1.         Centre historique de Saint-Pétersbourg et ensembles monumentaux annexes (Fédération de Russie) (C 540bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1990

Critères  (i)(ii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/540/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2002-2002)
Montant total approuvé : 5 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/540/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 18 000 dollars EU du fonds-en-dépôt néerlandais 

Missions de suivi antérieures

Février 2006 : mission commune Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; 28 janvier-3 février 2007, : Conférence internationale des pays d’Europe orientale et centrale sur l’application des réussites scientifiques et technologiques à la gestion et à la préservation des villes historiques inscrites sur la Liste du patrimoine mondial, Saint-Pétersbourg. 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Qualité des nouveaux projets architecturaux dans la zone inscrite ;

b) Confusion sur la définition et l’étendue de la zone inscrite et de la zone tampon.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/540/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Bien que le Comité du patrimoine mondial ait demandé à l’État partie de présenter à sa 31e session (Christchurch, 2007) un rapport sur l’état de conservation du bien, l’État partie n’a soumis qu’un ensemble de cartes mais aucune information sur les constructions de grande hauteur, ni sur le projet Gazprom, le dit « Centre Ohkta ».

Lors d’une visite officielle à Moscou en septembre 2007, le Directeur général adjoint de l’UNESCO a rappelé la décision du Comité du patrimoine mondial sur les constructions de grande hauteur dans le périmètre du centre historique de Saint-Pétersbourg, ou susceptibles d’avoir un impact visuel sur lui.

Au cours d’une mission à Moscou du 6 au 10 décembre 2007, le Directeur du Centre du patrimoine mondial de l’UNESCO a rencontré des représentants de Gazprom et de sa filiale, le Centre social et d’affaires Okhta, ainsi que des membres du cabinet d’architectes britanniques RMJM qui a remporté le concours pour la construction de la tour du « Centre Ohkta ». Des représentants de la Commission nationale de Fédération de Russie pour l’UNESCO étaient également présents lors de ces rencontres au cours desquelles le Directeur a indiqué qu’il fallait trouver pour cette tour des solutions alternatives respectant la valeur et l’esprit de cette ville historique. Il a donc suggéré que Gazprom et la municipalité de Saint-Pétersbourg œuvrent dans ce sens.

Des représentants des autorités fédérales russes ont informé l'UNESCO que le projet de construction d'une tour dans le Centre historique de Saint-Pétersbourg n'était à ce stade qu'un « concept architectural ». Ils ont également précisé qu'ils n'avaient pas encore reçu de documents techniques émanant de la ville de Saint-Pétersbourg.

Le Centre du patrimoine mondial a proposé son aide aux autorités russes pour trouver une solution susceptible de préserver la valeur universelle exceptionnelle qui avait justifié l’inscription du Centre historique de Saint-Pétersbourg sur la Liste du patrimoine mondial.

Le Centre du patrimoine mondial a été informé de la situation à Saint-Pétersbourg par des ONG locales et internationales et des représentants de la société civile et des médias – et notamment de la réglementation en vigueur qui limite la hauteur des constructions à 48 m et qui pourrait être révisée pour aller jusqu’à 100 m. Qui plus est, des informations reçues indiquent que des travaux préparatoires ont déjà démarré sur le site proposé pour la construction de la tour de grande hauteur de Gazprom.

Le Centre du patrimoine mondial a demandé des détails officiels sur la situation actuelle et regrette de n’avoir reçu aucun rapport de l’État partie comme le demandait la décision du Comité du patrimoine mondial.

Le 5 février 2008, l’État partie a transmis la nouvelle version du rapport intitulé « Propositions de Saint-Pétersbourg sur l’identification de la zone du patrimoine mondial : Centre historique de Saint-Pétersbourg et ensembles monumentaux annexes » rédigé dans le cadre du projet d’inventaire rétrospectif et fondé sur le séminaire « Centre historique de Saint-Pétersbourg et ensembles monumentaux annexes », tenu par les autorités en décembre 2007. La délimitation de certains des éléments du bien n’a toutefois pas été jugée satisfaisante, notamment pour le Centre historique de Saint-Pétersbourg, et il manque toujours des cartes des éléments du bien situés dans la région de Leningrad.

Dans ses précédents commentaires répétés sur la clarification et la modification des limites de ce bien du patrimoine mondial, le Centre du patrimoine mondial a déjà expliqué en détail les informations que l’État partie devait lui communiquer. Compte tenu du fait que l’État partie a de nouveau constaté diverses erreurs, différences et lacunes dans le dossier initial de proposition d’inscription au patrimoine mondial – en raison du système juridique qui était différent à l’époque – le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS jugent urgent de créer un groupe spécial d’experts, dont l’objectif serait d’aider les autorités et les experts nationaux à finaliser le document sur la clarification des limites fondé sur l’évaluation de ce bien en série constitué de plus de 36 sous-ensembles comportant 136 éléments. Le gestionnaire de site a déjà souligné la nécessité d’une assistance technique à cet égard. Cet exercice devra être mené parallèlement à la préparation du projet de déclaration de valeur universelle exceptionnelle.

Le Centre du patrimoine mondial souhaite souligner l’importance de l’engagement plus actif des autorités fédérales dans le processus de sauvegarde de ce bien exceptionnel du patrimoine mondial.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.105

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31COM 7B.102, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Regrette que l'État partie n'ait pas fourni le rapport détaillé sur l'état de conservation du bien, incluant le projet d'aménagement de grande hauteur à Saint-Pétersbourg demandé par le Comité du patrimoine mondial, et regrette également que les cartes adressées par l'État partie en date des 18 janvier 2007, 5 mars 2007 et 5 février 2008 ne soient pas conformes à la demande du Comité du patrimoine du fait qu'elles ne présentent pas le détail des limites et des zones tampons de tous les sous-ensembles du bien, ainsi que la région de Leningrad ;

4. Se déclare gravement préoccupé au sujet du projet de la tour Gazprom du « Centre Ohkta » qui pourrait affecter la valeur universelle exceptionnelle de ce bien, et rappelle qu'il a envisagé à sa 31e session (Christchurch, 2007) la possibilité d'inscrire le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril ;

5. Prie instamment l'État partie d'informer le Centre du patrimoine mondial de la position officielle vis-à-vis du projet de la tour du « Centre Ohkta » proposé à Saint-Pétersbourg;

6. Invite l'État partie à créer, en coordination avec le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS, un groupe d'experts internationaux sur l'Inventaire rétrospectif de Saint-Pétersbourg et à assurer le soutien financier nécessaire à cette activité, et prie aussi instamment l'État partie de finaliser la délimitation du périmètre du bien et de sa zone tampon, en incluant tous les éléments dans la région, et de présenter un rapport d'ici au 1er février 2009 ;

7. Demande à l'Etat partie, en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS de développer un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle incluant les conditions d'intégrité et d'authenticité, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

8. Demande également à l'État partie :

a) D'inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS à se rendre sur le site pour évaluer l'impact potentiel de la tour Ohkta proposée sur la valeur universelle exceptionnelle, l'intégrité et l'authenticité du bien ;

b) De ne prendre aucune mesure pour quelque projet que ce soit jusqu'à ce que les conclusions de la mission soient disponibles ;

9. Demande que le Président et le Directeur du Centre du patrimoine mondial organisent une réunion de haut niveau avec l'État partie pour souligner l'importance de la coopération avec le Comité pour déterminer l'impact potentiel du projet du centre Ohkta proposé sur la valeur universelle exceptionnelle, l'intégrité et l'authenticité du bien ;

10. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport sur l'état de conservation du bien, donnant des détails sur le projet Gazprom de la tour du « Centre Ohkta » qui pourrait avoir un impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009, afin d'envisager, en l'absence de progrès substantiel, l'inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.