1.         Parc national du Simien (Éthiopie) (N 9)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1978

Critères  (vii)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1996-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Mesures correctives identifiées

Les mesures correctives suivantes ont été identifiées par la mission UNESCO/UICN de 2006 et adoptées par le Comité à sa 30e session (Vilnius, 2006). La mission a également formulé de nouvelles recommandations afin d’améliorer l’état de conservation du bien.

a) Finaliser l’extension du Parc national des montagnes du Simien pour inclure les monts Silki Yared – Kiddis Yared et le mont Ras Dejen avec les couloirs qui les relient ;

b) Publier officiellement les nouvelles limites du parc, y incluant les extensions de Lemalimo, Mesarerya, des monts Silki Yared – Kiddis Yared et du mont Ras Dejen, ainsi que le réalignement de la frontière pour exclure certains villages ;

c) Élaborer une stratégie et un plan d’action dans le cadre de la révision du plan de gestion prévu, afin de réduire de façon significative l’impact du pacage du bétail sur la conservation du bien en créant des zones d’interdiction du pacage et des zones de pacage limité basées sur des critères écologiques, ainsi qu’en en mettant en place un régime de gestion strict dans les zones où le pacage restera encore toléré à court et moyen termes et trouver des fonds pour sa mise en œuvre ;

d) Élaborer une stratégie et un plan d’action dans le cadre de la révision du plan de gestion pour soutenir la création de sources de revenus alternatives pour la population vivant à l’intérieur et aux abords immédiats du parc, afin de limiter son impact à moyen terme sur les ressources naturelles du bien et trouver des financements durables pour sa mise en œuvre.

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Aucun calendrier précis n’a encore été fixé, bien que le Comité ait mentionné que les mesures correctives pourraient être mises en œuvre dans un bref délai (d’ici 1 à 2 ans).

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/9/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1978-2005)
Montant total approuvé : 263 171 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/9/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Missions de suivi réactif UNESCO/UICN en 2001 et 2006.  

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Déclin des populations de Walia ibex, de renards du Simien et autres espèces de grands mammifères ;

b) Accroissement de la population humaine et des têtes de bétail dans le parc ;

c) Empiètement des terres agricoles ;

d) Construction d’une route.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/9/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2007

Du 10 au 27 mai 2006, une mission de suivi UNESCO/UICN a visité le bien. Les conclusions de la mission ont été présentées oralement à la 30e session du Comité (Vilnius, 2006) et sont résumées ci-après.

La mission a pris acte des progrès notoires accomplis dans la mise en œuvre de quelques-unes des mesures correctives fixées par le Comité, en particulier le réalignement de la frontière pour exclure les villages (ancien repère 1) et l’extension du bien pour inclure les réserves de faune de Mesareya et Lemalimo (ancien repère 2). La mission a noté, par ailleurs, que même si ces extensions ont amélioré la conservation effective d’une population accrue de Walia ibex dans le parc, 75 % de la population de renards du Simien restent encore à l’extérieur du périmètre actuel et qu’une nouvelle extension du parc aux monts Silki Yared – Kiddis Yared et aux monts Ras Dejen s’imposerait pour satisfaire pleinement à l’ancien repère 4. La mission a conclu que l’ancien repère 3 qui préconisait la réduction significative et durable de la densité de population dans la zone centrale, n’avait pas atteint son objectif. La mission a également reconnu que le pacage du bétail était très préoccupant pour l’intégrité et la conservation des valeurs du bien et que ce problème n’était pas abordé dans les mesures correctives fixées par le Comité. En s’appuyant sur les recommandations de la mission, le Comité a adopté quatre nouvelles mesures correctives qui pourraient servir de repères (voir ci-dessus). La mission a ensuite examiné un certain nombre d’autres sujets critiques, à savoir la route qui traverse le bien, la nouvelle route prévue à proximité de l’extension proposée, la récente construction d’un hôtel et le risque de transmission de maladies provenant du bétail, ainsi que la préparation du plan de gestion et la planification du tourisme dans la région, et a émis à cet égard des recommandations précises qui figurent dans le rapport de la mission.

Le 21 février 2007, un rapport sur l’état de conservation du bien a été soumis par l’État partie. Ce rapport donne des informations sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre des mesures correctives adoptées :

a) Finaliser l’extension du parc avec les couloirs qui le relient

Le rapport mentionne que les travaux sur la démarcation de l’extension jusqu’à Ras Dejen doivent être réalisés au cours du premier semestre 2007 et seront financés au titre du Projet de développement intégré–PNMS financé par l’Autriche. Les consultations avec les communautés locales sont déjà engagées et les travaux sur le terrain vont commencer d’ici peu. Le rapport indique que le problème critique de la réimplantation du village d’Arqwaziye établi de façon illégale, dont fait état la mission de 2006, sera négocié lors du processus de démarcation et que les villageois sont invités à se réinstaller sur un site longeant la route qui mène à la ville de Dilibza, actuellement construction.

b) Republier officiellement les nouvelles limites du parc

L’État partie note que la republication des nouvelles limites du parc est prévue dès que l’extension aux monts Ras Dejen sera finalisée. Cette nouvelle publication officielle devrait pouvoir être finalisée d’ici deux ans.

c) Élaborer une stratégie et un plan d’action afin de réduire de façon significative l’impact du pacage du bétail sur la conservation du bien et trouver des financements durables pour sa mise en œuvre

Les termes de référence d’une mission de consultant à court terme visant à développer cette stratégie ont été préparés par l’État partie, avec les commentaires techniques de l’UICN et de l’UNESCO. Le rapport  du consultant indique que la stratégie pourrait être mise en place d’ici un à deux ans mais qu’à ce jour aucun financement n’a pu être trouvé pour sa mise en œuvre, sachant que la poursuite du projet autrichien n’est pas garantie à l’avenir.

d) Élaborer une stratégie et un plan d’action pour soutenir la création de sources de revenus alternatives pour la population vivant à l’intérieur du parc et dans ses environs immédiats, et trouver des financements durables pour sa mise en œuvre

Avec l’aide financière du Fonds du patrimoine mondial, un consultant international a mis au point une proposition de projet détaillée et exhaustive sur un système de revenu alternatif. Dans la proposition, les 30 différents types d’entreprises qui sont passés en revue et envisagés, seraient susceptibles de créer 725 emplois dont profiteraient plus de 3 800 personnes. Il est certain que la mise en œuvre du projet offrirait des perspectives aux communautés locales qui inciteraient les habitants à quitter le parc. Il semble que les communautés locales soient favorables au plan. L’obstacle majeur à sa mise en œuvre est le coût estimé à 8,7 millions de dollars EU. C’est pourquoi l’État partie sollicite l’appui de l’UNESCO et de l’UICN pour le financement de ce projet.

Le rapport de l’État partie rend compte, par ailleurs, des progrès réalisés dans la mise en œuvre de plusieurs des autres recommandations de la mission de 2006 :

Le rapport confirme qu’à l’issue de la mission, le tracé initialement proposé de la route Bwahit-Dilyibza à travers les monts Silki Yared - Kiddis Yared, dont l’inclusion était envisagée dans la nouvelle extension du parc, a été interdit suite à un courrier officiel du Président du gouvernement de l’État d’Amhara et que le gouvernement régional a alloué des fonds supplémentaires pour l’aménagement et la construction d’une route de délestage dans les vallées au-delà de l’extension proposée. Le Centre et l’UICN saluent cette décision mais notent qu’il faudra surveiller étroitement la densité de la circulation sur la route Debark – Mekane Birhan qui traverse le parc afin de mesurer l’affluence du trafic suite à l’extension de la route et prendre au besoin les mesures appropriées pour en assurer le contrôle.

En octobre 2006, l’État partie a soumis pour commentaires au Centre du patrimoine mondial et à l’UICN un plan de gestion préliminaire préparé par un consultant local. Malgré la description très complète du parc dont fait état le projet, le Centre du patrimoine mondial et l’UICN estiment que les objectifs de gestion ne font pas clairement référence à la Valeur universelle exceptionnelle du bien et que le zonage proposé manque de clarté et ne règle pas le problème essentiel du pacage dans le bien. Le Centre du patrimoine mondial tente actuellement d’instaurer une coopération entre la direction du parc et la Société zoologique de Francfort (FZS) afin de fournir une aide supplémentaire à la finalisation du plan de gestion. La FZS a une longue expérience en matière de conception de plans de gestion et vient d’en préparer un pour le Parc national des monts Mbale en Éthiopie. Au moment de rédiger le présent rapport, une équipe de la FZS et les responsables du parc, avec l’appui du Centre du patrimoine mondial, effectuent une mission conjointe qui a pour but d’identifier les lacunes du projet de plan de gestion et d’établir une stratégie et un budget pour le finaliser. 

Le rapport mentionne également que la préparation d’un schéma directeur du tourisme dans le parc est prévue dans les prochains mois. Le Centre du patrimoine mondial, à travers son programme de planification du tourisme, a déjà fourni des conseils techniques à l’État partie et s’efforce de trouver les moyens d’accroître son assistance technique.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 31 COM 7A.9

  Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 30 COM 7A.9, adoptée à sa 30e session (Vilnius, 2006),
  3. Félicite le gouvernement régional d'Amhara de sa décision de réaligner la route Bwahit - Dilyibza en projet pour éviter qu'elle traverse l'extension proposée du parc dans les monts Silki Yared - Kiddis Yared et demande à l'État partie, en particulier au gouvernement régional d'Amhara, de surveiller de près l'impact de la nouvelle route sur le trafic routier à l'intérieur du parc;
  4. Salue les efforts de l'État partie et, en particulier les autorités du parc pour avoir entamé la mise en œuvre des mesures correctives fixées par le Comité à sa 30e session (Vilnius, 2006);
  5. Encourage l'État partie, avec l'aide de l'UNESCO et de l'UICN, à approcher des bailleurs de fonds potentiels pour permettre la mise en œuvre du projet de sources de revenus alternatives et lance un appel aux bailleurs de fonds internationaux afin qu'ils soutiennent ce projet et les autres activités visant à réhabiliter le bien;
  6. Demande au Centre du patrimoine mondial et à l'UICN de continuer à octroyer une aide financière et technique à l'État partie, en coopération avec les partenaires concernés, afin de mettre en œuvre les recommandations de la mission de suivi réactif de 2006, en particulier la finalisation du plan de gestion et du schéma directeur du tourisme pour le bien;
  7. Demande à l'État partie, en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et l'UICN, d'établir un projet de déclaration de valeur universelle exceptionnelle pour le bien, mentionnant les conditions d'intégrité, pour examen par le Comité à sa 32e session en 2008;
  8. Demande en outre à l'État partie, en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et l'UICN, d'établir un projet de déclaration de l'état de conservation souhaité pour le bien, fondé sur sa valeur universelle exceptionnelle;
  9. Demande à l'État partie d'inviter une mission conjointe de suivi UNESCO/UICN sur le site pour évaluer son état de conservation et la mise en œuvre des mesures correctives adoptées par le Comité à sa 30e session en vue d'un retrait éventuel du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril;
  10. Demande enfin à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial avant le 1er février 2008 un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien, avec une mise à jour sur l'avancement de la mise en œuvre des mesures correctives fixées par le Comité à sa 30e session (Vilnius, 2006) et des autres recommandations de la mission de 2006 de suivi, pour examen par le Comité à sa 32e session en 2008;
  11. Décide de maintenir le Parc national du Simien (Éthiopie) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 31 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-07/31.COM/7A et WHC-07/31.COM/7A.Add, WHC-07/31.COM/7A.Add.2 et WHC-07/31.COM/7A.Add.3),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril: