Les palais des gouverneurs

Date of Submission: 08/01/2002
Criteria: (i)(ii)(iv)
Category: Cultural
Submitted by:
Direction des Musées, Sites et Monuments Historiques (Min. Culture, de la Jeunesse et des Sports)
Coordinates: 0314828 Long. - 0682499 Lat.
Ref.: 1613
Export
Word File
Disclaimer

The Secretariat of the United Nations Educational Scientific and Cultural Organization (UNESCO) and the World Heritage Centre do not represent or endorse the accuracy or reliability of any advice, opinion, statement or other information or documentation provided by the States Parties to the World Heritage Convention to the Secretariat of UNESCO or to the World Heritage Centre.

The publication of any such advice, opinion, statement or other information documentation on the World Heritage Centre’s website and/or on working documents also does not imply the expression of any opinion whatsoever on the part of the Secretariat of UNESCO or of the World Heritage Centre concerning the legal status of any country, territory, city or area or of its boundaries.

Property names are listed in the language in which they have been submitted by the State Party

Description

Le Palais des Gouverneurs a été construit de 1898 à 1905 sous la direction technique de l’ingénieur des travaux allemand FURTKAMP, suite à la décision du Gouverneur August KOHLER - celui-là qui érigea Lomé en Capitale du Togo -, de bâtir un palais assez représentatif qui soit reconnaissable à une distance de mille kilomètres afin d’impressionner les bateaux. Ce bâtiment constitue un véritable chef-d’œuvre, distinct de par sa “forme fonctionnelle” ou “forme performante”. Il aspirait, à l’époque, à la recherche du prestige, à la démonstration de puissance et à la fierté de la colonie allemande. L’architecture dite « de la tête haute » rappelle au premier coup d’œil non seulement celle de la métropole dont elle reflète l’aura, mais elle rime aussi - fièrement - avec la cote de « la colonie allemande modèle » que constituait le Togo à l’époque. Pour la construction, les Allemands ont su faire preuve d’un savant alliage entre les matériaux locaux, les matériaux importés et la technologie allemande. Les briques rouges cuites, les barres en fer et en acier, le ciment, les planches en bois massif, les plaques, les tôles ondulées sont des principaux éléments constitutifs de cet ouvrage. Le bâtiment est surmonté de deux couronnes, l’une mâle portant le drapeau impérial face à l’océan, et l’autre femelle, pointée vers la ville et le « hinterland », traduction éloquente de tout un symbole, celui du dualisme de la vie mais beaucoup plus encore celui d’une présence confortable et dissuasive d’une part, du prestige, de la majesté, ou de la royauté, d’autre part, le tout matérialisant la fonction assignée à cet édifice. Il contient un vaste patio, semblable à celui du Palais TOFFA de Porto-Novo au Bénin. Il comprend également un souterrain aménagé à des fins stratégiques, et accessible par un mécanisme d’ascenseur. A l’époque glorieuse, l’entrée principale du bâtiment était ornée de deux impressionnantes défenses d’éléphant du Togo dont chacune mesurait plus de 2 mètres de hauteur. Le rez-de-chaussée a abrité des bureaux tandis que les appartements du gouverneur étaient situés à l’étage depuis sa date de construction jusqu’en 1914. Après les Allemands, des transformations eurent lieu : à l’époque française, la véranda de l’étage à reçu des boiseries pour assurer la fraîcheur. Elle fut maçonnée et transformée en fenêtres et en arcades. L’intérieur de cet édifice a donc été considérablement remanié, mais certaines pièces ont conservé leur état initial. Une deuxième série de bâtiments annexes a été construite par les Français. Utilisé comme siège de l’Etat jusqu’en 1970, le Palais a été transformé en "Palais des Hôtes de marque" de 1976 à 1991, puis comme siège de la Primature en Septembre 1991. Il a subi des dommages consécutifs aux troubles socio-politiques de (1990-1991). Le bâtiment est entouré d’une clôture en bon état de conservation, et jouxte la Présidence de la République. Il se dresse au milieu d’une immense cours plantée d’arbres dont des Terminalia catapa centenaires. Reposant sur une fondation relevée, il est entouré de terrasse plantée, et flanqué de larges marches conduisant vers son intérieur. Avec ses belles et nombreuses arcades et les murs peints en blanc, la couleur verte des tuiles semble se joindre à la verdure de la végétation environnante pour souligner et chanter la splendeur de ce symbole historique unique.