Luang Prabang, Laos : soutien à la sauvegarde et mise en valeur du site, et à la coopération décentralisée avec la Ville de Chinon

This page is not fully available in English, it is available in French.

La ville de Luang Prabang a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial en décembre 1995. Située dans le nord montagneux du Laos, au confluent du Mékong et de la rivière Khan, Luang Prabang est l’ancienne capitale royale d’un des royaumes du Laos. La valeur universelle exceptionnelle du site repose sur le lien étroit entre le cadre bâti et l’environnement naturel ainsi que sur la juxtaposition d’une trame urbaine laotienne — architecture vernaculaire en bois — et d’une trame orthogonale caractéristique de l’urbanisme de l’ère coloniale.

Un programme de sauvegarde et de développement du site a été mis en place dès 1996 avec l’appui de la ville de Chinon et de la Région Centre dans le cadre de la coopération décentralisée. Soutenu par plusieurs partenaires (au premier rang desquels l’Agence française de développement et l’Union européenne), ce programme a permis de créer une entité de gestion du site patrimoine mondial, la Maison du patrimoine, de réaliser des actions de restauration et de rénovation urbaine (voirie, aménagement, restauration du bâti, drainage, rénovation des zones humides) et de mettre en place un plan de sauvegarde et de mise en valeur du site protégé (PSMV). Le développement touristique que connaît la ville depuis l’inscription et la forte croissance économique et démographique engage à travailler à une échelle plus vaste que le site inscrit et à aborder les questions sociales, économiques et environnementales. Afin de soulager les pressions sur le cœur historique et de favoriser un développement équilibré du site et de sa région, deux démarches complémentaires ont été engagées. Tout d’abord une démarche de planification du développement urbain et d’aménagement du territoire à l’échelle périurbaine : définition d’un Schéma de cohérence territoriale (Scot) avec une réflexion sur les usages et les fonctions de la ville ; puis une démarche de préservation de l’environnement naturel et de l’habitat humain et d’appui au développement des zones rurales (échelle bassin versant de la Nam Khan) : projet écovallée de la Nam Khan. L’appui à la conservation et au développement de Luang Prabang, que la Convention France-UNESCO accompagne depuis ses débuts, offre un référentiel en terme méthodologique (rénovation urbaine sur des sites du patrimoine mondial) comme en termes de modèle de coopération (coopération multibilatérale associant l’UNESCO, les collectivités locales et les bailleurs de fonds). Luang Prabang a connu de profondes mutations depuis son inscription. Bien au-delà du travail de restauration c'est une nouvelle ville qui s'est créée autour d'une idée partagée d'éléments qui en font sa valeur: valeur d'usage et valeur patrimoniale indissociablement liées. Le défi est de ne pas tomber dans le piège qui consisterait à vouloir à tout prix faire référence à un état supposé d'origine. La ville s'est réalisée par une série d'échanges entre des cultures et des populations. Le travail de restauration urbaine engagé s'inscrit dans un processus d'évolution. Le cadre défini par les autorités sur proposition des experts, ne prend toute sa valeur que dans la transcription qui en est faite par les habitants. C'est en ce sens que le projet de Luang Prabang peut être considéré comme une réussite.

Les réalisations, aussi bien que le processus de préservation et de mise en valeur de Luang Prabang sont devenues un des exemples fréquemment cité en matière de protection du patrimoine. En 2005, l’ADUC (Association de Développement et d’Urbanisme du Chinonais) a publié une brochure destiné à un public professionnel, pour mettre en relief, à travers les initiatives lancées à Luang Prabang, les centres historiques comme maillons de la cohésion sociale et comme cadre de la créativité culturelle. Un suivi de l’état de conservation du site est toujours opéré, et dans cette continuité la révision du plan urbain est lancée.

Une délégation laotienne a réalisé un voyage d’étude en France en octobre 2009, organisé par la ville de Chinon et l’ADUC. La délégation a été reçue à l’UNESCO et une réunion technique a été organisée par la Convention France-UNESCO sur le thème de la révision de la zone tampon et de la déclaration de valeur universelle exceptionnelle.

Enfin, à l’occasion du 15ème anniversaire de l’inscription de Luang Prabang sur la Liste du patrimoine mondial, un soutien technique pour l’organisation de la réunion et la publication d’une brochure a été apporté aux autorités lao par le Bureau de Bangkok.

See Also (1)
World Heritage Sites
Strategic objectives
  • Capacity Building