Parc Naturel de Fogo – Chã das Caldeiras

Date of Submission: 15/03/2016
Criteria: (viii)(x)
Category: Natural
Submitted by:
Ministère de la Culture
State, Province or Region:
Fogo, São Filipe, Santa Catarina et Mosteiros
Coordinates: N15 03 - N14 48 W24 16 W24 30
Ref.: 6100
Export
Word File Word File
Disclaimer

The Tentative Lists of States Parties are published by the World Heritage Centre at its website and/or in working documents in order to ensure transparency, access to information and to facilitate harmonization of Tentative Lists at regional and thematic levels.

The sole responsibility for the content of each Tentative List lies with the State Party concerned. The publication of the Tentative Lists does not imply the expression of any opinion whatsoever of the World Heritage Committee or of the World Heritage Centre or of the Secretariat of UNESCO concerning the legal status of any country, territory, city or area or of its boundaries.

Property names are listed in the language in which they have been submitted by the State Party

Description

Le Parc Naturel de Fogo est localisé dans la partie centrale de l'île du Fogo et se compose du volcan, le cratère, la Bordeira (rempart montagneux) et le périmètre de la forêt de Monte Velha. Le parc possède une superficie de 8468.5 hectares et est situé à la confluence de trois municipalités : Sao Filipe (1861 ha: 22% du Parc), Santa Catarina (4237 ha: 50% du Parc) et Mosteiros (2370 ha: 28% du Parc). Le volcan de Fogo, qui donne son nom à cette île, a 2829 mètres d’altitude et est le point le plus élevé du Cabo Verde. Le volcan est toujours actif, avec une caldeira de 8 km de diamètre et une ouverture vers l'est. L’escarpement bordant le fond de la caldeira a une pente presque verticale qui atteint les 1000 mètres à son point supérieur. À l'intérieur de la bordeira, il y a de nombreux filons dont certains sont connectés avec des cônes adventices à l'extérieur.

Sur le point de vue géomorphologique, le parc possède plusieurs caractéristiques, géologiques: les sommets et les pentes abruptes des crêtes sont séparés par des profondes vallées, des grands ravins et des gorges, en créant des changements dans l'élévation. Toute cette zone se compose exclusivement de matériaux émis par le système volcanique qui s’est formé à l'intérieur de Chã das Caldeiras.

Ce paysage naturel de Chã das Caldeiras, marquée par un volcan actif, habité et exploité depuis le premier quart du XXe siècle, bénéficie de l’eau en provenance de deux sources appelées Fonte Velha et Fonte Nova. Situées à Boca Fonte, elles fournissent de l’eau aux zones environnantes et ont aussi un impact sur la qualité du sol à l'intérieur de la caldeira. L’occupation des habitants à l’intérieur de la caldeira s’explique en partie par l’insuffisance de l'eau et de sols fertiles dans la plupart du pays mais aussi par des relations pacifiques développées avec le volcan au fil du temps.

Cette exploration d’eau est à l'origine de l'apparition des premiers peuplements - Bagaeira en 1917 et Portela, autour de 1920. Chã das Caldeiras a été dans un premier temps habité par deux familles: la famille Fontes et la famille Montrond qui sont resté jusqu'à l'éruption du volcan en 1995. La famille Montrond est originaire d´un comte Français, nommé François Louis Armand Fourchet De Montrond. Ceci explique le fait qu'une grande partie de la population a une couleur de peau claire, les yeux bleus et les cheveux blonds.

Dans ce sens, Chã das Caldeiras est un cas unique d'établissement humain dans le cratère d'un volcan actif, dont la moyenne d'éruption est de 19 ans. Les activités volcaniques qui modèlent le paysage périodiquement, ont obligé l'homme à s’adapter aux adversités imposées par la nature. Ainsi, la capacité de résilience se manifeste à travers des bâtiments traditionnels, tels que les « funcos » logement typique de Chã das Caldeiras, de forme circulaire et construit sur la base des matières premières locales (pierre volcanique et chaume), ressemblant à des habitations tribales de l’Afrique.

La fertilité du sol, qui est étroitement liée à l'activité volcanique et au microclimat dû à l'altitude et la température moyenne entre 25 et 28 degrés, ont créé des conditions favorables pour la culture des arbres fruitiers, en particulier la pratique de la viticulture, un cas unique de production à cette latitude. C’est dans ces conditions, à une altitude comprise entre 1200 à 1700 m (cas rare), que le traditionnel vin manecon ainsi que d’autre types de vins à renommée internationales sont produits.

En plus de la pratique de la culture du vin, Chã das Caldeiras est une sorte de hinter land de l'île du Fogo où des légumineuses (pois et haricots) et des fruits (pomme, pêche, noix de cajou, de citron, de grenade, de coing et de goyave) sont cultivés et commercialisés. Il est considéré comme l'un des écosystèmes les plus importants de l'horticulture pluviale du Cabo Verde. Cette activité est complétée par l'élevage notamment des chèvres, dont le lait est utilisé pour la production du fromage traditionnel de Chã das Caldeiras.

Malgré les éruptions fréquentes, il existe une relation mystique entre l'homme et le volcan, qui, après les effets catastrophiques régénère l'ensemble de l'écosystème du site.

Justification of Outstanding Universal Value

Critère (viii) : Le volcan du Fogo est l'un des rares volcans de l'Atlantique et est un témoignage vivant de la formation des îles de la Macaronésie, ce qui a motivé l'intérêt de la communauté scientifique internationale.

La dernière éruption enregistrée au de sommet du volcan a eu lieu au XVIIIe siècle, depuis lors les éruptions se produisent dans les cônes adventices, représente un grand événement scientifique de réputation qui a laissé des traces indélébiles dans le période géologique de la planète.

Nous nous référons, à l'abattement et soudain glissement de la partie orientale de la Bordeira du volcan entre 120 000 à 70 mille ans qui a formé un megatsunami de 170 mètres qui a façonné le paysage de l'île de Santiago et submergé les îles plates (Sal, Boavista et Maio). Au total, 28 éruptions historiques ont été enregistrées au volcan du Fogo, principalement à travers les cônes adventices. Les trois dernières éruptions ont eu lieu dans un intervalle de temps de moins de 65 ans, la dernière ayant commencé le 23 Novembre 2014.

Critère (x) : Dans le Parc Naturel de Fogo, il y a une grande diversité et complexité biologique, résultant de l’écosystème coupé par des reliefs, les variations d'altitude, microclimats, les caractéristiques topographiques, les substrats rocheux, les sols et la végétation naturelle. Ainsi, cette aire protégée est un rempart à l'égard de la flore et de la faune menacée d'extinction, soit par des raisons anthropiques ou naturels.

À l’intérieur du Parc et de sa zone tampon ont été enregistrés jusqu'à présent environ 110 espèces de plantes endémiques, 31 (représentant 37,8% des plantes endémiques du Cap-Vert) et 5 exclusives du Parc National du Fogo (Echiun vulcanorum, Verbascum cystolithicum, Erysimum caboverdeanum, Tornabenea tenuissima, Diplotaxis hirta). En raison de sa présence restreinte au Parc National du Fogo et les menaces auxquelles elles font face, ces espèces sont classées dans la Liste Rouge des Plantes d’IUCN comme des espèces vulnérables ou en danger.

En ce qui concerne les reptiles, 6 espèces habitent dans le Parc dont deux endémiques au niveau des espèces et 3 au niveau de la sous-espèce de l'île du Fogo (Hemidactylus lopezjuradoi, Tarentola fogoensis, Tarentola protogigas protogigas, Chioninia spinalis spinalis, Chioninia vaillanti xanthotis), 2 sont considérées comme étant en voie de disparition (EN) et 1 comme rare (R) sur la Liste Rouge d’UICN.

En ce qui concerne l'avifaune, le Parc Naturel du Fogo est considérée comme une importante aire pour les oiseaux (AIA) servant d'espace de nidification de 13 types d’oiseaux dont 5 sont endémiques du Cabo Verde (Tyto alba ssp detorta, Apus alexandri, Falco tinninculus ssp. alexandri, Acrocephalus brevipennis, Pterodroma feae feae). Parmi ces espèces/sous-espèces une est considéré comme vulnérable (VU, Pterodroma feae feae) et une est considérée en danger (EN, Acrocephalus brevipennis) à l'échelle nationale apparaît sur la Liste Rouge d’UICN, et une rare (R, Tyto alba ssp detorta). La présence des brevipennis Acrocephalus est actuellement restreinte aux îles de Fogo et de Santiago.

Statements of authenticity and/or integrity

Le Parque Naturel de Fogo est l'une des plus grandes aires protégées du Cabo Verde, qui fait partie du Réseau National des Aires Protégées du Cabo Verde, avec une surface d'environ 85 km2, abrite une importante population d'espèces d'animaux et plantes caractéristiques de l'île et de Cabo Verde.

Malgré les risques inhérents à cause de l'activité volcanique qui transforment régulièrement le paysage, le site conserve sa biodiversité, les activités socio-économiques et le mode de vie assez particulier de ses habitants qui vont obstinément adapter aux exigences de la vie au pied d'un volcan actif.

Il est important remarquer que la topographie irrégulière et l'accessibilité limitée développent des mécanismes de défense naturels pour les espèces endémiques, y compris les oiseaux qui nichent dans le Parc et les plantes dont les habitats sont à une altitude très élevée.

Protection et Gestion

Le Parc Naturel de Fogo a été créé par le décret-loi n°3/2003 du 24 Février et délimitée par le décret n°3/2008 du 2 Juin.

Dans ce sens, pour permettre une gestion durable du parc il a été créé et approuvé le plan de gestion, par la résolution n°20/2010, du 19 Avril, avec les principaux objectifs :

- Préserver et améliorer le patrimoine naturel, architectural, ethnographique et le paysage, à travers une gestion, en fonction du potentiel de chaque région, en vue de la préservation de la biodiversité, de géo-diversité et l'utilisation durable des ressources ;

- Contrôler l'érosion des sols pour protéger les caractéristiques géologiques et paysagères du Pico do Fogo et des cônes adventices ;

- Soutenir les activités humaines traditionnelles, stimulant son développement économique et le bien-être des populations résidentes en harmonie avec la conservation de la nature ;

- Valoriser et préserver les espèces de flore et de faune menacées

- Assurer la conservation des habitats menacés, particulièrement des habitats de végétation de broussailles ;

- Contrôler l’activité touristique afin d'éviter la dégradation du patrimoine du parc et de permettre une utilisation durable ;

- Faciliter la contemplation et l'interprétation des éléments naturels et culturels du parc, de sorte qu'il ne soit pas en contradiction avec les objectifs de conservation.

En complément du plan de gestion, un Plan de Marketing et de Communication Nationale et Internationale a été créé pour la promotion et la création d'instruments pour une gestion durable des ressources naturelles et culturelles qui puissent générer des bénéfices économiques pour les communautés résidant au Parc Naturel de Fogo.

Afin d'assurer la préservation et la protection des ressources du Parc cinq domaines d'action prioritaires ont été établies. A savoir :

- Conservation, dont l'objectif général est d'assurer la conservation, la protection et la restauration des écosystèmes et dans le même temps contribuer au maintien de la formation archéologique, ethnographique et historique (la formation des gardes, l'élimination et le contrôle des espèces envahissantes, le reboisement, l'herbier et banque de graines, construction des infrastructures de conservation du sol et de l'eau, etc.);

- L'utilisation publique et information, qui vise à diffuser les valeurs et les caractéristiques naturelles et culturelles du Parc, de diversifier et de rationaliser les lieux d'intérêt et de permettre l'usage public du Parc à un large nombre de visiteurs (création d’un Plan de Marketing et Communications, élaboration de parcours touristiques, amélioration et réparation des chemins et circuits touristiques, promotion et participation et foires de tourisme, etc.);

- Socio-économique, dont l'objectif est de créer des infrastructures mineures pour le bon fonctionnement du Parc dans son intégralité, ainsi que de rationaliser l'ensemble du tissu économique vers le développement durable des communautés dans le Parc (construction et amélioration des fermes des animaux et de production du fromage, soutien à la collecte et le stockage des aliments, amélioration génétique des animaux d'élevage efficace, amélioration des techniques dans les pratiques agricoles, mobilisation de l'eau, construction de réservoirs, amélioration de l'accès à la santé, soutien et la promotion de la viticulture, de amélioration et de la promotion de logements, etc.);

- Recherche, dont le but est essentiellement de suivre l’évolution des fonctions environnementales et leur impact sur les écosystèmes et la population du Parc (soutenir les universités et les centres de recherche, étude socio-économique des communautés du parc ; étude de la population, la reproduction et la migration des Pterodroma feae feae ; étude de la population et la répartition territoriale l’Acrocephalus brevipennis, des études sur la flore endémique du Parc, etc.).

- Surveillance, suivi du plan en termes d'exécution physiques / financières, les résultats et les impacts des activités mises en œuvre.

Comparison with other similar properties

Le Parc Naturel du Fogo pour ses caractéristiques lithologiques et géomorphologiques ressemblant les îles volcaniques qui composent la Macaronésie, qui sont situés dans les zones avec une vaste histoire de volcanisme actif, qui est un « hotspot géologique ». Se réfère particulièrement aux Parc National du Teide, Canaries, Espagne, répertorié comme un site du patrimoine mondial par l'UNESCO en 2007.