Stratégie pour la préservation des sites d’art pariétal

This page is not fully available in English, it is available in French.

L’art pariétal compte parmi les vestiges les plus intéressants pour l’étude des sociétés anciennes. C’est un patrimoine fragile, exposé, que le tourisme de masse aussi bien que la malveillance peuvent contribuer très rapidement à dégrader. La position géographique de l’Angola place ce pays au sein d’un vaste ensemble d’art pariétal. Ces sites — issus d’une période qui s’étend du Paléolithique inférieur (sites de taille et de dépeçage) au Néolithique (où l’on trouve des constructions mégalithiques) — présentent des créations exceptionnelles par la variété de leurs formes et de leurs couleurs.

Entre 1999 et 2001, la Convention France-UNESCO a été missionnée pour développer une stratégie de protection des sites d’art pariétal du sud de l’Angola. Une mission d’expertise a été organisée au cours de l’année 2000 afin d’analyser l’état des sites et élaborer pour eux un projet de conservation, de protection et de mise en valeur. La mission a recommandé d’inscrire les sites examinés sur la Liste du Patrimoine mondial et d’accompagner cette inscription par la mise en œuvre d’une stratégie nationale de gestion et de mise en valeur des sites.