Capitalisation des expériences menées dans le cadre de l’initiative Fleuve et patrimoine

© Lâm Duc Hiên / Lâm Duc Hiên
2005 - 2013
Categories Partnerships
This page is not fully available in English, it is available in French.

L’initiative Fleuves et patrimoines se propose d’accompagner le processus de valorisation culturelle des fleuves, et de contribuer à la protection et la gestion des sites fluviaux. Alors que les fleuves connaissent partout dans le monde une nouvelle phase d’aménagement, aux impacts significatifs et controversés, on constate un regain d’intérêt pour le fleuve en tant que bien commun. Pour les territoires concernés, le fleuve est considéré comme une ressource aux valeurs multiples, culturelles, économiques, environnementales et sociales.

Le programme « Fleuve et patrimoine » de l’UNESCO, porté conjointement par le secteur de la Culture et le Secteur des Sciences avec l’appui de la Convention France-UNESCO, vise à promouvoir et approfondir les problématiques socioculturelles liées à la gestion de l’eau et favoriser la sensibilisation des populations locales, des pouvoirs publics et des agences de développement. L’expansion démographique et la concentration des populations dans les vallées fluviales entraînent une pression croissante sur la ressource en eau, notamment pour l’agriculture et la production d’énergie. L’explosion des pôles urbains pèse sur l’équilibre écologique des fleuves : le rejet des déchets et des eaux usées pollue les milieux aquatiques et l’aménagement incontrôlé des berges dresse une barrière entre l’homme et le fleuve.

De nombreuses infrastructures hydrauliques sont en construction ou planifiées pour répondre aux besoins économiques. Ce mouvement est susceptible de s’amplifier dans les années à venir à l’échelle du continent, notamment sur les fleuves encore peu aménagés. Ces infrastructures hydro-agricoles ou hydro-électriques répondent à des besoins légitimes des populations. Mais souvent surdimensionnées ou mal planifiées, elles peuvent entraîner des conséquences néfastes non seulement sur la biodiversité et l’équilibre écologique des fleuves, mais aussi sur les conditions de vie des populations, et leur capacité à vivre du fleuve. La question du partage de l’eau entraine des conflits d’usages susceptibles de devenir des enjeux politiques majeurs, à l’échelle régionale. La décentralisation, à l’œuvre dans de nombreux pays d’Afrique, donne aux collectivités locales des compétences nouvelles en matière d’eau et de développement local. La juxtaposition des modes de gouvernance traditionnels avec les modes de gestion nouveaux entraîne des conflits/problèmes de gestion.

Dans ce contexte, une réappropriation culturelle du fleuve et une connaissance fine de ces milieux s’imposent. Pour anticiper les changements à venir, et trouver un équilibre entre la réponse aux besoins des populations et la préservation de la ressource, connaître le fleuve et diffuser ce savoir auprès des sociétés civiles et des décideurs est un impératif.

Le projet « Niger-Loire : Gouvernance et Culture » a permis d’explorer cette thématique de façon approfondie, notamment à travers les actions d’inventaire des cultures du fleuve. D’autres projets portés par la CFU ou ses partenaires offrent également des éléments de réflexion intéressants sur cette thématique : le fleuve Sénégal à Saint Louis (Sénégal), le Mékong à Luang Prabang (Laos), le Gange à Bénarès (Inde), la Daugava à Riga (Lettonie)...

Un travail de capitalisation est mené sur ce thème en coopération avec différents partenaires (Région Centre, Mission Val de Loire,  Maison du Fleuve Rhône...). Un atelier de réflexion s’est tenu au Sénat le 24 octobre 2009 sur le thème « fleuve à fleuve ». Il a permis notamment de faire le point sur les actions de coopération engagées par les collectivités locales en faveur des fleuves et d’explorer les exemples de coopération de fleuve à fleuve.

Dans la continuité de la rencontre du Sénat de 2009, un atelier sur le thème "Connaissance et diffusion des patrimoines et cultures de fleuve, perspectives de développement des territoires riverains" a été organisé en novembre 2010 à Saint-Louis du Sénégal par la maison du fleuve de Saint-Louis en partenariat avec la maison du fleuve Rhône, puis une réflexion a été engagée avec le Centre du patrimoine mondial et le secteur des Sciences pour lancer une initiative « Fleuves et patrimoines », pour capitaliser sur les expériences menées autour de cette thématique. La rencontre de Saint-Louis inaugure la création d’un réseau international des maisons du fleuve. Celles-ci peuvent prendre des formes différentes, et s’inscrire dans des objectifs variés selon les besoins et le contexte local : structures muséographiques, centres de ressource pour collecter des informations sur le fleuve ou lieux d’information des usagers, d’expérimentation de projets. Quel que soit le cas de figure, ces lieux s’inscrivent dans un objectif d’appui au développement local. Ces structures sont des pôles de connaissance, d’information et de conseil.

De nombreuses actions engagées par des collectivités locales ou la société civile témoignent de ces nouvelles aspirations.

Le site Fleuves et patrimoines participe des préoccupations concernant le processus de reconquête culturelle des fleuves et rend compte de l’actualité au plan international. Il vise à mettre en réseau les expériences existantes en matière de valorisation culturelle du fleuve, et ainsi favoriser l’innovation en matière de développement local et de gouvernance.

News (1)
See Also (1)
Strategic objectives
  • Conservation