1.         Centre historique (vieille ville) de Tallin (Estonie) (C 822bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1997

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/822/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/822/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien: 4 279 dollars EU du fonds en dépôt italien pour une mission d'experts en décembre 2005 

Missions de suivi antérieures

Décembre 2005: à la demande des autorités estoniennes, mission d'experts de l'UNESCO à Tallin

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Absence de plan de gestion intégrée ;

b) extension de l'hôtel Viru;

c) aménagement du bastion de Skoone ;

d) construction de nouveaux bâtiments mitoyens de la muraille de la ville comprise entre les rues Suurtüki et Rannamäe ;

e) impact du transport de produits dangereux vers la Vieille ville ;

f) cadre légal pour la construction de bâtiments de grande hauteur.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/822/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Le 25 janvier 2008, l'Etat partie a remis un rapport qui répond aux demandes exprimées par le Comité du patrimoine mondial à sa 31e session (Christchurch, 2007).

a) Plan de gestion globale

En 2006 et en 2007, le Comité du patrimoine mondial avait demandé que soit préparé un plan de gestion globale pour le bien et sa zone tampon. Le rapport de l'Etat partie fait toutefois remarquer que le Conseil municipal de Tallin est en train de préparer un "Plan quinquennal (2008-2013) d'aménagement de la Vieille ville de Tallin". L'Etat partie présente de "Plan d'aménagement" sans préciser en quoi il se rapproche du plan de gestion globale demandé. Le but du "Plan d'aménagement" est décrit comme étant de "trouver des processus de financement adaptés et des solutions en terme d'espace et de fonctions" qui soient en accord avec le tissu historique de la Vieille ville de Tallin. Le "Plan d'aménagement" est censé décrire "une vision de la sauvegarde et du développement durable de la Vieille ville de Tallin en tant qu'espace urbain authentique et holistique, des objectifs stratégiques et le plan d'actions nécessaire afin d'atteindre ces objectifs". Parmi les différents sujets évoqués dans le "Plan d'aménagement" sont détaillés "les espaces publics, la sécurité, le patrimoine, la culture, l'industrie culturelle, le tourisme, l'habitat, la vie dans la Vieille ville, la circulation et le stationnement". Il est en outre précisé que le Plan devrait être prêt afin d'être soumis au vote le 30 mars 2008.

Le "Plan d'aménagement" de Tallin semble partager quelques unes (mais pas toutes) des caractéristiques d'un plan de gestion. Le "Plan d'aménagement" de Tallin semble être plutôt une sorte de schéma directeur d'aménagement stratégique, concentré sur les améliorations physiques et fonctionnelles, qu'un plan de gestion globale du patrimoine contemporain, bien qu'il soit pour l'heure difficile de juger la nature et l'utilité d'un tel plan avant qu'il n'ait été soumis à examen.

Le rapport se réfère à deux plans thématiques, l’un sur « l’emplacement des bâtiments de grande hauteur à Tallin », l’autre sur « le règlement des zones protégées de la ville centrale de Tallin, limite, protection et conditions d’utilisation ». Une copie du dernier devrait être soumise pour examen en relation avec le plan d’aménagement, le plan thématique précédent sur les bâtiments de grande hauteur et la proposition de modification mineure des limites.

L'Etat partie a présenté une demande de modification mineure des limites des zones centrale et tampon du bien qui sera examinée par le Comité du patrimoine mondial au point 8 de l'ordre du jour (Document WHC-08/32.COM/8B.Add). Tout plan de gestion globale à venir devra couvrir les zones dont l'Etat partie estime aujourd'hui devoir demander la protection.

b) Nouveaux bâtiments mitoyens de la partie de la muraille de la ville comprise entre les rues Suurtüki et Ranamäe

L'Etat partie signale que, suite aux décisions rendues par la Cour d'Etat estonienne, il n'existe plus aucune possibilité au niveau national d'empêcher la construction de 2 des 3 maisons prévues par la société Restor qui doivent être construites près de la muraille de la ville, et que le seul recours encore envisageable est auprès de la Cour Européenne. L'Etat partie signale en outre que le Conseil municipal de Tallin a accepté le compromis consistant à ne construire que 2 des 3 maisons du projet et que les éléments à plaider auprès de la Cour Européenne sont bien peu nombreux. Alors que l'Etat partie exprime sa gratitude auprès du Comité du patrimoine mondial pour son incitation, exprimée lors de sa 31e session, à étudier la jurisprudence du droit international en la matière, il ne fait état d'aucune action visant à contester la décision de la Cour d'Etat, ainsi que l'avait demandé le Comité du patrimoine mondial sur la base des obligations liées à la ratification de la Convention du patrimoine mondial qui abrogent les décisions prises au niveau local.

c) Arrêt des nouveaux projets de construction et modification des mécanismes de planification urbaine municipale afin que les projets susceptibles de menacer la valeur universelle exceptionnelle soient refusés.

L'Etat partie fait état des récents efforts accomplis afin d'améliorer la coordination entre les différents services municipaux et fédéraux concernés par le processus d'autorisations accordées aux projets de planification, et, d'envisager des progrès supplémentaires en ce domaine qui seront évoqués dans le cadre d'une table ronde réunie au premier semestre 2008. Ces améliorations ont pour but de surmonter les problèmes apparus lors des récentes autorisations accordées à l'extension d'un hôtel de 17 étages Place Viru (autorisation désormais retirée) et à d'autres projets à la fin des années 90 et au début des années 2000.

d) Etude thématique sur l'implantation des bâtiments de grande hauteur

En octobre 2007, l'ICOMOS a examiné cette étude et a fait remarquer que ni un plan thématique sur l'implantation des bâtiments de grande hauteur, ni un plan stratégique pour la Ville ne devraient être adoptés avant qu'un plan de gestion n'ait été approuvé, celui-ci déterminant le contexte dans lequel ces deux plans (thématique et stratégique) seront réalisés. Le plan de gestion établira une relation entre la valeur universelle exceptionnelle et les modèles spatiaux de la ville, et par ce biais, avec ce qui nécessite une protection.

L'étude thématique pour les bâtiments de grande hauteur ne peut être considérée comme une réponse aux problèmes posés par l'impact des hauts édifices sur le paysage du bien du patrimoine mondial car elle ne prend en compte que les bâtiments hauts de 45 mètres et plus alors que des bâtiments d'une taille inférieure sont eux aussi susceptibles d'avoir un impact considérable sur la valeur universelle exceptionnelle. Toute version révisée de l'étude thématique devrait tenir compte de contraintes additionnelles liées à la protection de l'intégrité visuelle du bien du patrimoine mondial. Le rapport de 2008 ne fait pas état de cette proposition visant à envisager le travail sous cet autre angle.

Le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS restent préoccupés par l'absence de progrès accomplis dans la préparation d'un plan de gestion globale pour le bien et sa zone tampon, plan à envisager comme un cadre nécessaire face au développement urbain et aux autres menaces. Cette absence de progrès est d'autant plus regrettable que le Comité a fait de nombreuses demandes en ce sens. Le "Plan d'aménagement", actuellement en cours de préparation, devrait être soumis à examen.

Bien que certains progrès aient été accomplis dans la coordination du processus d'autorisation des projets d'aménagement entre les différents niveaux, tant municipaux que fédéraux, ce processus doit être considéré comme un élément déterminant du Plan de gestion.

Le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS sont extrêmement préoccupés par la décision rendue par le Cour d'Etat qui ne respecte par les obligations liées à la Convention du patrimoine mondial et pensent que l'Etat partie devrait contester officiellement cette décision.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.87

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.95, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Prend note des efforts accomplis par l'État partie pour résoudre les problèmes évoqués par le Comité du patrimoine mondial à sa 31e session (Christchurch, 2007), y compris pour améliorer la coordination entre les différents services municipaux et fédéraux, dans le cadre du processus d'autorisations accordées aux projets de planification ;

4. Regrette qu'aucun progrès n'ait été accompli dans la préparation d'un plan de gestion globale pour le bien et sa zone tampon, comme demandé par le Comité du patrimoine mondial à ses 30e et 31e sessions ;

5. Note également qu'un plan d'aménagement du bien est en préparation et demande à l'État partie de remettre trois exemplaires de ce plan au Centre du patrimoine mondial, ainsi qu'un rapport d'avancement sur le plan de gestion globale et, demande également à l'État partie de garantir la conformité entre ces deux plans ;

6. Demande en outreà l'État partie de remettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport d'avancement sur les demandes ci-dessus exprimées et sur l'état du projet de "Cadre législatif pour les bâtiments de grande hauteur", pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009, afin d'envisager, en l'absence de progrès substantiel, l'inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 32 COM 8B.58

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les documents WHC-08/32.COM/8B.Add et WHC-08/32.COM/INF.8B1.Add,

2. Approuve la modification mineure des limites du bien et de la zone tampon du Centre Historique (vieille ville) de Tallin, Estonie;

3. Prie instamment l'Etat partie de développer un plan de gestion global pour la zone principale élargie et sa zone tampon, qui servira de cadre à d'autres plans stratégiques pour la ville;

4. Recommande d'examiner le développement dans l'environnement plus large à l'extérieur de la zone tampon en raison de son impact sur les valeurs du bien.

Décision adoptée: 32 COM 8D

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le Document WHC-08/32.COM/8D,

2. Rappelant les décisions 30 COM 11A.2 et 31 COM 11A.2, adoptées respectivement lors de ses 30e (Vilnius, 2006) et 31e (Christchurch, 2007) sessions,

3. Rappelle que, comme il a été décidé lors de sa 31e session (Christchurch, 2007) par la décision 31 COM 11A.2, le Centre du patrimoine mondial ainsi que les organisations consultatives ne seront pas en mesure d'examiner des propositions de modifications mineures ou importantes des limites pour les biens du patrimoine mondial dont les limites à l'époque de l'inscription ne sont pas claires ;

4. Félicite les Etats parties dans la région de l'Europe ainsi que les Etats parties de l'Egypte, du Maroc et de la Tunisie pour l'excellent travail accompli dans la clarification de la délimitation de leurs biens du patrimoine mondial et les remercie pour leurs efforts visant à améliorer la crédibilité de la Liste du patrimoine mondial ;

5. Prend note des clarifications des limites et des superficies de biens fournies par les Etats parties suivants dans les régions européenne et arabe en réponse à l'Inventaire rétrospectif, telles que présentées dans l'annexe du document WHC-08/32.COM/8D :

6. Demande aux Etats parties européens et arabes n'ayant pas encore répondu aux questions soulevées en 2005, 2006 et 2007 dans le cadre de l'Inventaire rétrospectif de bien vouloir fournir toutes les clarifications ainsi que la documentation demandées le plus rapidement possible et avant le 1er décembre 2008 au plus tard.