1.         Budapest, avec les rives du Danube, le quartier du château de Buda et l’avenue Andrássy (Hongrie) (C 400bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1987

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/400/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/400/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

20 au 22 mars 2005 : mission de conseil Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; 4 au 7 novembre 2007 : mission de conseil ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Usage inapproprié des espaces publics et des infrastructures des rues;

b) Manque de conservation des habitations résidentielles dans la zone inscrite au patrimoine mondial;

c) Circulation automobile grandissante.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/400/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Il s’agit de la démolition de bâtiments anciens et de la reconstruction, à leur place, d’immeubles neufs, dans une partie de la zone tampon, en particulier dans l’ancien « quartier juif », dans les 6e et 7e arrondissements :

a) Entre 2004 et aujourd’hui, on note la démolition de plusieurs immeubles majeurs ou importants de ce quartier. Ces immeubles ont une grande qualité architecturale et urbaine. Ils datent de la seconde moitié du XIXe et du début du XXe siècle ;

b) Dans le cadre d’opérations immobilières, ces immeubles anciens sont remplacés par des bâtiments plus hauts, d’habitat plus dense et de qualité architecturale médiocre. Ils altèrent l’intégrité urbaine et l’authenticité du quartier ;

c) La réglementation en matière d’urbanisme actuellement en vigueur dans la zone tampon apparaît comme inadaptée.

Un coup sensible a été porté à la valeur urbaine de la zone tampon et à l’expression de la valeur universelle exceptionnelle du bien.

Les problèmes de démolition – reconstruction des immeubles anciens du quartier juif apparaissent plus comme un problème économique de rentabilité immobilière que comme une question patrimoniale. Les immeubles démolis sont généralement d’une grande qualité architecturale et ils conservent un potentiel urbain contemporain évident, pouvant conduire à des réhabilitations ou à des restaurations convenables pour l’expression de la valeur du bien.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.94

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant les décisions 26 COM 23.10/11/12 et 27 COM 8C.2, adoptées respectivement à ses 26e (Budapest, 2002) et 27e (UNESCO, 2003) sessions,

3. Se déclare très préoccupé par les démolitions d'immeubles anciens de grande qualité architecturale et urbaine en cours dans la zone tampon du bien inscrit et particulièrement dans « quartier juif » ;

4. Se déclare également très préoccupé par la reconstruction, à leur place, d'immeubles contemporains de qualité discutable qui dénaturent profondément la valeur architecturale et urbaine de ce quartier ;

5. Demande à l'État partie d'agir, dans les plus brefs délais, pour :

a) Réexaminer au cas par cas les permis de démolir déjà accordés, dans une perspective d'équité avec les bénéficiaires des permis déjà accordés, mais dans un souci prioritaire de conservation du patrimoine bâti existant ;

b) Envisager de mettre en place un plan d'urbanisme de la zone tampon, pleinement respectueux des principales valeurs architecturales et urbaines de chaque quartier, et dont l'application dépassera les attributions actuelles propres à chaque arrondissement ;

c) Rechercher les moyens d'accompagnement (par exemple incitations fiscales, subventions) et de manière dynamique, l'investissement immobilier privé vers des opérations de réhabilitations-restaurations plutôt que vers des démolitions- reconstructions ;

6. Demande également à l'État partie d'entreprendre un travail archéologique afin d'identifier les traces physiques de l'ancien ghetto et de fournir, au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport détaillé sur la situation urbaine du « quartier juif » et sur les mesures de conservation en vigueur.

Décision adoptée: 32 COM 8D

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le Document WHC-08/32.COM/8D,

2. Rappelant les décisions 30 COM 11A.2 et 31 COM 11A.2, adoptées respectivement lors de ses 30e (Vilnius, 2006) et 31e (Christchurch, 2007) sessions,

3. Rappelle que, comme il a été décidé lors de sa 31e session (Christchurch, 2007) par la décision 31 COM 11A.2, le Centre du patrimoine mondial ainsi que les organisations consultatives ne seront pas en mesure d'examiner des propositions de modifications mineures ou importantes des limites pour les biens du patrimoine mondial dont les limites à l'époque de l'inscription ne sont pas claires ;

4. Félicite les Etats parties dans la région de l'Europe ainsi que les Etats parties de l'Egypte, du Maroc et de la Tunisie pour l'excellent travail accompli dans la clarification de la délimitation de leurs biens du patrimoine mondial et les remercie pour leurs efforts visant à améliorer la crédibilité de la Liste du patrimoine mondial ;

5. Prend note des clarifications des limites et des superficies de biens fournies par les Etats parties suivants dans les régions européenne et arabe en réponse à l'Inventaire rétrospectif, telles que présentées dans l'annexe du document WHC-08/32.COM/8D :

6. Demande aux Etats parties européens et arabes n'ayant pas encore répondu aux questions soulevées en 2005, 2006 et 2007 dans le cadre de l'Inventaire rétrospectif de bien vouloir fournir toutes les clarifications ainsi que la documentation demandées le plus rapidement possible et avant le 1er décembre 2008 au plus tard.