Patrimoine mondial https://whc.unesco.org?cid=305&l=fr&action=list&searchDecisions=&search_session_decision=51&mode=rss Centre du patrimoine mondial - décision du Comité 90 fr Copyright 2019 UNESCO, World Heritage Centre Thu, 17 Oct 2019 20:00:29 EST UNESCO, World Heritage Centre - Decisions https://whc.unesco.org/document/logowhc.jpg https://whc.unesco.org 16 BUR V.32-33 Mosi-oa-Tunya/Victoria Falls (Zambie/Zimbabwe) 32. Le Bureau a noté qu'un projet de construction d'un barrage sur la gorge de Batcka pourrait inonder certaines parties de ce site transfrontalier du patrimoine mondial et que le Centre du patrimoine mondial avait informé un groupe d'ingénieurs consultants chargé S'entreprendre une étude d'impact du projet de construction de barrage sur les menaces potentielles qu'il causerait à l'intégrité de ce site. Le Bureau a demandé au Centre du patrimoine mondial de prendre contact avec les Etats parties concernés pour obtenir des précisions sur le projet de construction de barrage afin de les soumettre au Comité en décembre.

33. Le Bureau a pris note de l'information fournie par l'UICN, selon laquelle un atelier concernant la conservation des îles subantarctiques était organisé conjointement par l'UICN et le Conseil pour la recherche scientifique dans l'Antarctique (SCAR) pour mettre au point des recommandations pour l'application de la Convention du patrimoine mondial à la région antarctique. Le Bureau a aussi pris note du bref rapport sur l'atelier portant sur la Convention du patrimoine mondial qui avait été organisé dans le cadre du Quatrième congrès mondial des parcs tenu à Caracas, Venezuela, en février 1992.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5371 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.13 Parc National d'Iguazu (Argentine) et Parc National d'Iguaçu (Brésil) Le Bureau a rappelé que le Comité avait, lors de sa dernière session, noté que huit hélicoptères survolaient simultanément la zone des chutes d'eau et que des associations de conservation locales s'étaient élevé contre l'utilisation d'hélicoptères dans cette zone parce qu'elle contrevenait aux règles du trafic aérien relatives au survol des zones protégées. A sa dernière session, le Comité a été informé que les autorités brésiliennes avaient constitué un Groupe de travail pour étudier cette question et a demandé au Secrétariat de prendre contact avec les autorités argentines pour qu'elles lui fassent connaître les mesures qu'elles entendaient prendre. Les autorités brésiliennes ont indiqué, par lettre du 5 juin 1992, que le groupe de travail avait pris en compte les aspects positifs (bénéfices aux populations locales) et négatifs (pollution par le bruit) du tourisme par hélicoptère et identifié de possibles mécanismes de réglementation et de contrôle (limitation du nombre des visites, calendrier des visites, niveau maximum de bruit autorisé pour le trafic par hélicoptère dans la zone, taxation des hélicoptères lors du survol du site). Cependant, la Groupe avait conclu que, jusqu'à présent, les impacts négatifs ne l'emportaient pas sur les effets positifs et recommandait que la situation soit étudiée davantage avant de 7rendre des mesures réglementaires.

Par lettre du 17 juin 1992, les autorités argentines ont fourni des informations sur les efforts menés conjointement par leurs administrations des parcs nationaux et du trafic aérien pour mettre au point un accord destiné à réglementer l'utilisation par les hélicoptères de l'espace aérien au-dessus du Parc national d'Iguazu. Avant qu'un tel accord soit mis au point, les normes existantes pour l'utilisation de l'espace aérien entre le niveau du sol et une altitude de 112 km seront strictement appliquées. Le non-respect de cette réglementation par un hélicoptère est punissable du retrait pour six mois du permis d'utiliser l.i zone du parc national.

Le Bureau a noté les avis fournis ainsi que les différentes mesures prises par les deux Etats parties pour réglementer l'utilisation par hélicoptère de l'espace aérien de la zone des chutes d'eau et a demandé à l'UICN et au Centre du patrimoine mondial de continuer à suivre la question et les mesures prises par les autorités des responsables des deux parcs nationaux.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5352 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.14 Tropiques humides dia Queensland (Australie) Le Bureau a noté que, conformément à la demande du Comité à l'époque de l'inscription de ce bien sur la Liste du patrimoine mondial en 1988, l'UICN avait effectué une mission sur le site. Le Bureau a noté avec satisfaction que, en dépit d'une certaine lenteur au début, des résultats positifs avaient été enregistrés dans la gestion de la zone des Tropiques humides, en particulier en ce qui concerne :

(a) la mise i:n place du siège et le recrutement du personnel ; (b) la préparation d'une législation; (c) l'élaboration des plans de gestion ; (d) la réalisation d'un certain nombre d'études sur la politique à mener ; (e) l'établis­sement de comités consultatifs et d'une autorité de gestion ; (f) l'augmentation des allocations budgétaires pour la gestion du site et (g) la réhabilitation des zones de forêt dégradées.

Le Bureau a félicité les autorités australiennes des mesures prises pour assurer une gestion adéquate de ce bien et a demandé à l'UICN et au Centre du patrimoine mondial de continuer à en assurer le suivi.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5353 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.15 Réserve de la biosphère de Srebarna (Bulgarie) Le Bureau a rappelé que le Comité à sa dernière session avait recommandé aux autorités bulgares de demander l'inscription de ce bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril parce que ce petit site du patrimoine mondial (600 hectares) n'était plus écologiquement viable. Le Bureau a été informé que, depuis la dernière session du Comité, deux missions de l'UICN avaient été menées en Bulgarie : bien que l'importance de la réserve comme site de Ramsar et comme réserve de la biosphère, en particulier dans le contexte européen, subsiste à condition de prendre certaines mesures de réhabilitation, son statut de site du patrimoine mondial ne peut plus être justifié car il s'est détérioré au point de perdre l'ensemble des caractéristiques qui lui ont valu son inscription sur la Liste du patrimoine mondial.

Le Bureau a recommandé que le Comité à sa prochaine session, en décembre, considère le retrait de ce bien de la Liste du patrimoine mondial et, conformément au paragraphe 41(c) des Orientations, a chargé le Centre du patrimoine mondial d'informer les autorités bulgares de sa recommandation au Comité. Le Bureau a demandé au Centre du patrimoine mondial d'obtenir les observations et commentaires des autorités bulgares sur cette recommandation, à temps pour les soumettre à la session du Comité en décembre 1992.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5354 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.16 Parc provincial des Dinosaures (Canada) Le Bureau a était d'accord avec la proposition des autorités canadiennes de retirer du bien une superficie de 423 hectares qui feront l'objet d'une exploitation d'un gisement de pétrole et de gaz naturel et d'ajouter à ce site 2.133 hectares présentant une plus grande valeur peur la conservation. La modification proposée des limites du parc a eu pour conséquence une augmentation d'environ 1.700 hectares de la surface du parc. Le Bureau a recommandé au Comité de prendre officiellement en compte le rapport et la carte fournis par les autorités canadiennes et qui présentent les nouvelles limites de ce bien du patrimoine mondial.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5355 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.17 Parc national de Wood Buffalo (Canada) Le Bureau a été informé des progrès accomplis par les autorités canadiennes pour combattre les menaces qui pèsent sur la conservation de ce site. Le Bureau a félicité les autorités canadiennes d'avoir établi un programme d'action pour cette conservation. Cependant, le Bureau a estimé que la sauvegarde des valeurs du patrimoine mondial de ce site demande une action continue à long terme et a demandé au Centre du patrimoine mondial et à l'UICN d'assurer le suivi de l'état de conservation de ce bien et de faire rapport au Comité sur tout problème qui pourrait survenir.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5356 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.18 Parc national du Manovo-Gounda St Floris (République centrafricaine) Le Bureau a rappelé que, lorsque ce site a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1988, plusieurs membres du Comité avaient émis des réserves en raison de son état de conservation et des différentes menaces qui pesaient sur son intégrité. Le Bureau s'est montré préoccupé de ce que, en dépit des assurances données au Comité à l'ipoque de son inscription et de l'existence l'un projet de la CEE dans la région d'un montant de 27 millions de dollars, ce bien, qui ne disposait d'aucun plan de gestion, avait continué à se détériorer. Le Bureau a noté que le Président de la République centrafricaine avait l'intention de confier la gestion de ce site à une fondation privée et qu'il avait invitt, l'UNESCO à participer à la gestion de ce site par cette fondation en tant que conseil scientifique. Le Bureau a demandé au Centre du patrimoine mondial d'étudier cette proposition conjointement avec l'UICN et de procéder à une analyse détaillée des conséquences du transfert de gestion du site à une organisation privée. Le Bureau a demandé au Centre du patrimoine mondial de contacter l'Etat partie pour lui demander d'inviter une mission d'experts destinée à examiner l'état de conservation du parc et à évaluer la proposition de confier sa gestion à une organisation privée. Le Bureau a souligné qu'une telle mission devrait se fonder sur l'audit du projet récemment effectué par la CEE et devrait présenter des recommandations sur la viabilité et la gestion futures de ce site.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5357 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.19 Talamanca-La Amistal (Costa Rica/Panama) Le Bureau a félicité les autorités du Panama d'avoir empêché que 59.000 hectares du Parc national de La Amistad soient concédés pour faire l'objet d'une exploitation pétrolière.

Le Bureau a noté que les autorités du Costa Rica n'avaient pas répondu à la lettre du Secrétariat du 6 février 1992 leur demandant de considérer la possibilitd de modifier les limites des réserves de Talamanca-La Amistad pour en exclure quatre réserves indiennes dans la zone atlantique nord-est et de soumettre une carte montrant les nouvelles délimitations du site. En outre, le Bureau a aussi été informé par le représentant de l'UICN qu'un projet antérieur de construction d'une route à travers les réserves de Talamanca-La Amistad était de nouveau examiné.

Le Bureau a demandé au Centre du patrimoine mondial de prendre contact avec les autorités du Costa Tica pour leur demander à nouveau de considérer la possibilité de modifier les limites des réserves et de fournir une carte montrant ces nouvelles délimitations. De plus, le Bureau a demandé au Centre du patrimoine mondial d'obtenir des précisions sur le projet de construction d'une route à travers les réserves de Talamanca-La Amistad, y compris une évaluation des impacts potentiels de ce projet sur l'état de conservation du site. Un rapport sur la situation devrait être présenté au Comité à sa prochaine session.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5358 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.20 Parc national des Lacs de Plitvice (République de Croatie) Le Bureau a noté que les autorités croates avaient informé officiellement l'UNESCO, par lettre du 24 avril 1992, qu'elles entendaient se conformer aux obligations de la Convention du patrimoine mondial et avaient demandé qu'une mission conjointe UNESCO/UICN soit entreprise pour évaluer les impacts que les troubles dans la région avaient eu sur l'état de conservation du Parc national des lacs de Plitvice. Le Bureau a recommandé que le Comité inscrive le Parc national sur la Liste du patrimoine mondial en péril corune le demandaient Les autorités croates. Le Bureau a également -técidé de réserver une somme d'un maximum de 30.000 dollars en tant qu'assistance d'urgence pour permettre l'organisation d'une mission conjointe UNESCO/UICN sur le site, en coopération avec les autorités croates ainsi que les organes des Nations Unies compétents responsables de la surveillance du conflit dans la région, afin de préparer et de mettre en place un projet d'assistance internationale pour la réhabilitation du parc national des Lacs de Plitvice.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5359 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.21 Parc national de Sangay (Equateur) Le Bureau a noté avec satisfaction que le Sous-Secrétariat des forêts et des ressources naturelles, responsable de la gestion de ce site, avait été en mesure d'arrêter un projet de construction de route, en attendant que les agences provinciales et nationales compétentes évaluent les impacts sur l'environnement de ce projet et décident de mesures destinées à les minimiser. A cet égard, le Bureau a félicité les autorités de l'Equateur d'avoir obtenu l'approbation officielle d'inclure dans le parc national des zones importantes au sud du site du patrimoine mondial. Le Bureau a cependant été préoccupé des informations fournies par le représentant de l'UICN concernant l'important braconnage de la faune sauvage, le pâturage illégal du bétail et les empiètements par les populations dans ce site du patrimoine mondial. Le Bureau a demandé au Centre du patrimoine mondial de contacter les autorités de l'Equateur pour qu'elles invitent des experts internationaux et/ou régionaux à se joindre aux spécialistes équatoriens afin d'évaluer les impacts du projet de construction de route et les menaces à l'intégrité du site. Le Bureau a recommandé que le Comité décide à sa prochaine session, en décembre 1992, sur la base d'informations complémentaires reçues sur les impacts potentiels du projet de construction de route, ai le site devrait ou non être inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5360 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.22 Iles Galapagos (Equateur) Le Bureau a été informé que le personnel de ce site du patrimoine mondial avait récemment mené une grève de quatre semaines pour obtenir des salaires plus élevés et d'autres améliorations de leurs conditions de, travail. Le Bureau a aussi noté qu'un projet de plan pour le tourisme et la conservation des Iles Galapagos était en cours de finalisation et que le plan d'ensemble pour la gestion du parc devrait être révisé pour tenir compte des orientations et des actions prévues par le Plan de tourisme et de conskIrvation. Le Bureau a recommandé au Centre du patrimoine mondial de contacter les wItorités de l'Equateur et _de leur demander de s'efforcer de prendre toutes mesures possibles pour améliorer les salaires et les conditions de travail du personnel du parc et de réviser le plan de gestion du site pour harmoniser sa mise en oeuvre avec le Plan de tourisme et de conservation pour les Galapagos.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5361 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.23 Parc national de Simien (Ethiopie) Le Bureau a noté avec satisfaction que les autorités d'Ethiopie avaient soumis un projet de réhabilitation pour ce site. Ce projet est en cours de mise en oeuvre grâce aux 50.000 dollars EU approuvés par le Comité du patrimoine mondial.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5362 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.24 Réserve naturelle intégrale du Mont Nimba (Côte d'Ivoire/Guinée) Le Bureau a rappelé que le Comité, à sa dernière session, avait conclu que la réduction de la surface de ce site, proposée par le gouvernement de la Guinée afin d'en exclure les zones où le projet d'exploitation minière aurait lieu, ferait peser une grave menace sur l'intégrité du site. Compte-tenu du fait que le site faisait également l'objet de plusieurs autres menaces, le Comité, à sa dernière session, a recommandé que les gouvernements de Côte d'Ivoire et de Guinée proposent que ce site soit inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Bureau a noté avec satisfaction que des experts de Côte d'Ivoire et de Guinée s'étaient réunis au Mont Nimba avec des représentants du PATJD et de l'UNESCO du 29 juin au 3 juillet 1992, et avaient repris à leur compte les conclusions du Comité, sur la base de visites sur le terrain et de consultations ; ces experts avaient demandé aux gouvernements de Côte d'Ivoire et de Guinée de proposer d'urgence l'inscription de ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le Bureau a été préoccupé d'apprendre que le site continuait à itre soumis à la pression de groupes d'intérêt désireux de profiter des avantages économiques liés à l'exploitation du minerai de fer du site. Le Bureau a cependant noté que jusqu'à présent aucune activité minière n'avait été entreprise et que les donneurs bi et multi­latéraux n'avaient pas encore financé le projet.

Le Bureau a demandé au Centre du patrimoine mondial de prendre contact avec les autorités de Côte d'Ivoire et de Guinée pour leur demander à nouveau que le site soit inscrit sur la Liste du patrimoine mondial tel péril. En outre, le Bureau a recommandé que le Centre du patrimoine mondial coopère avec les deux Etats parties concernés et avec des organismes de financement comme la Banque mondiale et le PNUD pour élaborer un projet de développement rural intégré, destiné à apporter des bénéfices sociaux-économiques aux populations qui vivent aux abords immédiats de ce site du patrimoine mondial.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5363 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.25 Sanctuaire de faune de Manas (Inde) Le Centre du patrimoine mondial a informé le Bureau que les dommages engendrés par l'invasion de ce Sanctuaire par des militants de la tribu Bodo à Assam (Inde), étaient évalués à environ 50 millions de roupies indiennes (environ 1,6 million de dollars EU). Bien que les infrastructures du parc aient subi des dommages considéritbles, les habitats dans les parties inaccessibles du Sanctuaire restaient intacts. Le Bureau, tout en notant que les conditions de mise en place d'un régime normal de gestion et d'administration pouvaient être en train de s'améliorer, a cependant regretté l'absence d'évaluation complète des dommages et le fait que les autorités indiennes n'avaient pas encore fourni de rapport écrit sur l'état de conservation de ce Sanctuaire, malgré les demandes répétées qui leur étaient adressées depuis 1989.

Le Bureau a redemandé au Centre du patrimoine mondial de contacter à nouveau les autorités indiennes .pour obtenir un rapport écrit et à jour sur l'état de conservation du Sanctuaire de faune de Manas. Le Bureau a recommandé que le Comité, à sa prochaine session, examine les informations fournies par les autorités indiennes dans ce rapport et décide, en consultation avec l'UICN, si le site devait ou non être inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5364 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.26 Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger) Le Bureau s'est déclaré préoccupé par le fait que la région dans laquelle ce site est situé a récemment été affectée par des troubles armés. Le Bureau a été informé de ce que le Ministère des Affaires étrangères du gouvernement du Niger avait demandé au Directeur général de l'UNESCO de lancer un appel pour la protection de ce site, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1991. Le Bureau a recommandé au Centre du patrimoine mondial de prendre contact avec les autorités .du Niger pour obtenir des précisions sur les impacts de ces troubles sur l'état de conservation du site et leur demander de proposer l'inscription de ce site sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5365 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.27 Mont Athos (Grèce) Le Bureau a été informé par le représentant de l'UICN que la couverture végétale avait été détruite dans ce site mixte, ce qui pourrait avoir des effets négatifs sur le paysage de cette zone. Le Bureau a demandé au Centre du patrimoine mondial de prendre contact avec les autorités grecques pour vérifier cette information et leur suggérer d'inviter une mission à venir examiner l'état de conservation de ce site.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5366 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.28 Parc national du Niokolo-Roba (Sénégal) Le Bureau a rappelé qu'une étude d'impact sur l'environnement avait conclu que la construction d'une route à travers le parc était préférable à un tracé alternatif de la route le long de la périphérie du parc, parce que la route à l'intérieur du parc pourrait faire l'objet d'une meilleure surveillance par le personnel du parc. Le Bureau a noté que, bien que la construction de la route ait commencé, les travaux avaient étê momentanément arrêtés en raison de la saison des pluies. Le Délégué du Sénégal a informé le Bureau que le Service des Parcs nationaux avait mis, en place plusieurs points y compris un à Niokolo-Koba pour surveiller le trafic qui utilisait actuellement la route cotonière au nord du parc et que le gouvernement du Sénégal avait élaboré un plan destiné à réduire les impacts du projet de construction de route et élaboré un régime de gestion écologique des zones situées en dehors du parc. Le Bureau a souhaité qu'un résund du plan soit trac, rit en anglais et présenté aux membres du Comité à sa seizième session, prévue en décembre 1992.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5367 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.29 Hierapolis-Pamukkale (Turquie) Le Bureau a noté avec satisfaction que la version anglaise du plan de préservation et de gestion de ce site mixte, préparé avec une assistance financière du Fonds du patrimoine mondial, avait été publiée. L'observateur de la Turquie a informé le Bureau que la mise en oeuvre de ce plan avait commencée et qu'un projet pour supprimer certains hôtels et certaines infrastructures, qui menaçaient l'intégrité et l'authenticité du site, serait bientôt initié ; il a également indiqué que les autorités turques envisageaient de demander une assistance internationale au Fonds du patrimoine mondial pour couvrir une partie des coûts de la mise en oeuvre de ce projet.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5368 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.30 Parc national de Durmitor (Yougoslavie) Le Bureau a noté que les autorités responsables de la gestion de ce site: avaient soumis au Secrétariat plusieurs rapports sur les impacts potentiels d'un projet de construction d'un barrage hydroélectrique sur la Tara et sur la pollution de cette rivière cause par une fabrique d'asphalte, située en amont. Le Bureau a Fté informé par le représentant de l'UICN que les autorités du Monténégro estimaient que les deux problèmes mentionnés ci-dessus avaient des impacts minimes sur la conservation de Durmitor et que les mesures nécessaires pour minimiser ces impacts étaient prises. Cependant, le Bureau a demandé au Centre da patrimoine mondial de prendre contact avec les autorités yougoslaves pour leur demander d'inviter une mission commune UNESCO/UICN et de montrer sur le site l'état du projet de construction du barrage hydroélectrique sur la Tara et la pollution causée par la fabrique d'asphalte à cette même rivière.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5369 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST
16 BUR V.31 Parc national de la Garamba (Zaïre) Le Bureau a noté avec satisfaction que la population de rhinocéros dans le parc avait maintenant atteint le nombre de 32 et que l'état de conservation de ce sites continuait à être stable grâce à une augmentation de budget et de personnel. Le Bureau a en conséquence redemmandé que le Comité retire ce bien de la Liste du patrimoine mondial en péril conformément à la demande faite par l'Etat partie par lettre du 26 février 1991.

]]>
https://whc.unesco.org/fr/decisions/5370 wh-info@unesco.org Mon, 06 Jul 1992 00:00:00 EST