1.         Centre historique de Macao (Chine) (C 1110)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2005

Critères  (ii)(iii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1110/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1110/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1110/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Le 26 août 2007, le Centre du patrimoine mondial a été informé par diverses sources – y compris par un groupe d’habitants de la Région administrative spéciale de Macao (RAS de Macao), Chine, que certains projets d’aménagement dans le Centre historique de Macao, concernant des bâtiments de grande hauteur, affectaient l’intégrité visuelle du bien, notamment le cadre du phare de Guia, qui fonctionne depuis 1865 au sommet de la colline de Guia Hill, à quelque 90 m au-dessus du niveau de la mer. Un rapport de situation détaillé, établi par un groupe de professionnels de Macao, a également été reçu par le Centre du patrimoine mondial et transmis à l’ICOMOS pour revue et commentaires. Selon ce rapport, les nouvelles constructions (qui atteindraient une hauteur de 135 m), bloqueraient la vue du phare depuis la mer, remettant ainsi en cause son rôle même et son caractère de point de repère de la ville.

Compte tenu de ce qui précède, le Directeur du Centre du patrimoine mondial, par lettre datée du 19 septembre 2007, a demandé à l’État partie « d’étudier ce motif de préoccupation et de prendre des mesures d’urgence pour examiner ce problème pressant afin de protéger le bien et de mettre, si nécessaire, un terme à tout dommage irréversible qu’il pourrait subir ». Le Centre du patrimoine mondial a aussi demandé à l’État partie de lui adresser toute information pertinente sur l’état de conservation de ce bien et les pressions causées par le développement.

Le 11 mars 2008, le Centre du patrimoine mondial a reçu une lettre du Secrétaire général adjoint de la Commission nationale chinoise pour l’UNESCO, accompagnée d’un rapport établi par le Directeur du Bureau des Affaires culturelles du gouvernement de la RAS de Macao.

Le rapport réaffirmait la détermination du gouvernement de la RAS de Macao de protéger les valeurs du bien et de remplir ses obligations selon la Convention du patrimoine mondial. Il confirmait que les projets d’aménagement – objets de l’enquête –, concernent deux secteurs précis à l’extérieur de la zone tampon et respectent la législation en vigueur lors de l’inscription du bien.

Toutefois, compte tenu des inquiétudes exprimées par des membres de sa communauté ainsi que par l’UNESCO, l’État partie a décidé de revoir la législation en vigueur dans les zones entourant le bien, afin de limiter d’éventuels impacts négatifs des projets d’aménagement. Cette nouvelle réglementation concerne en particulier les secteurs à l’extérieur de la zone tampon 2 entourant le phare de Guia et la Forteresse do Monte, autre site situé dans la zone tampon 1, où l’on a abaissé la hauteur maximum du bâti. De ce fait, les constructions de grande hauteur qui ont suscité des craintes aux abords du phare de Guia seront réduites. Une carte était jointe au rapport de l’État partie et présentait les nouveaux projets de réglementation sur l’occupation des sols.

L’État partie a également signalé que ces nouvelles restrictions à l’ampleur des projets de construction en cours constituent un « effort extrême » de conservation dans le contexte socioéconomique du territoire de Macao qui ne couvre que 8,7 km² pour une population de plus d’un demi-million d’habitants et des taux de développement record.

Le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS apprécient la réaction rapide du gouvernement de la RAS de Macao devant les craintes exprimées par la communauté, ainsi que les mesures qu’il a prises pour limiter de possibles impacts négatifs des projets de développement sur l’intégrité visuelle du bien du patrimoine mondial. Cependant, compte tenu également de la topographie complexe du site, ils jugent qu’une mission de suivi réactif sur place est nécessaire pour déterminer le bien-fondé de cette nouvelle réglementation par rapport à de futurs possibles projets de développement.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.68

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Constatant avec préoccupation que des projets de développement en cours d'exécution ou prévus dans des secteurs entourant les zones tampons du bien, pourraient avoir un impact négatif sur son intégrité visuelle,

3. Approuve les mesures prises par l'État partie chinois pour réduire d'éventuels impacts négatifs des projets de développement sur l'intégrité visuelle du bien du patrimoine mondial, en réduisant la hauteur limite du bâti dans les zones sensibles aux abords de la colline de Guia et de la Forteresse de Monte ;

4. Demande à l'État partie, en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS, de développer un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle, incluant les conditions d'intégrité et d'authenticité, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

5. Demande également, cependant, à l'État partie d'inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS à se rendre sur place pour déterminer si les mesures susmentionnées permettent d'assurer la protection à long terme de la valeur universelle exceptionnelle du bien et émettre un avis sur la définition du cadre du bien et sur toute révision possible des limites de la zone tampon qui pourrait s'avérer nécessaire ;

6. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport actualisé sur l'avancement de la mise en oeuvre des mesures susmentionnées, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009.