1.         Kizhi Pogost (Fédération de Russie) (C 544)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1990

Critères  (i)(iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/544/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1992-2001)
Montant total approuvé : 38 540 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/544/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1992, 1993, 1994: missions de l'ICOMOS ; Août 2002: mission conjointe UNESCO / ICOMOS / ICCROM et atelier sur site ; Avril 2007: mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Intégrité de la structure de l'Eglise de la Transfiguration;

b) Absence de plan de gestion intégré capable d'aborder tous les éléments de la gestion globale du bien du Patrimoine mondial;

c) Pression liée au développement touristique.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/544/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Comme demandé par le Comité du patrimoine mondial, l'Etat partie a remis le 5 février 2008 au Centre du patrimoine mondial un rapport sur l'état de conservation qui ne répond que partiellement aux demandes faites par le Comité du patrimoine mondial.

L'Etat partie a signalé que d'importants progrès ont été accomplis dans la mise en oeuvre des décisions du Comité du patrimoine mondial, en particulier dans la mise en œuvre de travaux techniques préparatoires à la restauration de l'Eglise de la Transfiguration et dans le renforcement des mesures de prévention des risques. Les premiers travaux de restauration pilote ont été entamés par la Direction du musée réserve de Khizi, conformément à la demande du Comité du patrimoine mondial.

Cependant, dans la note explicative annexée au rapport de l'Etat partie, le Directeur du musée réserve de Khizi a souligné que, à ce stade, les travaux complets de restauration ne peuvent débuter sans que soient très clairement désignés l'autorité exécutive et l'administration déléguée du projet, bien que le Comité du patrimoine mondial ait demandé lors de sa 31e session (Christchurch, 2007) que l'Etat partie entame immédiatement les travaux de réparation et de restauration de l'Eglise de la Transfiguration.

Le Centre du patrimoine mondial a pris note que le rapport a été préparé par la Direction du musée réserve de Khizi. En tant que gestionnaire de site, le Directeur a fourni des informations complètes et très détaillées sur les activités de ce bien du Patrimoine mondial, y compris sur les problèmes environnementaux et liés au paysage.

Les informations demandées par le Comité du patrimoine mondial et faisant défaut dans le rapport de l'Etat partie (par exemple: un projet de plan de gestion intégré de Kizhi Pogost, des cartes détaillant les limites du bien du patrimoine mondial et de sa zone tampon) devraient être fournies par les autorités fédérales. Il semble que celles-ci ne soient pas encore activement impliquées dans les travaux de restauration ou dans la préparation et la mise en œuvre d'un plan de gestion global du bien du patrimoine mondial. Ce plan devrait inclure le développement touristique, une vision globale du bien ainsi que des limites clairement établies et une définition de sa zone tampon (y compris leurs éventuelles révisions).

Le Centre du patrimoine mondial et ICOMOS soulignent l'importance de la participation de toutes les parties concernées à tous les niveaux par le processus de sauvegarde, de protection et de gestion du bien du Patrimoine mondial, et l'importance de la préparation des rapports sur l'état de conservation demandés par le Comité du patrimoine mondial. Considérant l'importance et la difficulté des travaux de restauration de l'Eglise de la Transfiguration ainsi que les spécificités du développement touristique fluvial, l'Etat partie pourrait être invité à créer un Comité ou un Groupe national spécial composé de deux commissions, l'une en charge des travaux de restauration, l'autre de la gestion et des problèmes liés au développement touristique.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.104

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.88, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Prie instamment l'État partie d'entamer immédiatement les travaux de réparation et de restauration de l'Église de la Transfiguration ;

4. Note les efforts continus faits par la Direction du Musée-Réserve de Kizhi dans la gestion du bien qui représente une petite partie du territoire de la Réserve, et engage les gestionnaires du site à poursuivre leurs efforts pour établir un plan de gestion intégré du bien ;

5. Prie aussi instamment l'État partie de confirmer de toute urgence la mise en oeuvre des dispositions administratives nécessaires concernant la délégation d'autorité pour les travaux de restauration et le montant des fonds disponibles pour les travaux de restauration pour toute la durée du projet ;

6. Invite l'État partie à mettre en place un Groupe spécial national chargé de la coordination effective, en étroite collaboration avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, la mise en oeuvre des décisions du Comité du patrimoine mondial et les recommandations spécifiques des missions de suivi réactif concernant ce bien ;

7. Demande à l'État partie, en collaboration avec le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS, de préparer un projet de déclaration universelle exceptionnelle, incluant les conditions d'intégrité et d'authenticité, pour le soumettre à l'examen du Comité du patrimoine mondial lors de sa 33e session en 2009 ;

8. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport d'avancement sur tous les dossiers susmentionnés, y compris les documents suivants :

a) Un rapport d'avancement détaillé des travaux de restauration ;

b) Trois exemplaires sur papier et en ligne du projet de plan de gestion intégrée de Kizhi Pogost, comprenant une stratégie en matière de tourisme, des mesures de prévention des risques et des cartes indiquant les limites du bien du patrimoine mondial et de sa zone tampon ;

c) Des documents révisés et approuvés concernant les zones protégées du Musée-Réserve de Kizhi Pogost, y compris les limites du bien et de sa zone tampon ;

pour examen par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 33e session en 2009, afin d'envisager, en l'absence de progrès substantiels, l'inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.