English Français

 Atténuation des conflits dans la réserve de faune à okapis 

© Eric Loddé

Avec 13 720 km2, la Réserve de faune à okapis dispose d’une riche biodiversité et écosystème forestier avec une importance culturelle et économique pour les chasseurs pygmées nomades traditionnels Mbuti et Efe qui habiteraient ces forêts depuis environ 40 000 ans.

Bien que la réserve soit protégée, elle a été confrontée, en particulier le long de sa frontière ouest, à une escalade rapide des menaces causées par l'insécurité, le braconnage et le trafic illégal d'espèces sauvages, aggravés par une économie minière illégale impliquant des groupes armés et des acteurs clandestins. 

La Réserve de faune à okapis a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial en 1996 et sur la Liste du patrimoine mondial en péril depuis 1997.

Située au nord-est de la RDC, la Réserve de faune à okapis occupe environ un cinquième de la forêt de l'Ituri au nord-est de la République démocratique du Congo. Le bassin du fleuve Congo, dont le bien et la forêt font partie, est l'un des plus grands systèmes de drainage en Afrique. La réserve contient des espèces menacées de primates et d'oiseaux et environ le sixième des populations d’okapis vivant à l’état naturel. L’okapi, endémique à la RDC, est une espèce protégée par les lois nationales.

Objectives

Conformément à la décision 43 COM 7A.9 adoptée par le Comité du patrimoine mondial lors sa 43e session (Bakou, 2019), le projet vise spécifiquement à:

Résoudre les conflits liés à l’utilisation des ressources naturelles

Faciliter la démarcation des limites ouest du bien pour résoudre les conflits liés à l’utilisation des ressources naturelles

Autonomisation des communautés

Améliorer l’efficacité de la gestion du bien en contribuant à l’autonomisation des communautés et en assurant leur implication dans les activités de gestion et développement.

État d’avancement

-Le partenaire d'exécution a été identifié en consultation avec l'État partie et le dossier a été soumis à l'UNESCO - Comité des contrats en avril 2020. 
-AIP avec WCS a été validé par le Comité des marchés le 20 mai 2020.
-WCS a réalisé à Bunia des réunions de consultation au niveau provincial avec le cabinet du gouvernement provincial de l'Ituri, réunions auxquelles ont participé des membres du gouvernement provincial, des membres du parlement provincial, des organes de sécurité et officiers responsables des mines ainsi que des membres la société civile. Conformément aux nécessaires mesures de prévention de santé publique dues au COVID-19, chaque groupe s'est réuni séparément plutôt que d’être tous rassemblés dans une grande salle de réunion.  WCS a également tenu une réunion à Mambasa où son équipe a rencontré l'Administrateur du territoire (chef de la division de Mambasa qui comprend la frontière occidentale de l'OWR), les organes de sécurité, la société civile et les agents chargés de l'environnement et des mines. Des réunions de consultation locales et une cartographie vont commencer ce mois-ci (septembre 2020) et des patrouilles anti-braconnage sont en cours dans le secteur ouest de l’OWR.

Partenaires

Wildlife Conservation Society (WCS) et
Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN)

Ce projet est rendu possible grâce au soutien financier du gouvernement de la Norvège.

Sites du patrimoine mondial (1)