1.         Site archéologique de Chavin (Pérou) (C 330)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1985

Critères  (iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/330/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1988-2002)
Montant total approuvé : 75 550 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/330/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Novembre 1999 : Mission de suivi de l’ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Fortes variations de température

b) Pluie et vents

c) Croissance biologique et micro-biologique

d) Érosion due à l'eau et déstabilisation de l'une des principales structures

e) Absence de plan de gestion

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/330/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2009

L’état de conservation du site archéologique et les interventions effectuées ont été examinés en 2007 et il a été demandé à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial des propositions pour le plan d’urgence et le projet de conservation.

En février 2009, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien qui répond à la décision du Comité du patrimoine mondial et donne des informations complémentaires sur les activités en cours. Un projet de plan de gestion est également inclus dans le rapport.

 

a) Intentions concernant le projet de Musée national de Chavín

Le rapport de l’Etat partie indique que le Musée national de Chavín a été inauguré en 2008 et qu’il est actuellement ouvert au public. Il est situé à 7 km environ du bien, dans un endroit qui sera ultérieurement aménagé conformément au plan d’urbanisme existant pour la ville de Chavín de Huántar. Le musée contribuera à la diffusion des valeurs du site, à la sauvegarde des collections archéologiques, aux activités éducatives dans la région, à son développement économique (grâce à l’activité touristique accrue et à la création d’emplois) et au renforcement de l’identité régionale.

 

b) Projet de plan d’urgence

Le rapport indique que des travaux d’urgence ont été exécutés sur la base des résultats des évaluations effectuées lors du processus d’établissement du plan de gestion ; ils ont été axés sur la maintenance préventive à l’intérieur des galeries et à l’extérieur des bâtiments A et E. Aucun plan global n’a été fourni.

 

c) Le projet de conservation de Chavín

En ce qui concerne le projet de conservation, l’Etat partie signale l’achèvement de l’évaluation interdisciplinaire de la situation qui a fait le point sur la variété des facteurs environnementaux et culturels qui ont influencé l’état de conservation du tissu. Un plan d’intervention global à long terme est en cours de finalisation, mais des actions d’urgence sont actuellement menées pour garantir la stabilité des éléments menacés, notamment : des travaux de couverture et l’installation de protections temporaires pour limiter l’infiltration des eaux pluviales, l’amélioration des systèmes de drainage existants, la consolidation des éléments dont la structure est instable, la conservation préventive dans les galeries actuellement ouvertes au public, la consolidation des remblayages au niveau de la Place circulaire et du bâtiment A, et la stabilisation du bâtiment E. Lors de l’élaboration du plan de gestion, la priorité a été accordée à toutes ces mesures d’urgence qui ne remettent pas en cause les interventions futures.

 

d) Achèvement du plan de gestion

Le plan de gestion a été élaboré selon une approche transdisciplinaire et participative. L’Etat partie a soumis le projet de plan et signale que la dernière étape de formulation de projets spécifiques sera finalisée vers le milieu de l’année 2009.

En plus de ces réponses spécifiques, le rapport de l’État partie indique que d’autres actions, identifiées lors du processus d’établissement du plan de gestion, ont été engagées pour améliorer l’état de conservation et renforcer la préservation du site et de ses environs. Il s’agit notamment de la réparation du mur d’enceinte en boue, de l’inventaire et du transfert pour stockage d’éléments isolés de la couche lithique auparavant exposés aux intempéries, de l’amélioration des installations pour les visiteurs sur le site, en particulier le centre d’accueil pour mieux répondre aux besoins des visiteurs et accueillir les artisans qui vendent leur production sur le site, et de la conception d’un système de chemins et panonceaux pour améliorer l’interprétation. Les projets dont la mise en œuvre est prévue prochainement sont notamment la surveillance de l’état de conservation, des interventions de conservation préventive, la construction d’un pont sur la rivière (Wacheqsa), l’amélioration de la protection de la rivière contre les crues, l’inventaire et la conservation des objets archéologiques entreposés, l’amélioration du système de sécurité et la création d’un Centre international pour la recherche, la conservation et la restauration du patrimoine culturel de la région. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 33 COM 7B.143

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.129, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Note avec satisfaction les progrès accomplis en ce qui concerne les mesures pour garantir la conservation du bien et l'élaboration du plan de gestion, et prie instamment l'État partie de finaliser ce dernier pour lancer sa mise en oeuvre ;

4. Demande à l'État partie de fournir le plus rapidement possible trois exemplaires imprimés et électroniques du plan de gestion finalisé, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;

5. Encourage l'État partie à définir avec précision un plan de préparation aux risques, compte tenu de la vulnérabilité du site ;

6. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 172 des Orientations, les plans d'architecture et les spécifications des installations destinées au public qui doivent être construites sur le site, ainsi que les projets de protection de la rivière et de construction d'un nouveau pont, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS ;

7. Demande en outre à l'État partie de tenir le Centre du patrimoine mondial informé de l'état de conservation du bien et des progrès accomplis dans la mise en oeuvre des recommandations ci-dessus.