île de Djerba

Tunisie
Date de soumission : 17/02/2012
Critères: (v)(vi)
Catégorie : Culturel
Soumis par :
Délégation permanente de Tunisie apures de l’UNESCO
État, province ou région :
Gouvernorat de Mednine
Ref.: 5686
Avertissement

Les Listes indicatives des États parties sont publiées par le Centre du patrimoine mondial sur son site Internet et/ou dans les documents de travail afin de garantir la transparence et un accès aux informations et de faciliter l'harmonisation des Listes indicatives au niveau régional et sur le plan thématique.

Le contenu de chaque Liste indicative relève de la responsabilité exclusive de l'État partie concerné. La publication des Listes indicatives ne saurait être interprétée comme exprimant une prise de position de la part du Comité du patrimoine mondial, du Centre du patrimoine mondial ou du Secrétariat de l'UNESCO concernant le statut juridique d'un pays, d'un territoire, d'une ville, d'une zone ou de leurs frontières.

Les noms des biens figurent dans la langue dans laquelle les États parties les ont soumis.

Description

D'une superficie de 514 km2, occupant l'une des positions les plus stratégiques au cœur de la mer Méditerranée et peu dotée par la nature, l'île de Djerba a connu une longue et riche histoire. Chantée par Homère sous le nom de "île des Lotophages", étape incontournable de la grande aventure phénicienne vers l'Ouest, grand comptoir de productions « industrielles » et d'échange commerciaux et culturels pendant l'Antiquité classique, terre de la "Ghriba", la plus vieille synagogue de tout l'Occident méditerranéen, refuge paisible des Ibadhites, "place forte" disputée par les grandes puissances de l'époque durant le Moyen Age, conservatoire de paysages "homériques" et de traditions millénaires, Djerba a gardé de ce riche passé un patrimoine archéologique, historique et immatériel d'une grande variété : le mausolée numide de Henchir Bourgou, le vaste site archéologique de l'opulente ville antique de Meninx, la vénérable synagogue de la Ghriba, la forteresse turque de Ghazi Mustapha édifiée à l'emplacement d'un ancien ribat des premiers temps de l'Islam, de nombreuses mosquées d'une grande pureté et originalité architecturales, un habitat dispersé typique illustrant une grande capacité d'adaptation de l'homme à son milieu naturel et une occupation du sol original. Ce riche patrimoine culturel n'occulte pas la beauté et la qualité des paysages naturels encore sauvegardés mais qui se trouvent menacés par la conjugaison de plusieurs facteurs dont notamment l'expansion de l'urbanisation.

Justification de la Valeur Universelle Exceptionelle

Par sa situation géographique et par la place qu'elle a occupée dans l'histoire tant régionale que méditerranéenne, l'île de Djerba peut être considérée comme le carrefour de la Méditerranée antique et médiévale.

Critères remplis :

(v) : Le type d'occupation du sol à Djerba constitue un exemple éminent d'une utilisation traditionnelle d'un territoire et d'une interaction de l'homme avec son environnement. L'île de Djerba constitue l'exemple même d'un paysage culturel tel qu'il est défini par la Convention du patrimoine mondial culturel et naturel.

(vi) : Chantée par Homère, associée à de grands évènements qui ont marqué l'histoire du monde méditerranéen antique et médiéval, l'île de Djerba constitue un exemple éminent d'établissement humain et d'une occupation du territoire représentatifs rendus vulnérables sous l'effet de mutations irréversibles. Son impact sur l'imaginaire universel est très grand depuis l'époque de l'Odyssée jusqu'à nos jours.

Déclarations d’authenticité et/ou d’intégrité

L'île de Djerba conserve encore en de nombreux endroits un cadre naturel qui semble n'avoir pas connu de changements depuis les temps immémoriaux. Les travaux de restauration menés sur les vestiges archéologiques et les monuments historiques n'ont pas changé ou déformé leurs structures architecturales ou leurs matériaux. Toutefois, ce patrimoine naturel et culturel se trouve aujourd'hui de plus en plus menacé de disparition ou d'atteintes graves à son authenticité et à son intégrité.

Comparaison avec d’autres biens similaires

L'île de Djerba avec toutes ses composantes naturelles et culturelles peut être considérée comme unique.