Revitalisation de l’Inventaire national des biens culturels du Cameroun

This page is not fully available in English, it is available in French.

Afin de permettre la mise en valeur et la protection du patrimoine, le Cameroun a lancé en 2001 un inventaire national des biens culturels. L’Ambassade de France au Cameroun a relayé la demande d’assistance technique auprès du ministère de la Culture français, Direction de l’Architecture et du Patrimoine. A la demande du Secteur de la Culture, Division du Patrimoine Culturel, deux missions de formation méthodologique ont suivi cet appel, au cours de l’année 2001, suite à quoi a été constituée une commission technique de coordination et de suivi de l’inventaire qui a rédigé un Manuel Pratique de l’Agent Enquêteur, diffusé dans les dix provinces du pays. Le recensement sur le terrain a été réalisé sur le territoire des deux régions pilotes de l’ouest et du nord ouest où 200 fiches ont été rédigées. Elles concernent en majorité des objets.

Au cours de l’année 2002, une mission d’évaluation a été sollicitée dans le cadre de la Convention France-UNESCO afin d’établir un état de lieux de l’inventaire national des biens culturels camerounais, de mettre en place un atelier de restauration des œuvres d’art et d’envisager la constitution d’un musée national. Les enquêtes sur le terrain ont commencé dans les deux provinces pilotes de l’ouest et du nord-ouest, après une formation des enquêteurs et un travail avec les responsables locaux qui ont envoyé eux-mêmes des listes de ce qu’ils considéraient comme leur patrimoine. Les défis pour réaliser un inventaire sont d’ordre scientifique (rédaction de la fiche), administratif et technique (manque de matériel, notamment photographique). Mais les enquêteurs ont témoigné de compétence et d’un réel intérêt, qui est d’ailleurs largement partagé par la population, témoignant d’une prise de conscience de l’intérêt qu’un recensement du patrimoine peut avoir dans une société qui privilégie d’habitude la transmission orale.