1.         Ville historique de Zabid (Yémen) (C 611)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1993

Critères  (ii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   2000-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Mesures correctives identifiées

Dans sa décision 31 COM 7A.19, le Comité du patrimoine mondial a défini les mesures d’urgence à prendre :

a) Mise en place d’un cadre juridique et institionnel approprié d’ici un an :

(i) Nouvelle publication du Décret du Cabinet N°.425 – 2006 ;

(ii) Allocation par le gouvernement au GOPHCY de Sana'a et Zabid d’un budget suffisant pour stabiliser la dégradation du patrimoine mondial ;

(iii) Finalisation des lois sur la protection du patrimoine ;

(iv) Achèvement du projet de plan de conservation et traduction en arabe. Production d’une version courte pour diffusion plus large ;

b) Dégradation physique stoppée immédiatement et tendance inversée d’ici deux ans :

(i) Arrêt des constructions nouvelles médiocres et économie sur la suppression des biens protégés du patrimoine ;

(ii) Approbation des entreprises et spécialistes chargés d’effectuer les travaux de conservation d’urgence ;

(iii) Modèle pour la rénovation des maisons : salles de bain et cuisines, infrastructure et climatisation ;

(iv) Modèles architecturaux adaptés pour les nouvelles maisons construites à Zabid ;

(v) Démarrage des travaux de démolition des murs en béton dans les rues et autres espaces publics et remplacement par des murs en briques ;

(vi) Projet chiffré et planifié d’actions à moyen et long termes ;

(vii) Règles et prescriptions auquelles les habitants et les propriétaires doivent se conformer ;

(viii) Adoption du plan d’aménagement urbain de Zabid.

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Comme indiqué dans la décision 31 COM 7A.19 : « Cadre juridique et institutionnel approprié établi en un an (soit 2008) ; dégradation physique arrêtée immédiatement et inversée en deux ans (soit 2009) ».

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1994-2004)
Montant total approuvé : 159 167 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 7 200 dollars EU provenant du fonds en dépôt italien ; 4 000 dollars EU provenant de l'Accord de coopération France-UNESCO.

Missions de suivi antérieures

2002 et 2003 : expertise internationale ; décembre 2004 : Centre du patrimoine mondial ; janvier 2007 : mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Sérieuse dégradation du patrimoine de la ville (beaucoup de maisons et l'ancien souq sont dans un grave état de détérioration) ;

b) Un fort pourcentage des maisons de la ville sont remplacées par des bâtiments de béton inappropriés ;

c) De grandes parties des espaces ouverts de la ville ont été privatisés, illégalement ou de manière informelle, et plus de 30% d'entre eux sont construits ;

d) Absence de mesures de conservation et de soutien.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/611/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

L'Etat partie a soumis le 28 février 2008 au Centre du patrimoine mondial un rapport très détaillé. Ce rapport donne des informations sur un projet de coopération entre l'Assistance technique allemande (GTZ), le gouvernement du Yémen et le Fonds social pour le développement (SFD), ayant fait l'objet d'un accord en juin 2007.

Ce projet représente un engagement de la part du gouvernement allemand pour fournir à Zabid 7 500 000 euros d'assistance en neuf ans. La première phase proposée du projet doit se dérouler sur trois ans pour un coût de 5 200 000 euros, dont environ 40% seront co-financés par le Fonds social pour le développement.

Le projet a débuté officiellement le 1er septembre 2007. Un bureau de projet a été créé à Zabid, travaillant en étroite coopération avec toutes les institutions au niveau local, et des experts internationaux et régionaux seront disponibles sur une période de trois ans. L'approche du projet est que le développement doit soutenir la préservation et qu'en retour, les atouts historiques et le patrimoine culturel doivent devenir la base d'un développement économique et de profits pour la population locale.

L'Etat partie considère que les estimations de pertes de bâtiments traditionnels données dans le rapport de mission 2007 sont trop élevées – il estime que 70% du patrimoine figurant sur les photos aériennes de 1971 et 1981 existent toujours, quoiqu'en mauvais état de conservation. Une nouvelle étude détaillée est en cours pour fournir des données précises.

La réponse de l'Etat partie aux demandes spécifiques du Comité du patrimoine mondial, à entreprendre dans un délai d'un an, est la suivante :

a) Nouvelle publication du Décret du Cabinet n° 425-2006 :

Un nouveau décret N° 437-2007 a été publié en novembre 2007, par lequel le Premier ministre place Zabid sur la Liste des priorités nationales les plus urgentes en créant un Haut comité de coordination ministérielle pour Zabid (HMCCZ) et en définissant le rôle et les actions des divers départements et autorités gouvernementaux et locaux.

b) Fourniture par le gouvernement au GOPHCY de Sana'a et de Zabid d'un budget adéquat pour stabiliser la dégradation du bien du patrimoine mondial :

Le budget 2008 du bureau local du GOPHCY a été augmenté de plus de 25% et le ministre de la Culture a également accordé une allocation annuelle supplémentaire provenant du Fonds pour le développement culturel afin de permettre un budget de fonctionnement. Ce dernier montant n'a pas été précisé.

c) Achèvement des lois de protection du patrimoine :

La loi sur les villes historiques est presque achevée, après une période de gestation de trois ans. La loi a été revue et acceptée par le ministère des Affaires juridiques (janvier 2008) et sera soumise au Cabinet pour approbation, puis au Parlement.

d) Achèvement du projet de plan de conservation, avec traduction en arabe et fourniture d'une version abrégée pour diffusion générale :

La finalisation du plan de conservation est en cours : une nouvelle étude architecturale est en réalisation (avec le soutien financier du Fonds du patrimoine mondial). Les plans thématiques et le plan de conservation manquant seront achevés à la fin de juin 2008. Les règlementations et recommandations architecturales développées en 2003 ont été revues et traduites en arabe, tandis qu'un manuel de conservation (urbaine et architecturale) est également en préparation.

e) Arrêt immédiat de la dégradation physique et inversion en deux ans :

L'Etat partie a annoncé que le nouveau Gouverneur d'Hodeida s'est officiellement engagé à faire appliquer la législation. A ce jour, plus de 20 nouvelles violations ont été arrêtées, ce qui représente une grande amélioration par rapport à la situation de « laisser-faire » qui prévalait jusqu'ici. Le nouveau décret du Cabinet n° 437-2007 a une fois de plus interdit les nouvelles constructions à l'intérieur des limites de la ville. Le ministre des Travaux publics ouvre actuellement, comme prévu, de nouvelles voies dans la nouvelle zone d'extension nord-est où les constructions nouvelles sont autorisées.

De plus, un Comité local de coordination des parties prenantes a été créé en mars 2007 et se réunit régulièrement. Depuis septembre 2007, il a réussi à arrêter plusieurs violations, et cela pourrait augmenter à l'avenir. GTZ, GOPHCY et SFD testent conjointement un programme de réhabilitation fondé sur des incitations, pour conduire à la réhabilitation d'au moins 250 à 300 maisons pendant les trois années du projet. A l'avenir, la réhabilitation avec incitations et les conseils techniques serotn à la disposition de tous. Une stratégie de réhabilitation de l’espace sera développée afin de cibler les mesures de réhabilitation.

f) Développement d'un projet de déclaration de valeur universelle exceptionnelle incluant les conditions d'intégrité et d'authenticité :

L'Etat partie a informé que cela n'a pas encore été fait et le serait après achèvement de l'étude des bâtiments.

g) Calendrier :

L'Etat partie considère que le nouveau projet GTZ/SFD a besoin de temps pour se développer et apporter des résultats réalistes et des changements dans la ville. Il estime qu'étant donné le grand succès de l'expérience de Shibam, il faut accorder au projet suffisamment de temps pour permettre à la population de Zabid de constater une véritable amélioration de sa vie quotidienne, pour établir la confiance et le soutien aux projets de conservation. L'Etat partie a fait part d'un certain progrès dans l'arrêt des violations et d'une inversion de la situation de « laisser-faire » face à ces violations. Il demande qu'on lui accorde trois années supplémentaires pour démontrer un progrès adéquat avant que le Comité du patrimoine mondial ne considère éventuellement de retirer Zabid de la Liste du patrimoine mondial.

 

Le Centre du patrimoine mondial et les organisations consultatives considèrent qu'une compréhension globale des bâtiments de la ville et de leur état de conservation est essentielle pour que le projet GTZ/SFD puisse maintenir les attributs qui constituent la base de la valeur universelle exceptionnelle pour laquelle Zabid a été inscrite sur la Liste du patrimoine mondial. Par conséquent, une déclaration de valeur universelle exceptionnelle doit être rédigée (et approuvée par le Comité du patrimoine mondial).

Etant donné que les travaux de conservation vont se poursuivre sur une longue période à Zabid, il est important d'établir des indicateurs pour en indiquer la progression à intervalles réguliers, afin que les valeurs de Zabid soient suffisamment maintenues pour permettre à la ville de rester sur la Liste du patrimoine mondial. Le Comité du patrimoine mondial pourrait souhaiter revoir sa décision quant au maintien de Zabid sur la Liste du patrimoine mondial à la fin de la première phase du projet GTZ/SFD en 2010, plutôt qu'en 2009.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7A.19

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7A,

2. Rappelant la décision 31 COM 7A.19, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Note les progrès accomplis par l'État partie pour stopper les constructions illicites et les démolitions, réaliser une étude des bâtiments, achever la législation de protection du patrimoine et rédiger le plan de conservation, et prie instamment l'État partie de poursuivre ses travaux sur les mesures correctives adoptées à sa 31e session (Christchurch, 2007) ;

4. Accueille favorablement le projet conjoint de l'Assistance technique allemande (GTZ), du gouvernement yéménite et du Fonds social pour le développement (SDF) avec le financement et l'expertise considérable qu'il apporte, et note également que la première phase sera achevée en juin 2010 ;

5. Accueille également favorablement en particulier l'accent mis par le projet commun sur l'intégration des besoins sociaux, culturels et économiques de la communauté à la préservation du bien ;

6. Réitère sa demande à l'État partie, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, de développer un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle incluant les conditions d'intégrité et d'authenticité, ainsi qu'une proposition d'Etat de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

7. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le  1er février 2009, un rapport sur les progrès accomplis dans la mise en oeuvre de mesures ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

8. Décide de maintenir la ville historique de Zabid (Yémen) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.