1.         Vieille ville et Nouvelle ville d'Edimbourg (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord) (C 728)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1995

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/728/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/728/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Impact d'un incendie à Cowgate ;

b) Impact de bennes à ordures.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/728/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

La Vieille ville et la Nouvelle ville ont été inscrites sur la Liste du patrimoine mondial pour la remarquable juxtaposition des deux phénomènes de planification urbaine qu'elles illustrent parfaitement: la disposition en chevron, datant du haut moyen-âge, de la Vieille ville sur le rocher et la disposition régulière, datant du XVIIIe siècle, de la Nouvelle ville du siècle des Lumières, les deux villes étant séparées par la vallée de la rivière Waverley, chère à Walter Scott.

Edimbourg a longtemps été reconnue pour sa politique de planification urbaine à long terme qui a permis au paysage et aux espaces urbains d'évoluer tout en conservant leur sens au cours des années. Cette approche stratégique a été récemment remise au goût du jour par le Conseil municipal qui, il y a peu de temps, a commandé un nouveau rapport sur le paysage urbain, afin de protéger les principales perspectives visuelles de la ville. Le rapport est actuellement au stade de la consultation. Le Conseil municipal est également en train de travailler à une approche stratégique du réaménagement de Prince's Street, la principale artère commerçante de la Nouvelle ville, approche conduite sur la base de la configuration et de la forme de la rue. Ces nouvelles stratégies se font jour alors que dans le même temps la ville fait face à des pressions liées à l'aménagement urbain dans différents quartiers, certains projets étant susceptibles d'avoir un impact sur le paysage urbain, le caractère général et la valeur universelle exceptionnelle du bien du patrimoine mondial

Canongate

Un projet de réaménagement d'une partie de la Vieille ville se fait jour, il est connu sous le nom de "Caltongate". Le site vaste de 3,46 hectares, très visible depuis la colline de Calton, se situe sur le côté nord de Canongate, la crête principale de la Vieille ville et couvre une zone comprise entre la gare de Waverley et Holyrood. Cette zone comprend l'ancien dépôt d'autobus.

Le 6 février 2008, le Conseil municipal d'Edimbourg a bien voulu donner son accord aux principaux éléments du projet Caltongate, et ce, en dépit d'une vive opposition exprimée entre autre par le Fonds d'Edimbourg du patrimoine mondial et par le Forum communautaire de Canongate, une structure créée à cet effet, qui s'est vue accorder l'aide de toute la communauté pour conserver des logements pour les habitants déjà présents dans la Vieille ville. Le projet comprend un hôtel 5 étoiles, un centre de conférence, des logements et des bureaux. Le projet implique la démolition d'un bâtiment protégé, de la partie arrière d'un autre, et de plusieurs maisons actuellement occupées. La décision des conseillers municipaux est en cours d'examen par les Ministres écossais.

Le 9 avril 2008, l'Etat partie a remis un rapport qui détaille les grandes lignes du projet et leur état d'avancement. Le rapport fait aussi état du soutien désormais acquis de Historic Scotland en dépit des inquiétudes autrefois exprimées sur le projet.

Docks de Leith

Le rapport détaille aussi le projet d'aménagement des docks de Leith, sur la rivière Forth. Ce projet se situe à 2,5 kilomètres du bien du patrimoine mondial, vers le vieux port d'Edimbourg. Les activités portuaires ont été transférées sur un autre site. Le projet n'en est actuellement qu'à sa phase de conception mais Historic Scotland a déjà exprimé des inquiétudes quant à la hauteur et au volume du projet soumis qui comprend une tour de 28 étages. Historic Scotland estime que ce projet créerait un nouveau paysage urbain pour les docks qui pourrait venir en opposition avec celui du bien du patrimoine mondial et modifier sa relation avec la rivière.

Centre Saint James

Un autre projet d'aménagement est évoqué par le rapport de l'Etat partie, il concerne le Centre Saint James. Il s'agit du réaménagement d'un bâtiment des années 60-70, très visible dans la Nouvelle ville, qui a actuellement un impact négatif sur le bien. Le projet est dans sa phase préliminaire de planification et est destiné à régénérer tout le quartier aux alentours. Historic Scotland soutient les grandes lignes du projet en termes de localisation, mais désapprouve les grandes tours que les promoteurs ont aussi proposées. Celles-ci seraient incompatibles avec la stratégie municipale sur le paysage urbain en cours d'élaboration et pourrait avoir un impact considérable sur le paysage urbain d'Edimbourg.

Site de l'incendie de Cowgate

L'Etat partie a aussi mis à jour les données sur le site de l'incendie de Cowgate. Des projets de réaménagement du site sont en phase de consultation publique avant présentation.

Le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS sont préoccupés par l'envergure du projet d'aménagement de Canongate qui affecte le tissu caractéristique très ténu de la Vieille ville et la cohérence de sa forme urbaine et de ses espaces, et a un impact négatif sur les perspectives visuelles depuis la colline de Calton. Au vu de l'envergure et de la localisation du projet, il est susceptible d'avoir un impact sur l'intégrité et sur la valeur universelle exceptionnelle du bien du patrimoine mondial.

Le projet Caltongate, tel qu'il a été présenté par l'Etat partie, pourrait constituer un précédent à d'autres projets identiques, voire de plus grande envergure, tels les docks de Leith qui pourraient modifier la relation entre la Vieille ville, la Nouvelle ville et le port. Il semble que les promoteurs remettent en cause les limites actuelles de l'aménagement urbain d'une façon susceptible d'avoir d'importantes conséquences sur l'intégrité du bien du patrimoine mondial. Il est indispensable d'envisager comment la cohérence globale du bien et son paysage particulier, deux éléments déterminants de sa valeur universelle exceptionnelle, peuvent être protégés tout en permettant dans le même temps un aménagement raisonnable. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.117

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Se déclare préoccupé de l'impact potentiel du projet d'aménagement de Caltongate ;

3. Regrette vivement que l'État partie ait approuvé ce projet en juin 2008 sans se conformer au paragraphe 172 des Orientations ;

4. Demande à l'État partie d'inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS sur le site afin d'examiner l'état de conservation général de la Vieille ville et de la Nouvelle ville, et en particulier l'impact du projet d'aménagement de Caltongate sur l'intégrité et la valeur universelle exceptionnelle du bien du patrimoine mondial, ainsi que les avant-projets des docks de Leith, du Centre Saint James et autres projets en cours ;

5. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport sur l'état de conservation du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009.

Décision adoptée: 32 COM 8B.100

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les documents WHC-08/32.COM/8B.Add et WHC-08/32.COM/INF.8B1.Add,

2. Adopte la Déclaration de valeur suivante pour la Vieille ville et Nouvelle ville d'Edimbourg, Royaume-Uni:

La remarquable juxtaposition de deux phénomènes urbains clairement articulés. Le contraste entre la vieille ville médiévale organique et la ville neuve géorgienne planifiée offre une structure urbaine d'une clarté inégalée en Europe. La juxtaposition de ces deux paysages urbains distincts, chacun d'un intérêt historique et architectural exceptionnel, qui sont reliés par une étendue libre, la vallée de la Waverley de Sir Walter Scott, par le viaduc urbain, le North Bridge et par le Mound, crée un paysage urbain exceptionnel. 

La vieille ville s'étend le long d'une crête allant du Château perché sur son piton rocheux spectaculaire jusqu'au Palais de Holyrood. Sa forme reflète la distribution médiévale des parcelles de Canongate, bourg dépendant de l'abbaye de Holyrood, et la tradition nationale de bâtir en hauteur sur des parcelles étroites, ou « tofts », séparées par des ruelles, ou « closes » qui donna naissance à certains des bâtiments les plus élevés de leur époque, les maisons de rapport, hautes, solides et spectaculaires. La vieille ville comprend de nombreuses maisons de nobles et de marchands des XVIe et XVIIe siècles, tels que le manoir restauré de Gladstone's Land datant du début du XVIIe siècle qui s'élève sur six niveaux, et un important édifice public tel que le Canongate Tolbooth, et la cathédrale Saint-Gilles.

La vieille ville se caractérise par la survie du schéma urbain médiéval des ruelles, venelles étroites et cours ouvrant sur High Street, la rue principale la plus longue et la plus large de la vieille ville, donnant l'impression d'un lieu clos entre les hauts murs des bâtiments qui la borde et le peu d'espace entre eux. 

La ville nouvelle, construite entre 1767 et 1890 sous la forme de sept villes nouvelles sur la plaine glaciaire au nord de la vieille ville, se présente sous la forme d'une concentration peu commune d'ensembles planifiés de bâtiments en pierre de taille, de style néoclassique, associés aux grands architectes, parmi lesquels John et Robert Adam, Sir William Chambers et William Playfair. Intégrés au paysage urbain, des jardins sont conçus pour tirer le meilleur parti de la topographie tout en formant un système développé d'espaces ouverts publics et privés. La ville nouvelle possède de grands espaces verts. Elle est vaste et cohérente à un degré incomparable et présente un aspect quasiment intact.

Certains des plus beaux monuments publics et commerciaux de style néoclassique en Europe se dressent encore dans la ville, reflétant son statut de capitale de l'Écosse depuis 1437, et sa place de grand centre de la pensée et de la connaissance à l'époque des Lumières au XVIIIe siècle, entretenant des liens culturels et politiques étroits avec le continent.

Les extensions planifiées successives à partir de la première ville nouvelle, et la grande qualité de l'architecture  impose un modèle à suivre pour l'Écosse et au-delà et exerce une influence majeure sur le développement de l'architecture urbaine et l'urbanisme à travers l'Europe.

La topographie spectaculaire de la vieille ville associée aux alignements planifiés des principaux édifices de la vieille ville aussi bien que de la ville nouvelle, produit un panorama saisissant et un paysage urbain  remarquable.

La vieille ville connut un renouveau à la fin du XIXe siècle, marqué par l'adaptation du style baronnial des bâtiments à un environnement urbain influencé par des politiques de conservation de l'environnement urbain. 

Édimbourg conserve la plupart de ses grands édifices et espaces en meilleur état que la plupart des villes historiques de valeur comparable. 

Critère (ii) : Les extensions planifiées successives de la ville nouvelle et la grande qualité de son architecture définirent un modèle pour l'Écosse et au-delà et exercèrent une influence majeure sur le développement de l'architecture et de l'urbanisme à travers l'Europe aux XVIIIe et XIXe siècles.

Critère (iv) : La vieille ville et la ville nouvelle donnent une image spectaculaire des changements intervenus en Europe en matière d'urbanisme, depuis la vieille ville médiévale des palais royaux et des abbayes, enfermée dans ses murs de défenses, avec un développement organique de la distribution des parcelles, en passant par l'expansion de la ville nouvelle à l'époque des Lumières, aux XVIIIe et XIXe siècles, jusqu'à la redécouverte et le renouveau au XIXe siècle de la vieille ville avec l'adaptation d'une d'architecture de style baronnial distinct à un environnement urbain.

3. Recommande que l'évaluation des déclarations d'authenticité et d'intégrité, de protection et de gestion soit repoussée à la 33e session du Comité du patrimoine mondial (2009) dans l'attente de l'adoption d'une méthodologie et d'un format convenu pour les Déclarations de valeur universelle exceptionnelle pour les biens inscrits.