1.         Axoum (Éthiopie) (C 15)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1980

Critères  (i)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/15/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1996-1996)
Montant total approuvé : 2 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/15/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 4,78 millions de dollars EU par le fonds-en-dépôt italien pour le “Projet de mise en valeur du site archéologique d'Axoum : études préparatoires pour la réinstallation de l'obélisque et renforcement des capacités pour la conservation archéologique” - Phase 1, et “Ré-érection de l'obélisque" - Phase 2.

Missions de suivi antérieures

Missions du Centre du patrimoine mondial et d'experts mandatés par celui-ci pour la mise en œuvre du projet en 2005, 2006, 2007 et 2008.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Démarcation inexistante de ce site en série ;

b) Absence de plans de conservation et de gestion ;

c) Absence de législation appropriée régissant l'urbanisme et la construction ;

d) Absence de cartographie, de documentation et d'équipements.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/15/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Le Comité du patrimoine mondial a demandé qu'une mission conjointe Centre du patrimoine mondial / ICOMOS / ICCROM soit conduite à Axoum afin d'évaluer son état de conservation et de soumettre un rapport pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 32e session en 2008. Cette mission devait, entre autre, évaluer l'impact des travaux sur le bien.

En raison de retard pris dans les travaux de réinstallation de l'obélisque, le Centre du patrimoine mondial, en consultation avec l'ICOMOS et l'ICCROM, a décidé de différer la mission conjointe jusqu'à l'achèvement des travaux et a préparé le présent rapport sur l'état de conservation sur la base des données régulièrement collectées par le Centre du patrimoine mondial et les experts.

Après le retour de l'obélisque d'Axoum / Stèle 2 de Rome à Axoum en avril 2005, le Centre du patrimoine mondial, en étroite collaboration avec les autorités éthiopiennes, a entrepris les études préparatoires pour la réinstallation de l'obélisque et a lancé en juillet 2007 les travaux pour sa réinstallation. Les travaux sont bien avancés et les trois blocs de 152 tonnes de l'obélisque de 24,3 mètres de haut seront installés d'ici fin juillet 2008. La restauration de l'obélisque et les derniers aménagements du site seront entrepris avant la fin du mois de décembre 2008.

“Le projet éthiopien de patrimoine culturel – Projet pilote” financé par la Banque mondiale (700 000 dollars EU) a été mis en œuvre et est en train d'être finalisé. Les facteurs affectant le bien sont la construction d'un musée et de services annexes sur le site, la réhabilitation d'un bâtiment du XIXe siècle en cafétéria (les deux constructions se trouvant dans le champ de stèles) et la mise en place d'une signalisation.

Les plans du projet de la Banque mondiale montrés à l'UNESCO en janvier 2006 ont été mis en œuvre avec une modification de la conception originelle : la hauteur de l'entrée du musée s'élève maintenant sur deux niveaux contre un seul initialement prévu ; cela est regrettable dans la mesure où le musée a été construit dans le champ des stèles. De plus, avec une fréquentation touristique en hausse, placer l'entrée du musée au fond du champ de stèles risque de transformer cette dernière en carrefour d'accès au musée.

Des éléments de ventilation en fer et verre – esthétiquement discutables – ont également été posés sur les galeries souterraines du champ de stèles.

Une augmentation du niveau de la nappe phréatique sous le champ de stèles entraîne des inondations régulières dans certaines tombes souterraines. Le gestionnaire de site traite actuellement ce problème en pompant l'eau.

Les autorités régionales du Tigray ont travaillé sur la définition des limites du bien et d'une zone tampon, ne figurant pas dans le dossier d'inscription original, et ont fait part de l'information à la communauté locale. Elles ont en conséquence préparé un projet de loi, devant être soumis au parlement régional, proposant des limites révisées et une zone tampon. À l'heure où nous rédigeons ce rapport, aucune carte n'a été soumise au Centre du patrimoine mondial.

Les autorités régionales ont également pris plusieurs mesures positives en termes de gestion du site, incluant des travaux d'entretien régulier, une allocation de fonds pour l'emploi de gardes répartis sur toutes les zones du bien en série, la fermeture d'une carrière de pierre à Gobadre non loin de l'antique carrière axoumite, et le contrôle des constructions nouvelles dans le périmètre du bien.

Le Centre du patrimoine mondial a organisé un atelier de formation à Axoum du 31 mai au 5 juin 2008 auquel une équipe pluridisciplinaire d'experts nationaux et internationaux a pris part. L'atelier a été suivi par 40 participants, dont des gestionnaires de site et des décideurs provenant d'Axoum et d'autres biens éthiopiens du patrimoine mondial. Les participants ont produit, sous les conseils des experts, un document cadre préliminaire sur la gestion du site qui identifie les problèmes et les besoins du bien, les moyens techniques et administratifs requis pour répondre à ces besoins et le mécanisme initial de mise en place du processus de gestion sur le bien. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.46

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32COM/7B.Add,

2. Rappelant la décision 30 COM 7B.39, adoptée à sa 30e session (Vilnius, 2006),

3. Note avec satisfaction que des progrès significatifs ont été accomplis dans la mise en oeuvre du projet de réinstallation de l'obélisque d'Axoum ;

4. Réitère sa demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er décembre 2008, la carte du bien du patrimoine mondial indiquant clairement ses limites et sa zone tampon, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

5. Encourage l'État partie à présenter une demande d'Assistance internationale pour traiter le problème d'augmentation du niveau de la nappe phréatique dans le champ de stèles ;

6. Demande à l'État partie de mettre en oeuvre le document cadre de gestion du site et de prendre les mesures de protection nécessaires ;

7. Demande également à l'État partie, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les organisations consultatives, d'élaborer un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle incluant les conditions d'intégrité et d'authenticité, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

8. Demande en outre à l'État partie d'inviter une mission conjointe Centre du patrimoine mondial / ICOMOS à Axoum fin 2009 dans l'optique d'évaluer son état de conservation et de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2010, un rapport sur les progrès accomplis dans la gestion du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session en 2010.