1.         Vieille ville de Salamanque (Espagne) (C 381rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1988

Critères  (i)(ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/381/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/381/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mars 2002: mission de l'ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Pression du développement urbain;

b) Absence de plan de gestion globale.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/381/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Conformément aux demandes du Comité du patrimoine mondial (30 COM 7B.92; 31 COM 7B.119), l'Etat partie a organisé un séminaire de formation et d'information sur la gestion des villes espagnoles du patrimoine mondial. Celui-ci s'est déroulé les 27 et 28 septembre 2007 à Aranjuez, en Espagne. Les conclusions de ce séminaire peuvent être consultées à l'adresse: http://www.aranjuezcultural.es/actividades/. Le séminaire ne s'étant pas déroulé à Salamanque, le groupe d'experts n'a pu se concentrer sur les interventions urbanistiques propres au bien. Le cas de Salamanque a cependant était présenté et débattu lors du séminaire.

Suite à cette réunion, le Centre du patrimoine mondial a reçu le 24 octobre 2007 une documentation sur le projet remanié du "Huerto de las Adoratrices". En accord avec le promoteur, la Caja de Duero, le projet a été redessiné par une nouvelle équipe d'architectes composée de Alvaro Siza Vieira (Portugal) et Juan Miguel Hernandez Leon (Espagne). La surface, la hauteur et les volumes du bâtiment ont été réduits. Les autorités ont en outre indiqué que le permis de construire était en attente et devrait être accordé dès que possible.

L'ICOMOS a remarqué que, dans les documents remis, le projet n'est ni détaillé ni clairement expliqué et qu'ainsi il n'est pas possible de comprendre si certaines des recommandations passées et présentes de l'ICOMOS ont été suivies. L'ICOMOS a par ailleurs remarqué que s'il est vrai que le projet remanié représente une amélioration en terme d'impact visuel sur l'environnement historique, des contradictions et des ambiguïtés quant aux plans proposés demeurent si on les compare avec les recommandations de la mission de 2002. Le nouveau projet, à la différence du premier remanié par la mission de 2002, prévoit une réduction de la hauteur des bâtiments afin tenir compte de la vision prédominante offerte par les bâtiments historiques environnants. Le projet de bâtiment proposé reprend la structure traditionnelle du patio bordant les cotés de la parcelle de terrain à construire et laissant place à un jardin ouvert au centre. Le bâtiment de l'auditorium sera situé dans une partie de ce patio. Les toits seront en retrait par rapport à la rue, et le matériau choisi est le grès traditionnel de Salamanque. L'équipe conceptrice du projet assure que la structure du bâtiment n'aurait aucun impact négatif sur le niveau de la nappe phréatique.

Malgré les recommandations de la mission de 2002, il est encore prévu d'intégrer les murs existants du "Huerto" à la façade du bâtiment donnant sur la rue. Comme dans le premier projet, il est prévu qu'un grand nombre de bâtiments actuels, à savoir le bâtiment des "Adoratrices" et les bâtiments communiquant aux parcelles voisines, soient détruits pour (1) laisser la place au nouveau bâtiment et (2) rénover une rue piétonnière voisine, ce qui devra permettre un accès par tous les cotés au futur auditorium et à l'abside de l'église Santa Maria de los Caballeros.

Le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS considèrent qu’une plus grande attention devrait être portée afin que les modifications envisagées respectent les aspects fonctionnels et esthétiques, et, contribuent à la définition de l'identité et de l'unité de la zone, étant donné que la zone adjacente du projet des "Adoratrices" est une limite très découpée et donc fragile. Par ailleurs, il est à remarquer que les recommandations extraites du rapport de mission de 2002 et les décisions du Comité du patrimoine mondial, prises à ses 30e (Vilnius, 2006) et 31e (Christchurch, 2007) sessions, n'ont pas été entièrement mises en œuvre et appliquées.

Il est donc recommandé que le projet des "Adoratrices" soit provisoirement suspendu afin qu'une mission commune Centre du patrimoine mondial/ICOMOS évalue l'état de conservation du bien. Le but de cette mission devrait être de trouver, en collaboration avec les autorités municipales, quels types de changements dans la conception et la planification de la gestion permettraient à l'Etat partie de satisfaire aux demandes et de répondre aux attentes du Comité du patrimoine mondial.

Outre le projet du "Huerto de las Adoratrices", des ONG locales ont attiré l'attention du Centre du patrimoine mondial sur plusieurs projets de réhabilitation et de construction en cours dans les zones centrale et tampon.

Par ailleurs, l'ICOMOS considère que la nouvelle Loi Urbaine ne saurait faire office de plan de gestion intégré impliquant toutes les parties prenantes et se concentrant sur la conservation de la valeur universelle exceptionnelle, tel que demandé par le Comité du patrimoine mondial à ses 30e et 31 sessions.

Un tel plan de gestion garantirait que ces projets et les révisions du Plan de développement urbain (PGOU) déjà approuvé soient en accord avec les objectifs de conservation à long terme convenus et acceptés dans le cadre du « Convenio » signé en 2007 entre le gouvernement régional de Castilla y Leon et la ville de Salamanque.

L'Etat partie a en outre remis une carte de la ville de Salamanque destinée à clarifier les limites des zones centrale et tampon. Ce document a cependant été retourné à l'Etat partie pour que de plus amples précisions soient données. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.109

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant les décisions 30 COM 7B.92 et 31 COM 7B.119, adoptées respectivement à ses 30e (Vilnius, 2006) et 31e sessions (Christchurch, 2007),

3. Prend acte des conclusions du séminaire sur la gestion des villes espagnoles du patrimoine mondial (27 et 28 septembre 2007, Aranjuez, Espagne) ;

4. Exprime son inquiétude quant à l'absence de progrès réalisés dans l'élaboration du plan de gestion intégré du bien ;

5. Prenant également note demande des changements intervenus dans le projet « Huerto de las Adoratrices », à l'État partie de :

a) Suspendre provisoirement le projet jusqu'à la publication des résultats d'une mission d'experts,

b) Développer, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle, incluant les conditions d'intégrité et d'authenticité, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

c) Inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS afin d'évaluer, en concertation avec les autorités locales, l'état de conservation global du bien, le projet du "Huerto de las Adoratrices" et les besoins en terme de gestion et de clarification des limites du bien,

6. Rappelant demande également le paragraphe 172 des Orientations, à l'État partie d'informer le Centre du patrimoine mondial de tout projet important de restauration, construction ou modification importante du plan de développement urbain (PGOU) et des documents de conservation qui seraient susceptibles d'affecter la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

7. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport d'avancement sur la mise en oeuvre du Convenio entre le gouvernement régional de Castilla y León et la ville de Salamanque et sur la préparation du plan de gestion intégré, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009.