Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Administration
Assistance internationale
Budget
Communauté
Communication
Conservation
Convention du patrimoine mondial
Credibilité de la Liste du ...
Inscriptions sur la Liste du ...
Liste du patrimoine mondial en péril
Listes indicatives
Mécanisme de suivi renforcé
Méthodes et outils de travail
Orientations
Partenariats
Rapport périodique
Rapports
Renforcement des capacités
Valeur universelle exceptionnelle








18 Décisions
0 Résolutions
Année (début) : 1990close
Année (fin) : 1990close
Session : 14BUR 1990close
Par année
19. Le conseiller régional pour l'Europe de l'UICN a informé le Bureau de ce que la série de mesures destinées à lutter contre l'accroissement de l'ensablement de la Baie, qui avaient été annoncées par le Président Mitterrand en 1983, n'avaient pas encore été mises en oeuvre. Les prés-salés progressaient dans la Baie à un rythme de 30 ha par an, ce qui, selon des études antérieures, pourrait avoir pour conséquence que le Mont-Saint-Michel ne serait plus une île à la fin de 1991, dégradant ainsi l'environnement naturel du monument culturel du Mont-Saint-Michel. En outre, les autorités ...
22. Le Bureau a rappelé qu'au moment de l'inscription de ce site sur la Liste du patrimoine mondial en 1981, le Comité savait qu'il était question d'exploiter le riche gisement de fer situé dans la partie nord de. la Réserve naturelle intégrale du Mont Nimba en Guinée. Il existait maintenant un projet fort intéressant pour l'industrie de l'acier en Europe, au Japon et aux États-Unis et qui devait être financé essentiellement par des consortiums miniers français, japonais et améri­cains. Ce projet impliquait le prolongement d'une voie ferrée existante à partir du versant ...
29. Le Bureau s'est déclaré préoccupé face à la dégradation du site par un tou­risme non réglementé et la pollution des eaux et a donc prié le Secrétariat de contacter les autorités turques et de leur demander (a) de déclarer ce site parc national dans les meilleurs délais, comme l'avait recommandé le Comité lors de son inscription en 1988 et (b) d'organiser un atelier national pour examiner les diverses menaces pesant sur le site en vue de l'élaboration d'un plan de gestion. 30. Le Bureau a également pris note des informations relatives à l'état de conservation du Parc national des ...
Le Bureau a noté qu'à la suite de la diffusion du rapport de la treizième session du Comité, les autorités australiennes avaient informé le Secrétariat que, bien qu'il ne fût pas tout à fait juste de dire que des dispositions législatives avaient été adoptées pour révoquer tous les droits d'extraction sur le site, elles garantissaient qu'aucune activité n'aurait lieu qui pourrait menacer les valeurs du patrimoine mondial des Territoires vierges de Tasmanie.
Le Bureau a noté la nécessité de réexaminer les limites originelles de ce site. Plusieurs réserves indiennes incluses dans la proposition d'inscription initiale avaient depuis lors subi des dégradations liées à des projets d'extrac­tion de charbon et de construction de routes et n'étaient pas gérées dans des buts de conservation. Faute de définition des zones de conservation, un habitant autochtone qui essayait de s'opposer au braconnage avait été récemment tué d'un coup de fusil. Le Bureau a recommandé que le Président entre en rapport avec les autorités costariciennes afin qu'elles ...
Le Bureau a noté que le Président avait approuvé l'allocation d'un montant de 7.500 dollars au titre de l'assistance préparatoire en vue d'élaborer un projet de coopération technique pour le développement d'une zone tampon qui pourrait profi­ter à la population locale vivant autour du parc. Entre-temps, toutefois, le Bureau s'est inquiété de rapports faisant état de l'existence, dans la région, d'un important braconnage à but commercial touchant notamment les céphalophes de Maxwell. Il a été informé qu'une réunion devait avoir lieu à Abidjan (Côte d'Ivoire) le 27 juin 1990 avec ...
Le Bureau s'est déclaré particulièrement préoccupé par la capture de quelque 40.000 requins dans les eaux entourant le site du patrimoine mondial des îles Galapagos, et cela en utilisant comme appâts des otaries pêchées sur place. Bien que la capture des requins ait été temporairement stoppée à la suite des protesta­tions d'organismes internationaux, l'efficacité de l'interdiction restait incer­taine. Le Bureau a rappelé qu'une assistance préparatoire avait été fournie par le Fonds du patrimoine mondial en 1987 en vue de la proposition d'inscription en tant que partie ...
Le Bureau a noté avec satisfaction que, conformément à la demande du Comité lors de l'inscription de ce site en 1981, les autorités américaines avaient achevé de modifier la législation et ajouté au parc une bande côtière et un certain nombre de rochers et d'îles se trouvant au large. Le Bureau a félicité les autori­tés américaines d'avoir mis en oeuvre, les recommandations du Comité et leur a demandé de faire une proposition officielle d'inscription de ces extensions sur la Liste du patrimoine mondial. Toutefois, le Bureau a noté avec préoccupation les effets néfastes de, ...
Le Bureau a rappelé que ce site avait été envahi par des personnes apparte­nant à la tribu Bodo il y a environ un an et a dit sa préoccupation que la réserve soit toujours occupée, que sa flore continue d'être pillée et que le braconnage s'y poursuive. Le personnel local semble par ailleurs avoir abandonné le parc. Le Bureau a demandé au Secrétariat de poursuivre ses efforts pour obtenir un rapport des autorités indiennes sur l'état de conservation de ce site avant la prochaine session du Comité du patrimoine mondial. En fonction des informations reçues, le Comité pourrait ...
Le Bureau a été informé qu'un projet d'irrigation d'un montant de 30 millions de dollars, qui devait être mis en oeuvre avec l'assistance d'une société japo­naise et de la Banque asiatique de développement, pourrait détourner 75 % environ des eaux de la rivière Rapti qui forme la frontière nord du parc et qu'aucune étude sur les incidences de ce projet sur l'environnement n'avait été entreprise jusque-là. Le Bureau a rappelé qu'une somme de 80.000 dollars avait été fournie pour ce site en 1988-1989 par le Fonds du patrimoine mondial, et il s'est inquiété de savoir si l'exécution du ...
Le Bureau a rappelé que lors de l'inscription de ce site sur la Liste du patrimoine mondial à la douzième session du Comité tenue à Brasilia (Brésil) en décembre 1988, le Comité avait noté que l'intégrité du site était sérieusement menacée mais que la situation semblait devoir s'améliorer rapidement grâce à la mise en oeuvre d'un projet de dix ans d'un coût de 27 millions de dollars et qui devait être financé par la CEE. Aussi, le Comité à sa douzième session a-t-il demandé à l'UICN de suivre la mise en oeuvre du projet de la CEE et de faire rapport sur les progrès enregistrés ...
Le Bureau a rappelé qu'en 1989 le Bureau et le Comité avaient l'un et l'autre exprimé leurs préoccupations concernant le projet de construction à travers le parc, et suivant le tracé d'une piste existante, d'une très grande route qui pourrait constituer une sérieuse menace pour les valeurs naturelles de ce site. Après la session du Comité en décembre, le Président du Sénégal, M. Diouf, avait écrit au Directeur général de l'Unesco pour lui donner l'assurance que le Sénégal tenait à sauvegarder le patrimoine naturel du site. Le représentant du Sénégal a informé le Bureau que, depuis l'envoi ...
A sa treizième session, en décembre 1989, le Comité s'était inquiété des coupes pratiquées dans le Parc du Château de Versailles. L'observateur de la France a informé le Bureau que, depuis, de violentes tempêtes avaient dévasté le parc, abattant plus de 1.200 arbres qui, fort heureusement, n'avaient pas endom­magé, dans leur chute, d'éléments de sculpture ou d'architecture. L'observateur de la France a ajouté que, désormais, la gestion des architectures et du parc de Versailles dépendait d'une seule et même direction qui menait actuellement une réflexion approfondie avec tous ...
Au cours de sa quatorzième session, le Bureau a appris la décision prise par les autorités italiennes de ne pas confirmer la candidature de Venise comme site de l'Exposition universelle de l'an 2000. Les membres du Bureau se sont réjouis de cette nouvelle et se sont vivement félicités du rôle déterminant joué par le Comité dans cette affaire.
Un membre du Bureau s'est inquiété de l'état de conservation des monuments de la Vallée de Katmandu. Le Secrétariat a informé le Bureau qu'une assistance d'urgence avait été octroyée aux autorités népalaises afin de réaliser les travaux de conservation nécessaires qui avaient déjà commencé. Le Bureau a demandé qu'un rapport sur ce site lui soit présenté en décembre, dans le cadre du rapport de suivi.
Un membre du Bureau a fait part de son inquiétude au sujet du projet d'aména­gement dont fait l'objet le Plateau des Pyramides, en Egypte ; projet visant, entre autres, à ériger un grand mur séparant un village d'habitations de la zone archéologique et à aménager un théâtre de plein air pour les spectacles de son et de lumière. Le Bureau a partagé cette inquiétude de voir des constructions mettre en péril ce site incomparable ; il a, en conséquence, demandé au Secrétariat d'adresser une lettre au Ministre de la culture de l'Egypte afin d'appeler son attention sur la nécessité de ...
[Uniquement en anglais] 47. The Bureau recommended that the Committee approve a request for technical assistance submitted by Yugoslavia for the purchase of computer and photographic equipment and equipment for the restoration of the mural paintings of the Monastery of Studenica, at a total cost of US$51,000. Concerning that same site, the Bureau asked the Yugoslav authorities to give it their formal assurance that the project to build a dam near the monastery had been ...
[Uniquement en anglais] 48. The Bureau considered a request by the United Republic of Tanzania for the purchase of a Land Rover and radio equipment at a cost of US$49,782 for use at the archaeological and palaeontological site of Olduvai in the Ngorongoro conservation area. The Bureau agreed in principle to make a favourable recommendation to the Committee concerning that request. However, before finalizing its recommendation, the Bureau asked the Tanzanian authorities to provide it with information, in time for it to be considered before the next session of the Committee, ...
top