1.         Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (Afghanistan) (C 208rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2003

Critères  (i)(ii)(iii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   2003-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Proposé dans le Projet de décision.

Mesures correctives identifiées

Proposées dans le Projet de décision.

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Un calendrier sur quatre ans est actuellement jugé nécessaire pour atteindre les repères de référence.

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/208/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2002-2002)
Montant total approuvé : 30 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/208/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 3 337 027 dollars EU (2003-2007) via le projet du Fonds-en-dépôt japonais auprès de l’UNESCO « Sauvegarde du site de Bamiyan », phases I et II. 

Missions de suivi antérieures

Pas de mission de suivi réactif mais des missions d’experts de l’UNESCO envoyées chaque année depuis 2002 pour mettre effectivement en œuvre le projet prévu pour le bien.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Fragilité des falaises et niches ;

b) Absence de plan de gestion du site et de système de suivi ;

c) Présence de mines antipersonnel dans la région.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/208/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2007

L’État partie a adressé un rapport d’avancement sur l’état de conservation du bien au Centre du patrimoine mondial le 8 février 2007. Il décrit les découvertes archéologiques récentes et indique que presque tous les fragments des statues de bouddhas géants ont été récupérés dans les deux grandes niches et ont été triés, documentés et mis en réserve dans des abris temporaires. Des échafaudages ont été installés à l’intérieur de la niche du Grand Bouddha de l’Est, en prévision de travaux de conservation en 2007.

Afin d’éviter l’écroulement imminent des falaises touchées par l’explosion de 2001, les niches des deux bouddhas géants ont fait l’objet d’une consolidation d’urgence. Cette opération, commencée en 2003 dans le cadre du projet du Fonds-en-dépôt japonais, a été menée à bien en 2006. Le projet a également poursuivi la documentation des nombreuses grottes bouddhiques et assuré la conservation des peintures murales des grottes jugées prioritaires. Un système de suivi a été mis en place pour mesurer l’impact des conditions climatiques et définir les meilleures mesures à prendre pour protéger les peintures murales.

L’État partie finalise actuellement le plan de gestion du bien, après étude de l’avant-projet achevé en décembre 2006. Le Gouverneur de Bamiyan a officiellement créé le Comité de Coordination du Paysage culturel de Bamiyan (BCLCC) en 2006, afin de protéger ledit paysage culturel. Cet organe intersectoriel exécutera le plan de zonage de protection (Plan directeur culturel), approuvé par le Ministère de l’Urbanisme en mars 2006.

Le pillage, le trafic illicite et les fouilles illégales des biens du patrimoine culturel sont pris en compte par le système initial de gestion et de suivi du site. Toutefois, compte tenu de la situation dans le pays, il reste extrêmement difficile d’assurer une gouvernance effective du site. Bien qu’il n’y ait plus d’activités militaires dans les zones patrimoniales de la vallée de Bamiyan, il reste des mines antipersonnel et des munitions non explosées, non identifiées mais bien présentes dans certains secteurs du bien. On ne peut donc réaliser ni études archéologiques ni travaux de conservation dans ces zones avant déminage. En 2006, l’UNMACA (Centre de lutte anti-mines des Nations Unies pour l’Afghanistan) a déminé le secteur des niches des bouddhas géants mais il faut continuer le déminage dans d’autres parties du site.

Un groupe de travail formé de spécialistes s’est réuni pour débattre du bien en décembre 2006 ; les autorités afghanes compétentes et des représentants de l’ICOMOS et de l’UNESCO ont discuté de la redéfinition de repères de référence en vue d’un éventuel retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, pour donner suite à la demande du Comité à sa 30e session (Vilnius, 2006). Comme plusieurs rapports de missions d’experts sur place avaient fourni en 2006 suffisamment d’informations sur l’état de conservation et sur les futures actions à mener, il a été convenu qu’il n’était pas nécessaire d’envoyer une mission de suivi réactif pour faire une nouvelle évaluation de l’état de conservation du bien ou pour établir les repères de référence, collectivement acceptés par l’ICOMOS, l’UNESCO et l’État partie.

L’Afghanistan est toujours en situation de post-conflit : situation extrêmement instable sur le plan de la sécurité, absence de développement des capacités au niveau technique et institutionnel, et extrême pauvreté. Les repères de référence proposés tiennent compte de cette réalité et sont définis, proposés dans le Projet de décision, accompagnés de mesures correctives possibles.

Concernant le calendrier fixé, quatre ans au minimum sont jugés nécessaires pour atteindre les repères de référence et atténuer les menaces pesant sur l’état de conservation du bien. On pourra se référer à cet égard aux Recommandations du groupe de travail spécialisé pour la préservation du site de Bamiyan (http://whc.unesco.org/en/events/354); elles constituent un plan d’action détaillé qui complète les mesures correctives prévues pour atteindre les repères de référence proposés.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 31 COM 7A.21

 

Le Comité du patrimoine mondial,

a)      sécurité du site assurée,

b)      stabilité des niches des bouddhas géants assurée à long terme,

c)      état de conservation satisfaisant des vestiges archéologiques et des peintures pariétales, et

d)      mise en œuvre du plan de gestion et du plan directeur culturel (plan de zonage de protection),

a)      pour assurer la sécurité du site :

(i)      en exerçant un contrôle strict des fouilles illégales et en luttant contre le pillage grâce au recrutement d'un nombre suffisant de gardiens qualifiés sur le site, et

(ii)      en débarrassant le site des munitions non explosées et des mines anti-personnel ;

b)      pour la stabilité à long terme des niches des bouddhas géants grâce à l'installation d'un système de suivi permanent ;

c)      pour le bon état de conservation des vestiges archéologiques et des peintures pariétales :

(i)      en assurant la conservation des fragments des statues des bouddhas géants et

(ii)      en assurant la conservation des peintures pariétales dans les grottes bouddhiques jugées prioritaires ;

d)      le plan de gestion et le plan directeur culturel (plan de zonage de protection) mis en œuvre en développant les capacités institutionnelles, notamment celles du ministère de la Culture et du Comité intersectoriel de coordination du paysage culturel de Bamiyan (BCLCC) ;

Décision adoptée: 31 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-07/31.COM/7A et WHC-07/31.COM/7A.Add, WHC-07/31.COM/7A.Add.2 et WHC-07/31.COM/7A.Add.3),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril: