1.         Temple de Preah Vihear (Cambodge) (C 1224rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2008

Critères  (i)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1224/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2009-2009)
Montant total approuvé : 30 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1224/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 30 500 euros dans le cadre de la Convention France-UNESCO (y compris 18 500 euros pour la préparation du dossier d’inscription et 12 000 euros au titre de Coopération technique).

Missions de suivi antérieures

Mars-avril 2009 : mission conjointe UNESCO/ICOMOS de suivi renforcé

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1224/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2009

À sa 32e session en 2008 (Québec, 2008), le Comité a inscrit le « Temple de Preah Vihear » sur la Liste du patrimoine mondial selon le critère (i) (décision 32 COM 8B.102). Le bien inscrit a un périmètre beaucoup plus réduit que celui proposé dans la proposition d’inscription initiale, étudiée par le Comité du patrimoine mondial à sa 31e session, en 2007.

Dans sa décision, le Comité a encouragé l’État partie cambodgien « à collaborer avec la Thaïlande à la sauvegarde de la valeur du bien », et « s’accorde sur le fait qu’il serait souhaitable à l’avenir de refléter ses valeurs intégrales et son contexte paysager grâce à une nouvelle inscription possible sur la Liste du patrimoine mondial qui pourrait satisfaire aux critères (iii) et (iv), qui ont été reconnus par le Comité dans sa décision 31 COM 8B.24 ». En outre, le Comité a demandé au Cambodge de « réunir un Comité de coordination international pour la sauvegarde et le développement du bien, au plus tard en février 2009, en invitant le gouvernement thaïlandais à y prendre part, et pas plus de sept autres partenaires internationaux appropriés ». Le Comité a également demandé au Cambodge de soumettre au Comité du patrimoine mondial, avant le 1er février 2009 : a) une carte provisoire fournissant des détails complémentaires sur le bien inscrit ; b) un dossier de proposition d’inscription mis à jour pour refléter les changements intervenus dans le périmètre du bien ; c) la confirmation du fait que la zone de gestion du bien inclura le bien inscrit et la zone tampon définie dans le RGPP ; et d) un rapport d’avancement sur la préparation du plan de gestion.

Quelques jours après l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial (le 7 juillet 2008), des troupes des deux pays se sont rapidement déployées dans la région proche du temple de Preah Vihear et le bien du patrimoine mondial a été fermé aux touristes. En juillet, août et septembre, plusieurs tentatives de négociations ont été faites entre les deux pays, tandis qu’un changement de gouvernement s’est produit en Thaïlande, mais sans aucun résultat tangible.

Compte tenu de cette situation particulière, l’État partie cambodgien a demandé, par lettre adressée à la Présidente du Comité du patrimoine mondial en date du 15 septembre 2008, de reporter la soumission du rapport dû pour le 1er février 2009 au 1er février 2010. La Présidente du Comité, dans sa réponse en date du 8 octobre 2008, a invité l’État partie cambodgien à soumettre un rapport le 1er mai 2009, jugeant nécessaire de tenir le Comité informé de l’évolution de la situation. Le rapport de l’État partie cambodgien a été finalement soumis le 24 avril 2009.

Le 3 octobre 2008, un bref échange de tirs a eu lieu entre les troupes thaïlandaises et cambodgiennes près du temple de Preah Vihear. Des soldats des deux camps auraient été blessés. Le 6 octobre, deux soldats thaïlandais ont été grièvement blessés en marchant sur des mines terrestres non loin du temple. Dans l’après-midi du 15 octobre, des combats ont éclaté dans trois endroits différents près du temple de Preah Vihear, avec notamment des tirs de roquettes. Il a été finalement confirmé que trois soldats cambodgiens avaient été tués et que quatre à sept soldats thaïlandais auraient été blessés. D’autre part, dix soldats thaïlandais ont été portés disparus, tandis que le Cambodge affirmait les avoir fait prisonniers.

Par la suite, des négociations entre les deux parties ont repris –, quoique dans un climat d’accusations mutuelles, notamment sur le fait d’avoir causé des dommages au bien du patrimoine mondial. Cette situation a été relatée dans une lettre adressée par l’Ambassadeur de Thaïlande au Directeur général de l’UNESCO, en date du 30 octobre 2008, accompagnée d’un rapport sur l’incident du 15 octobre, ainsi que dans une lettre du Vice-Premier ministre du Cambodge au Directeur général de l’UNESCO, en date du 12 novembre 2008, également accompagnée d’un rapport sur l’incident du 15 octobre. Ce dernier rapport contenait des photographies d’éléments architecturaux du temple, qui auraient été atteints et endommagés par des balles. Dans sa lettre, le Vice-premier ministre du Cambodge a demandé à l’UNESCO l’envoi d’une mission sur place pour mener une enquête sur la question.

Dans une autre lettre, adressée à la Présidente du Comité par l’État partie cambodgien en date du 8 décembre, ce dernier a déclaré qu’il était prêt à réunir un Comité de coordination international (CCI), comme le demandait le Comité dans sa décision 32 COM 8B.102, et il demandait l’avis de la Présidente sur le bien-fondé d’aller de l’avant. La Présidente a observé que la mise en place d’un CCI contribuerait à « renforcer la coopération internationale pour la sauvegarde du temple », et a invité les autorités cambodgiennes à prendre contact avec le Centre du patrimoine mondial pour discuter des modalités d’établissement les plus adaptées.

 

Par lettre en date du 30 décembre 2008, le Directeur général de l’UNESCO a informé les autorités cambodgiennes de sa décision d’activer le mécanisme de suivi renforcé et d’envoyer « dès que possible » une mission sur le bien du patrimoine mondial. Dans sa lettre, le Directeur général a précisé que l’objectif de la mission serait strictement limité à l’évaluation de l’état de conservation du bien du patrimoine mondial, y compris pour ce qui est de l’incident du 15 octobre 2008, mais sans tenter de définir la dynamique des événements, ni les responsabilités des parties engagées. La mission, qui plus est, permettrait de passer en revue l’avancement réalisé dans la mise en œuvre des recommandations figurant au paragraphe 15 de la décision 32 COM 8B.102. La mission de suivi renforcé a été effectuée du 28 mars au 6 avril 2009, sous la direction d’un Spécialiste du Programme pour la Culture du Bureau de l’UNESCO à Phnom Penh et d’un expert de l’ICOMOS.

Il convient de noter que la Présidente du Comité avait également approuvé, le 30 janvier 2009, une demande d’assistance internationale (au titre de la conservation et de la gestion) d’un montant de 30 000 dollars EU, pour aider les autorités cambodgiennes compétentes à mettre en œuvre les recommandations du Comité. Les fonds concernés ont été décentralisés par le Bureau de l’UNESCO à Phnom Penh pour mise en œuvre le 5 février 2009.

Les 2 et 3 avril, juste après le départ de la mission de suivi renforcé de la région, un violent incident s’est produit à Preah Vihear entre des soldats thaïlandais et cambodgiens, causant plusieurs pertes parmi les troupes, provoquant la destruction de plusieurs biens (dont un marché local et les bureaux de l’Autorité nationale chargée de la préservation de Preah Vihear) et entraînant de ce fait le transfert de civils qui s’étaient installés aux abords du temple.

Le 5 avril, le Vice-Premier ministre cambodgien a adressé une nouvelle lettre au Directeur général de l’UNESCO pour l’informer des événements et des conséquences pour le temple. Ce courrier a été suivi quelques jours plus tard par une documentation photographique et vidéo. Par la suite, l’État partie cambodgien a adressé une demande de soutien financier à l’UNESCO – dans le cadre du Programme de Participation –, pour réhabiliter les infrastructures détruites lors de l’incident militaire des 2 et 3 avril.

Le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS ont passé en revue le rapport soumis par l’État partie le 24 avril. Concernant les points demandés par le Comité du patrimoine mondial dans sa décision 32 COM 8B.102, le Rapport de l’État partie signale l’avancement suivant :

a) Une carte fournissant des détails complémentaires sur le bien inscrit et une carte délimitant la zone tampon

Une carte a été soumise dans le rapport présenté par l’État partie. Elle inclut les coordonnées précises du périmètre du bien inscrit, ainsi qu’un périmètre de la zone tampon. Ladite zone tampon proposée ne comprend pas les zones situés au nord et à l’ouest du temple, qui font l’objet d’un litige territorial avec la Thaïlande. À cet égard, l’État partie signale que ce zonage doit être considéré comme provisoire et qu’un zonage définitif « sera établi en fonction des résultats de la délimitation de la frontière communiqués par la Commission conjointe sur la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande ».

b) Un dossier de proposition d’inscription mis à jour pour refléter les changements intervenus dans le périmètre du bien

Le rapport de l’État partie contient une précision sur les limites du bien, ainsi que les raisons de leur modification. Il reste donc à établir et à soumettre un dossier de proposition d’inscription actualisé qui correspondrait dans toutes ses rubriques à la zone effectivement inscrite.

c) Confirmation du fait que la zone de gestion du bien inclura le bien inscrit et la zone tampon définie dans le RGPP

Le rapport de l’État partie confirme que « la zone de gestion du bien inclura le bien inscrit et la zone tampon définie dans le RGPP » (dont les périmètres ont été précisés par l’État partie dans son rapport présenté en avril 2009).

d) Un rapport d’avancement sur l’établissement d’un plan de gestion

Le rapport de l’État partie contient un document intitulé « Plan de gestion pour le site du temple de Preah Vihear, proposé à l’inscription au patrimoine mondial ». Ce document –, encore au stade de projet –, fournit un cadre de gestion du site, établit des directives, définit des problèmes de conservation et des objectifs de gestion correspondants, et présente les grandes lignes d’un cadre juridique, institutionnel, administratif et financier pour leur mise en œuvre.

Le rapport de l’État partie ne fait non plus aucune référence à la création d’un Comité de coordination international.

En date de la rédaction du présent rapport (le 26 mai 2009), le Centre du patrimoine mondial n’a reçu qu’un projet préliminaire du rapport de la mission de suivi renforcé. À la lecture de ce projet préliminaire, il ressort que les autorités cambodgiennes ont décidé de combiner la mission de suivi renforcé avec une visite de plusieurs experts internationaux, dans le cadre de l’activité d’assistance technique financée avec le soutien du Fonds du patrimoine mondial. Les deux équipes ont été amenées ensemble dans le secteur du temple et ont été accompagnées par des militaires, et notamment par l’Unité cambodgienne de protection rapprochée des Premiers ministres (PMBU).

À la lecture du projet préliminaire de rapport de mission, et à en juger par les photographies figurant dans le rapport soumis par les autorités cambodgiennes le 12 novembre, les dégâts causés au temple de Preah Vihear à la suite de l’incident de la fusillade du 15 octobre 2008 semblent relativement mineurs. Néanmoins, la présence permanente de troupes aux abords du bien comporte un risque de nouveaux incidents et freine la mise en œuvre des recommandations du Comité sur le renforcement de la protection et de la gestion du bien du patrimoine mondial. En outre, à la suite de l’incident des 2 et 3 avril, aucun nouveau suivi indépendant de l’état de conservation du temple n’a pu être effectué.

Une évaluation plus complète de la situation sera évidemment possible après finalisation du rapport de la mission de suivi renforcé.

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 33 COM 7B.65

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B.Add,

2. Rappelant les décisions 31 COM 8B.24 et 32 COM 8B.102, adoptées respectivement à ses 31e (Christchurch, 2007) et 32e (Québec, 2008) sessions,

3. Prend note de l'évolution de la situation à l'intérieur du bien depuis son inscription sur la Liste du patrimoine mondial, des informations figurant dans le rapport de l'État partie, et des conclusions préliminaires de la mission de suivi renforcé ;

4. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2010, un rapport traitant de l'avancement dans la mise en oeuvre des recommandations faites par le Comité dans sa décision 32 COM 8B.102, pour examen par le Comité à sa 34e session, en 2010.