1.         Vallée du M'Zab (Algérie) (C 188)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1982

Critères  (ii)(iii)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/188/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2001-2002)
Montant total approuvé : 60 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/188/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien: 25 000 dollars EU dans le cadre de la Convention France-UNESCO en 2003-2004

Missions de suivi antérieures

Septembre 2001 : mission du Centre du patrimoine mondial ; Décembre 2003 : mission de Centre du patrimoine mondial et expertise dans le cadre de la Convention France-UNESCO.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Développement lié aux changements socio-économiques et à la croissance démographique, entraînant une importante pression urbaine ;

b) Dégradation de l’environnement, croissance urbaine incontrôlée dans les palmeraies et le lit de l’oued, impact visuel de nouvelles constructions sur les collines ;

c) Absence d’un plan de sauvegarde ;

d) Perte du savoir-faire et des matériaux traditionnels pour laréhabilitation de l’architecture vernaculaire ;

e) Perte du système traditionnel de gestion et de distribution de l’eau ;

f) Risques d’inondations et de pollution de la nappe phréatique.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/188/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Le 31 janvier 2008, l’Etat partie a soumis au Centre du patrimoine mondial un rapport sur l’état de conservation et la gestion du bien.

Un vaste chantier de restauration et de mise en valeur du patrimoine culturel de la Vallée du M’Zab a été mis en place, qui a concerné aussi bien la restauration du système hydraulique ancien, la restauration des monuments historiques, la restauration et la réhabilitation des habitations traditionnelles. Cette action a été couronnée de succès, malgré le manque d’une main d’œuvre qualifiée.

Une politique de réhabilitation de l’architecture vernaculaire a été menée et de nouveaux Ksours ont été construits s’inspirant des techniques anciennes.

Ce rapport est accompagné d’un projet de requête d’assistance internationale telle qu’encouragée par le Comité du patrimoine mondial à sa 30e session (Vilnius, 2006). Ce projet de requête demande une assistance technique d’environ 75 000 dollars EU jusqu’en 2010, pour le renforcement des capacités dans l’élaboration du plan de sauvegarde et de gestion de la Vallée.

Un colloque international a été organisé par l’Etat partie en décembre 2007, à l’occasion du 25e anniversaire de l’inscription du bien, auquel le Centre du patrimoine mondial a été convié.

Les problèmes de conservation évoqués par l’Etat partie sont les suivants :

a) l’altération de la palmeraie face à une urbanisation accélérée, ainsi que la saturation et la remontée des eaux de la nappe phréatique qui entrainent l’asphyxie des palmiers ;

b) Le manque de moyens humains et matériels pour faire face à la préservation intégrée de la Vallée du M’Zab, en raison de l’importance de son étendue ;

c) La surpopulation de la vallée (150 000 habitants) entraîne la saturation de la circulation mécanique et compromet l’équilibre écologique ;

d) La présence d’anciennes zones d’activités datant des années 1970 qui n’ont pas été délocalisées à l’extérieur du secteur sauvegardé.

La réalisation du plan permanent de sauvegarde se trouve au stade du lancement de l’appel d’offres, avec délai de soumission le 9 février 2008. Un budget a été alloué par le Ministère de la culture en vue de sa réalisation.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives prennent note des efforts réalisés par l’Etat partie dans le domaine de la restauration du système hydraulique traditionnel et de sa volonté de réaliser un plan de sauvegarde et de gestion du bien. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.55

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant la décision 30 COM 7B.48, adoptée à sa 30e session (Vilnius, 2006),

3. Note avec satisfaction l'intention de l'État partie d'élaborer un plan de sauvegarde et de gestion prévu pour 2010 ; et l'encourage à soumettre une requête d'assistance internationale révisée en vue de la contribution d'experts chargés d'assister les responsables locaux dans la réalisation de ce plan ;

4. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2010, trois exemplaires imprimés et électroniques du plan de sauvegarde et de gestion, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives.