Suivi du mémorandum de Vienne

This page is not fully available in English, it is available in French.

En 2005, l’Assemblée générale des Etats-parties de la Convention du patrimoine mondial a décidé d’adopter les conclusions du « Mémorandum de Vienne », un document produit à l’issue d’un colloque qui avait été organisé pour débattre d’un projet de tour de grande hauteur dans le centre historique inscrit au patrimoine mondial.

Cette initiative résulte de la multiplication des problèmes de conservation rencontrés dans les sites urbains inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, et face auxquels le Comité du patrimoine mondial se sent désarmé.

Le mémorandum introduit la notion de paysage urbain historique : la ville historique dans son contexte « topographique » et « environnemental », appréhendée dans un « cadre territorial » plus vaste, et qui exprime des « valeurs économiques et socioculturelles spécifiques » en évolution permanente. Il définit les conditions de l’insertion de l’architecture contemporaine en tissu ancien. Elargissement de l’échelle spatiale et prise en compte du changement inéluctable dans lequel s’inscrit l’action de maintien des traces historiques sont certainement les deux éléments nouveaux du document.

Dans le cadre du Programme des Villes et suite à la conférence de Vienne, le Centre du patrimoine mondial poursuit la réflexion sur les paysages urbains historiques et a organisé un ensemble d’ateliers d’experts internationaux dans différentes régions du monde.

Les changements économiques, sociaux et politiques de ces dernières années – mondialisation, démultiplication des acteurs, décentralisation, réduction du rôle de la planification centralisée – obligent à un renouvellement de l’approche. Au-delà du cadre du patrimoine mondial, l’UNESCO a adopté en 2011 une Recommandation concernant le paysage urbain historique.

De nombreux projets soutenus dans le cadre de la Convention France-UNESCO relèvent ou traitent de la conservation et du développement urbain et s’inscrivent dans cette réflexion d’ensemble sur les paysages urbains et le programme des villes du patrimoine mondial. Plusieurs projets concernant la conservation urbaine sont développés de longue date comme le soutien à la conservation de Luang Prabang, Saint Louis…

Plus spécifiquement, concernant les suites de Vienne, la Convention France-UNESCO a apporté un soutien technique et financier au Centre du patrimoine mondial pour la publication dans la collection des Séries du Patrimoine Mondial d’un numéro sur la Gestion des Villes Historiques.

La Convention France-UNESCO a soutenu l’organisation par la Section française d’ICOMOS, l'Association Nationale des Architectes des Bâtiments de France, l'Association Nationale des Villes et Pays d'Art et d'Histoire & des Villes à Secteurs Sauvegardés et de journées d’étude sur la question des paysages urbains historiques par rapport à l’expérience française accueillie à Bordeaux le 8-9 juin 2009.

La CFU a apporté un appui à l’organisation de la revue d’expert en mai 2011 portant sur l’élaboration de la Recommandation adoptée en novembre 2011.