Rammadiya d'El Magtaa (El Mekta), le site princeps de la culture capsienne

Tunisie
Date de soumission : 15/04/2021
Critères: (iii)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Délégation permanente de la Tunisie auprès de l'UNESCO
État, province ou région :
Tunisie-Gafsa
Coordonnées N34 31 43.70 E8 43 51.70
Ref.: 6536

Description

Situé dans la chaîne montagneuse d'El Magtaa au sud des Hautes Steppes tunisiennes, entre Oued Sidi Aïch et Oued Safyoun, à 10 km au nord de la ville actuelle de Gafsa, le site dit « Rammadiya d'El Magtaa » est un site archéologique d'époque préhistorique. Il recèle des vestiges datant de 10 000 ans à 7000 ans BP, allant de l'Holocène inférieur à l'Holocène moyen. La datation des découvertes a été confirmée par une analyse au carbone 14 et par les industries lithiques, conception et innovation technologiques qui remontent à cette époque. Situé à flanc de coteau, à 400 m au-dessus du niveau de la mer, il est fonné d'un talus et d'une plateforme. Le talus mesure 60m de long et 25m de large.

Son épaisseur est de 1,50m avec un pendage de 45°. Les dimensions horizontales de sa plateforme sont 20m par 10m pour une épaisseur de 1m. Une barre calcaire haute de 4 mètres délimite son côté nord. El Magtaa dispose d'une séquence chrono-stratigraphique fiable des changements techno-économiques survenus entre le Capsien typique identifié dans le talus, et le Capsien supérieur occupant la plateforme. Des fouilles bien localisées ont été pratiquées dans le site durant la première moitié du 20ème siècle, la dernière en date est celle de 2012.

El Magtaa a livré un ensemble unique en Afrique du Nord de sculphires anthropomorphes et zoomorphes en pierre. Il se singularise par le fait d'avoir fourni en nombre conséquent un mobilier original et à renfemier des témoignages d'activités artistiques volumétriques sous forme de statuettes et de sculptures sur pierres locales. C'est un foyer d'art figuratif statuaire non marginal. Sur les parois de rochers attenants au site, les pétroglyphes sont les vestiges de cet art mobilier, les premiers connus d'un site capsien.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionnelle

El Magtaa est un des sites fondamentaux pour la compréhension de l'homme durant la préhistoire et le gisement référence de la culture capsienne et reconnu comme tel par la communauté scientifique internationale. C'est à ce site que la préhistoire tunisienne et nord-africaine doit la reconnaissance précoce et la définition de la plus dynamique et de la plus attrayante des cultures préhistoriques de l'Holocène, le Capsien, qui emprunta son nom à celui de la ville antique de Capsa, l'actuelle Gafsa. Cette culture est subdivisée en deux faciès: le Capsien typique daté de 9298-9435 cal BP et le Capsien supérieur daté de 7703-7825 cal BP. El Magtaa représente à ce jour le seul site connu en Tunisie et bien conservé dans lequel la séquence Capsien typique-Capsien supérieur a été mise en évidence avec les deux faciès superposés au même endroit.

Les vestiges du site constituent un témoignage exceptionnel sur la vie quotidienne des dernières communautés de chasseurs cueilleurs de l'Holocène inférieur et de l'Holocène moyen en Tunisie. Le bien présente un très grand intérêt d'un point de vue anthropologique et ethnologique, et permet de saisir un moment crucial de la vie des capsiens: la résilience de ces populations de chasseurs face aux changements climatiques survenus à l'Holocène. En raison de son potentiel archéologique riche et bien conservé, le bien est d'une grande importance pour comprendre révolution économique et sociale des populations capsiennes nord-africaines.

Les créations artistiques (figurines-pétroglyphes, fragments d'ouf d'autruche gravés) donnent une esquisse de la vision du monde extérieur et des croyances des populations autochtones occupant les Hautes steppes il y a environ 10 000 ans. Il s'agit d'un paysage géoculturel unique représentant un exemple d'une grande signification de l'interaction de l'homme avec son milieu physique. La stratigraphie offre également un témoignage exceptionnel sur le développement progressif, et la transformation graduelle des sociétés capsiennes à l'Holocène.

Critère (iii): Site référence de la culture capsienne, la plus dynamique et la plus attrayante des civilisations préhistoriques de l'Holocène en Afrique du Nord, El Magtaa constitue un témoignage exceptionnel sur la vie quotidienne des dernières communautés de chasseurs cueilleurs de l'Holocène inférieur et de l'Holocène moyen en Tunisie. Paysage géoculturel unique, il représente un exemple d'une grande signification de l'interaction de l'homme avec son milieu physique.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

Le bien garde un haut degré d'authenticité et ses vestiges archéologiques n'ont pas subi d'altération notable, ni de modification visible. Il a également conservé l'authenticité de son contexte général et de son milieu naturel à l'exception des effets engendrés par les variations climatiques depuis l'Holocène jusqu'à aujourd'hui et par l'érosion naturelle.

Le bien proposé pour inscription comprend la totalité de l'espace couvrant toute la colline d'El Magtaa avec une superficie d'environ 2000 mètres carrés. Tous les bancs calcaires renfermant le silex dans sa position primaire et le plateau calcaire au-dessus du site qui en dépendent structurellement ainsi que les environs immédiats sont préservés in situ et inclus dans les délimitations du bien. Le site et les fouilles sont préservés. Ainsi, la « Grande Tranchée » pratiquée par le Dr. Gobert au cours de ses fouilles durant la première moitié du 20eme siècle est encore visible de nos jours.

Le site d'El Magtaa contient toutes les composantes de la culture capsienne témoignant de la vie quotidienne des populations qui constituent les attributs de la valeur universelle exceptionnelle. Ses vestiges archéologiques sont en bon état de conservation; mais vulnérables aux détériorations causées par les facteurs climatiques. Les pétroglyphes en place ainsi que les vestiges archéologiques et paléontologiques sont quasiment indemnes de tout impact ou altérations causés par l'homme. Les programmes de recherche en cours dans le site répondent d'abord aux grands défis de la conservation d'un patrimoine culturel fragile et vulnérable.

Comparaison avec d’autres biens similaires

La culture capsienne concrétisée archéologiquement par les rammadiyet n'est pas cantonnée au seul site d'El Magtaa. Dans la région de Gafsa, on la retrouve dans d'autres gisements tels que Bortal Fakher, Bir Khanfous, Redeyef, l'abri 402 en incluant des singularités et des adaptations locales de chaque population. Elle est aussi attestée dans le reste du Sud, le Centre et l'Est de la Tunisie.

En Algérie, les rammadiyet sont réparties sur le Centre, le Sud et à l'Est du pays. Le modèle de site préhistorique holocène représenté par des amas coquilliers résultant de l'activité humaine se retrouve également en Europe appelé Kjökkenmödding, qui sont de véritables amas coquilliers renfermant des déchets culinaires. Ces amas coquilliers ne sont pas propres à certains pays ou à des zones géographiques; mais sont répartis partout dans le monde. Sur la façade atlantique de la France, les amas coquilliers mésolithiques sont nombreux. En Mauritanie occidentale, ces amas coquilliers d'origine marine occupent le rivage atlantique entre le VII et le IIe millénaires BP. Les amas coquilliers préhistoriques ou « los conchales » en Amérique latine sont présents surtout à l'Holocène. Et même au Japon, ces amas de coquilles d'origine anthropique sont présents. Le delta du Saloum au Sénégal, en Afrique de l'Ouest, renferme des centaines d'amas coquilliers d'origine anthropique qui remontent à des millénaires. Ce delta est classé sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2011. Tous ces exemples de dépôts coquilliers dont l'Homme est tenu responsable sur de longues périodes ne sont pas l'équivalent des rammadiyet. La rammadiya d'El Magtaa, source de notre connaissance du CAPSIEN, se distingue des exemples qui viennent d'être cités et des nombreux autres qui leur sont similaires par ses spécificités culturelles, économiques et artistiques. C'était un lieu d'habitat, de rejet des déchets, d'inhumation des morts, de vie pour des groupes humains particuliers qui ont occupé les lieux sur de longues périodes. II se distingue aussi par la superposition au même endroit des deux faciès identifiés de cette culture, à savoir le Capsien typique et le Capsien supérieur.