and on the proposal received from the Swedish firm, Upsala Ekeby, to produce glass and silverware commemorating the World Heritage Convention.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/2183 wh-info@unesco.org Mon, 22 Oct 1979 00:00:00 EST
3 COM XI.36 [Uniquement en anglais] Amendments to the criteria for the inclusion of cultural and natural properties in the World Heritage List and Guidelines for the evaluation of Nominations to the World Heritage List by ICOMOS and IUCN The Committee took note of the typology proposed in Mr. Michel Parent's report. It considered that it was on the basis of the inventories submitted by States Parties that such a typology could be finalized. The question will therefore continue to be studied until its next session.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/2193 wh-info@unesco.org Mon, 22 Oct 1979 00:00:00 EST
5 COM VI.11 Rapport de la 5e session du Bureau du Comité du patrimoine mondial The Rapporteur, Mr A. Beschaouch, referred to the main points of the report on the fifth session of the Bureau of the Committee, held in Paris from 4 to 7 May 1981. In particular, he draw attention to the twenty-seven properties recommended for inclusion in the World Heritage List.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5233 wh-info@unesco.org Mon, 26 Oct 1981 00:00:00 EST
6 COM V.11 Rapport de la 6e session du Bureau du Comité du patrimoine mondial Le Rapporteur, M.A. Beschaouch, a rappelé les grandes lignes du rapport sur la 6e session du Bureau du Comité, tenue à Paris du 21 au 24 juin 1982. Il a, en particulier, attire l'attention sur les vingt-quatre biens qui ont été recommandes pour inclusion dans la Liste du Patrimoine mondial et sur la demande, adressée par le Bureau a l'UICN et a l'ICOMOS, d'élaborer des orientations pour l'inscription de biens culturels et naturels sur la Liste du Patrimoine mondial en péril. Il a ajouté que, en réponse à la demande du Bureau, un rapport établi par ces deux organisations sur cette question était présenté au Comité.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5268 wh-info@unesco.org Mon, 13 Dec 1982 00:00:00 EST
6 COM VI.12 Rapport du représentant du Directeur-général sur les activités entreprises depuis la 5e session du Comité du patrimoine mondial Dans son rapport sur les activités entreprises depuis la 5e session du Comité du Patrimoine mondial pour la mise en œuvre de la Convention, le représentant du Directeur général, M. Michel Batisse, Sous-Directeur général adjoint (Secteur des Sciences), rappelle qu'au total soixante-neuf États avaient maintenant ratifie, accepte ou adhère à la Convention. Cent douze biens proposés par trente-trois États parties figuraient désormais sur la Liste du Patrimoine mondial. Il a décrit les activités entreprises pour donner suite aux décisions du Comite adoptées lors de sa cinquième session et a, notamment, attire !'attention sur le programme de formation et les diverses initiatives prises pour produire et diffuser du matériel d'information auprès d'un large public. Enfin il a indique que l'excèdent du Fonds du Patrimoine mondial, à la date du 31 octobre 1982, s'élevait a plus de 2,3 millions de dollars. Il a estimé que, malgré quelques difficultés a prévoir dans la rentrée des contributions, la situation générale de la Convention et du Fonds était satisfaisante et constituait un excellent exemple de coopération internationale dans le contexte actuel.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5269 wh-info@unesco.org Mon, 13 Dec 1982 00:00:00 EST
6 COM XVII.52 Rapport du Comité a la 22eme session de la Conférence générale The Committee took note of the draft report prepared for the period September 1980 to November 1982, given in document CLT-82/CONF.015/7. It agreed to the suggestion of the Secretariat that the report would be completed with information on the implementation of the Committee's decisions adopted at its sixth session and be submitted to the Bureau at its next meeting for approval and submission to the next General Conference. The Committee decided that a reference shall be added to the report which stresses the need for adequate staff resources particularly in view of the increasing number of properties on the World Heritage List.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5295 wh-info@unesco.org Mon, 13 Dec 1982 00:00:00 EST
8 COM VI.12-14 Rapport de la huitième session du Bureau : villes & centres historiques 12. M. da Silva Telles (Brésil), rapporteur du Bureau précédent, a présenté le rapport de la huitième session du Bureau, tenue du 4 au 7 juin 1984. Il a présenté en outre un rapport sur la réunion complémentaire que le Bureau avait tenue le 29 octobre avant l'ouverture de la huitième session du Comité lui-même. Cette réunion complémentaire du Bureau avait pour objet d'examiner, premièrement, les conclusions d'un groupe d'experts convoqué par l'ICOMOS pour étudier les critères applicables aux villes historiques et, deuxièmement, à la lumière de ces conclusions, les propositions d'inscription des centres historiques des villes de Québec (Canada) (N° 300) et de Salvador (Brésil) (N° 309). Y ont participé Mme Vlad-Borrelli (Présidente), les représentants de l'Algérie, de l'Australie, de la Guinée et de la Norvège (Vice-présidents), M. A. da Silva Telles, Rapporteur, ainsi que les représentants de l'ICOMOS. Les représentants de la Bulgarie, de Chypre et du Sénégal ont assisté à la réunion en qualité d'observateurs.

13. Le Bureau a examiné les conclusions de la réunion d'experts tenue à Paris du 5 au 7 septembre 1984 sur les villes historiques et organisée par l'ICOMOS. Félicitant l'ICOMOS pour le travail accompli et adoptant la méthodologie proposée, le Bureau a suggéré toutefois que quelques amendements soient apportés à ce document appelé à une large diffusion sous forme de directives. En outre, sur proposition du représentant de la Guinée, le Bureau a insisté sur la nécessité de choisir les villes à inscrire sur la Liste du Patrimoine mondial en associant, dans la mesure du possible, aux critères techniques définis par les experts des valeurs plus générales de célébrité et de représentativité culturelle. En effet, le choix d'une ville en vue de son inscription sur la Liste du Patrimoine mondial exigeant un effort commun de sauvegarde de la part de ses habitants, il importe que ceux-ci soient étroitement associés à une décision dont dépend l'avenir du bien considéré.

14. Le Comité, après avoir examiné le rapport de l'ICOMOS et les recommandations du Bureau, a adopté le texte suivant :

"Dans son article 1, la Convention prévoit l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial d'"ensembles : groupes de constructions isolées ou réunies, qui, en raison de leur architecture, de leur unité, ou de leur intégration dans le paysage, ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de l'histoire, de l'art ou de la science." ...

Les ensembles urbains susceptibles d'être inscrits sur la Liste du Patrimoine mondial se répartissent en trois principales catégories :

i. les villes mortes, témoins archéologiques figés d'un passé révolu qui répondent généralement au critère d'authenticité et dont la gestion peut être aisément contrôlée,

ii. les cités historiques vivantes qui, par leur nature même, ont été et seront appelées à évoluer sous l'effet de mutations socio-économiques et culturelles, ce qui rend plus difficile toute évaluation en fonction du critère d'authenticité et plus aléatoire toute politique de conservation,

iii. les villes nouvelles du XXe siècle qui participent paradoxalement des deux situations précédentes, leur organisation urbaine restant très lisible et leur authenticité certaine mais leur avenir étant obéré par une évolution incontrôlable.

Les villes mortes ne soulèvent pas de difficultés d'évaluation particulières par rapport à l'ensemble des sites archéologiques l'approche générale des critères qui valorise l'unicité ou l'exemplarité, a permis le choix de biens culturels remarquables par la pureté du type et de la structure, par la densité monumentale comme : Timgad (Algérie), Mohenjo-Daro (Pakistan), Machupicchu (Pérou) et parfois par les grands souvenirs historiques qui s'y rattachent comme Cyrène (Libye) ou Kilwa Kisiwani (Tanzanie).

Il faut souligner la nécessité d'une inscription intégrale des sites urbains archéologiques : un centre monumental ou un petit groupe d'édifices ne peut suffire à évoquer les fonctions multiples et complexes d'une cité disparue qu'il est souhaitable de conserver dans toute son étendue et, si possible, avec son environnement naturel.

Pour les villes historiques vivantes, les difficultés sont multiples, en raison notamment de la fragilité du tissu urbain (souvent bouleversé depuis le début de l'ère industrielle) et de l'urbanisation galopante des périphéries. Pour être retenues, le villes devront s'imposer par leur qualité architecturale et ne pourront être considérées d'un point de vue abstrait pour l'intérêt de leurs fonctions passées ou en tant que symboles historiques au titre du critère vi des "Orientations". Il est rappelé que l'organisation de l'espace, la structure, les matériaux, les formes, et, si possible les fonctions du bien culturel éligible doivent essentiellement témoigner de la civilisation ou de la suite de civilisations au titre desquelles ce bien est proposé.

Quatre cas de figure peuvent être distingués :

  1. Celui de villes typiques d'une époque ou d'une culture, conservées dans une quasi-intégrité et que n'a affecté pratiquement aucun développement ultérieur. En ce cas, le bien à inscrire s'identifie à l'ensemble de la ville et de son environnement qui doit être impérativement protégé : Ouro Preto (Brésil), Shibam (Yémen démocratique);
  2. celui de villes à caractère évolutif exemplaire ayant conservé, parfois dans le cadre d'un site naturel exceptionnel, une organisation de l'espace et des structures caractéristiques des phases successives de leur histoire. En ce cas, la partie historique, nettement délimitée, prévaut sur l'environnement contemporain : Cuzco (Pérou), Berne (Suisse), Split (Yougoslavie);
  3. celui des "centres historiques" recouvrant exactement le périmètre de la ville ancienne, aujourd'hui englobée dans une cité moderne. En ce cas, il est nécessaire de délimiter avec précision le bien à inscrire dans ses dimensions historiques les plus larges en prévoyant un traitement approprié de 'son environnement immédiat Ancienne ville de Damas (Syrie), Médina de Tunis (Tunisie), Rome;
  4. celui des secteurs, quartiers ou îlots fournissant, même à l'état résiduel, un échantillon cohérent d'une ville historique. En ce cas la zone et les bâtiments concernés doivent témoigner suffisamment de l'ensemble disparu : le Caire islamique (Egypte), Quartier de Bryggen à Bergen (Norvège).

L'inscription des centres historiques et des quartiers anciens est recommandée chaque fois que la densité et la qualité monumentale sont directement révélatrices des caractéristiques d'une ville d'intérêt exceptionnel, il est déconseillé de faire des propositions ponctuelles portant sur plusieurs monuments isolés mais nullement complémentaires, censés évoquer, à eux seuls une ville dont le tissu urbain a perdu toute cohérence.

En revanche, des propositions peuvent être faites en faveur de réalisations limitées dans l'espace mais ayant exercé une grande influence sur l'histoire de l'urbanisme, ainsi les Places de Nancy (France) ou la Place Meidan-e-Shah d'Ispahan (Iran).

En ce cas, il convient de souligner que l'inscription concerne essentiellement un ensemble monumental et accessoirement la ville où il s'insère. De la même manière si, dans un espace urbain très dégradé ou insuffisamment représentatif, un monument possède une valeur universelle évidente, il va de soi qu'il doit être inscrit sans référence spéciale à la ville : Mosquée de Cordoue (Espagne), Cathédrale d'Amiens (France).

Il est difficile de juger de la qualité des villes actuelles, parmi lesquelles seule l'histoire permettra de distinguer celles qui ont valeur exemplaire pour l'urbanisme contemporain. L'examen de ces dossiers devrait être différé tant que l'ensemble des villes historiques traditionnelles qui appartiennent au patrimoine de l'humanité, et qui en sont la partie la plus vulnérable, n'aura pas été inscrit sur la Liste du Patrimoine mondial.

En conclusion, dans la situation actuelle, l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial des agglomérations de dimensions faibles ou moyennes seules à pouvoir éventuellement contrôler leur croissance, est plus facilement acceptable que celles des grandes métropoles qui peuvent difficilement fournir des dossiers satisfaisants en vue d'une inscription intégrale.

Etant donné les répercussions que peut avoir sur le devenir d'une ville son inscription sur la Liste du Patrimoine mondial, une telle inscription doit rester exceptionnelle.

L'inscription implique l'existence préalable de mesures législatives et administratives garantissant la protection du bien culturel et celle de son environnement. Elle implique aussi une prise de conscience de la part de la population concernée sans la participation active de laquelle toute entreprise de sauvegarde serait illusoire.

Il est souhaitable que grâce à des rapports réguliers des autorités responsables l'Unesco soit tenue au courant de la situation actuelle du bien culturel protégé par la Convention du patrimoine mondial."

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/3894 wh-info@unesco.org Mon, 29 Oct 1984 00:00:00 EST
9 COM V.8-12 Rapport du Secrétariat sur les activités entreprises depuis la huitième session du Comité du patrimoine mondial 8. Le Secrétaire, M. B. von Droste, Directeur de la Division des sciences écologiques, a fait rapport sur les activités entreprises depuis la 8ème session du Comité, tenue à Buenos-Aires du 29 octobre au 2 novembre 1984. Dressant tout d'abord un bilan général de la mise en œuvre de la Convention, il a annoncé que six nouveaux États, à savoir, par ordre chronologique, le Qatar, la Nouvelle Zélande, la Suède, la République dominicaine, la Hongrie et les Philippines, avaient accédé à la Convention depuis cette date, ce qui portait à 88 le nombre d'États parties à la Convention. La Convention continuait donc à susciter l'intérêt croissant des États. Il fallait toutefois remarquer que la couverture géographique était encore très inégale, les régions d'Asie et d'Europe de l'Est étant peu représentées. Il a par ailleurs indiqué que, si le nombre de propositions d'inscription sur la Liste du Patrimoine mondial augmentait régulièrement, trop peu d'États (seulement 23) avaient encore fourni des listes indicatives, nécessaires pour l'évaluation des propositions d'inscription. Il convenait également de veiller au maintien d'un certain équilibre entre biens culturels et biens naturels pour respecter l'esprit de la Convention ; la proportion actuelle était de deux tiers/un tiers. L'état du Fonds du patrimoine mondial restait une préoccupation majeure, malgré le règlement d'un certain nombre de contributions. Les ressources du Fonds restaient en effet inférieures à celles d'années antérieures (1980-1983), alors que le nombre d'États parties et d'inscriptions sur la Liste du Patrimoine mondial avait considérablement augmenté.

9. Il a ensuite passé en revue les activités menées depuis la huitième session du Comité en matière d'assistance préparatoire, de coopération technique, de formation de spécialistes et d'assistance d'urgence. Au sujet des activités promotionnelles, le Secrétaire a annoncé la réalisation, avec l'appui du Ministère espagnol des biens culturels, d'une exposition sur le Patrimoine mondial, présentée tour à tour à Madrid, au Canada et dans le métro à Paris. Il a appelé les États à faire circuler l'exemplaire de cette exposition dont disposait le Secrétariat, ou à en assurer la reproduction pour l'utiliser dans leur pays.

10. Enfin, le Secrétaire a souligné l'excellente coopération avec l'ICOMOS et l'UICN, mais insisté sur le fait que la charge de travail du Secrétariat avait augmenté considérablement alors que le nombre de personnes travaillant pour la mise en œuvre de la Convention était resté constant depuis que celle-ci était devenue opérationnelle. Il a remercié les autorités canadiennes d'avoir mis à la disposition du Secrétariat un expert pendant deux ans.

11. Le Secrétaire a conclu son exposé en mettant l'accent sur les défis auxquels il fallait faire face au début de la deuxième décennie de l'existence de la Convention : son universalité, l'engagement et la mobilisation des États parties, notamment par la création de structures nationales pour la mise en œuvre de la Convention. La sensibilisation du public à la sauvegarde du patrimoine mondial.

12. En réponse au rapport du Secrétariat, le Comité a estimé que l'attention du Directeur général devrait être attirée sur la situation du Secrétariat et la nécessité de le renforcer. Le Président du Fonds pour la promotion de la culture et le représentant de l'ALECSO ont réaffirmé, quant à eux, leur offre de coopérer avec le Comité du Patrimoine mondial.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/3832 wh-info@unesco.org Mon, 02 Dec 1985 00:00:00 EST
9 COM VI.13 Rapport sur la neuvième session du Bureau du Comité du patrimoine mondial 13. Le Secrétariat a présenté le rapport de la neuvième session du Bureau, ainsi qu'un amendement à ce rapport, proposé par le représentant de l'Algérie. Le Comité a pris acte du rapport ainsi amendé.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/3833 wh-info@unesco.org Mon, 02 Dec 1985 00:00:00 EST
9 COM XIII.38-39 Suivi de l’état de conservation des biens du patrimoine mondial : questions générales 38. Le Comité a remercié l'UICN de lui avoir présenté ces rapports détaillés et de l'avoir périodiquement informé de l'état de conservation des biens naturels. Il a aussi accueilli avec satisfaction la proposition faite par l'ICOMOS de lui présenter des rapports analogues, dans la mesure de ses moyens, dans le proche avenir.

39. Enfin, le Comité s'est félicité du document SC-85/CONF.008/INF.2 faisant état des mesures prises par la Yougoslavie pour mettre en œuvre la Convention concernant la protection du patrimoine mondial et a encouragé les autres États parties à établir des rapports nationaux de ce type pour soumission au Comité.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/3887 wh-info@unesco.org Mon, 02 Dec 1985 00:00:00 EST
9 GA 9 Rapport du Président du Comité du patrimoine mondial https://whc.unesco.org/fr/decisions/6523 wh-info@unesco.org Fri, 29 Oct 1993 00:00:00 EST 10 GA 9 Rapport du Président du Comité du patrimoine mondial https://whc.unesco.org/fr/decisions/6513 wh-info@unesco.org Thu, 02 Nov 1995 00:00:00 EST 11 GA 11-16 Rapport du Président du Comité du patrimoine mondial pour la période 1996-1997 11. La Présidente, Mme Teresa Franco, a rappelé les dernières sessions du Comité du patrimoine mondial qui se sont tenues à Berlin (Allemagne - 19e session), puis à Mérida (Mexique - 20e session). Lors de ces sessions, le Comité du patrimoine mondial a décidé d’inclure 66 nouveaux sites sur la Liste, portant le nombre total à 506, dont 380 sites culturels, 108 sites naturels et 19 sites mixtes.

12. Après un quart de siècle de mise en oeuvre, il apparaît que la Convention de 1972 est l’un des instruments les plus satisfaisants dans le domaine de la protection du patrimoine. La Présidente a souhaité rappeler les efforts entrepris par le Comité du patrimoine mondial pour faire correspondre les sites aux critères d’évaluation puis, elle a relevé le faible nombre de propositions et d’inscriptions de sites naturels. Elle a souligné le déséquilibre entre le nombre de sites proposés et classés pour l'Europe par rapport au nombre de sites culturels classés dans les autres régions du monde.

13. A cet égard, elle a rappelé l’aide apportée par le Comité aux situations les plus urgentes. L'allocation budgétaire a d’ailleurs considérablement augmenté : de 150.000 dollars EU par an affectés en 1994/1995 pour l’assistance préparatoire, elle est passée à 175.000 dollars EU en 1996, et à 300.000 dollars EU en 1997. Le montant attribué au programme de formation est passé 440.000 à 452.000 dollars EU pour 1994/1995, à 550.000 dollars EU en 1996, et à 745.000 dollars EU en 1997.

14. Elle a exprimé sa préoccupation par rapport au manque de requêtes d'assistance internationale surtout dans le domaine de l'assistance préparatoire, probablement causé par le manque de connaissances des procédures pour accéder à cette assistance.

15.  Elle a indiqué que le Comité serait en mesure, lors de sa prochaine session à Naples, de compter sur le rapport des auditeurs, sur la gestion de la Convention, permettant ainsi une planification des travaux pour les années à venir.

16. Le Président de l’Assemblée générale a de nouveau exprimé sa satisfaction pour le travail accompli.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/6501 wh-info@unesco.org Mon, 27 Oct 1997 00:00:00 EST