1.         Vieille ville et Nouvelle ville d'Edimbourg (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord) (C 728)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1995

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/728/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/728/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Novembre 2008 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS  

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Impact d'un incendie à Cowgate ;

b) Grands projets de développement, dont l’aménagement de Caltongate.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/728/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2009

En réponse à la demande du Comité du patrimoine mondial à sa 32e session (Québec, 2008), une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS a été effectuée sur le bien en novembre 2008. Son intention était de vérifier l’état de conservation général de la Vieille ville et de la Nouvelle ville d’Édimbourg et, en particulier, l’impact de l’aménagement de Caltongate sur l’intégrité et la valeur universelle exceptionnelle du bien du patrimoine mondial, ainsi que les avant-projets concernant les docks de Leith, le Centre St James et autres propositions en cours. Le Comité du patrimoine mondial a également demandé à l’État partie de soumettre un rapport sur l’état de conservation du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009.

 

L’État partie a soumis son rapport le 30 janvier 2009 en faisant remarquer qu’il n’avait pas encore vu le rapport de la mission de suivi réactif, auquel il a ensuite répondu le 13 mars 2009.

 

La mission a estimé que l’état de conservation général du bien était satisfaisant et qu’une inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril ne s’imposait pas. Cependant, tout en constatant que le bien est géré de manière satisfaisante dans le respect de la législation écossaise et britannique, et l’utilisation d’une étude consultative sur le paysage urbain en tant qu’instrument de planification, la mission a jugé préoccupante l’absence de définition d’une zone tampon. Le rapport de la mission recommande que ceci soit adressé dans le cadre de la prochaine évaluation du plan de gestion de l’État partie qui est proposée.

 

Le rapport de la mission note que la gestion du bien serait améliorée par une plus grande souplesse de coordination entre les agences compétentes ; une participation plus active des acteurs à l’élaboration d’un schéma directeur ; le recours à des concours d’architecture pour les projets clés, et la meilleure connaissance et l’information de tous les acteurs concernés sur la valeur universelle exceptionnelle clairement définie du bien du patrimoine mondial, son intégrité et son authenticité comme base élémentaire de tous les futurs aménagements.

 

Le rapport de la mission émet un certain nombre de recommandations liées aux projets de développement qui résultent de la réussite d’Édimbourg en termes de commerce, d’économie et de croissance démographique. Il note la nécessité de planifier soigneusement l’augmentation du trafic que risquent d’engendrer les grands projets de développement.

 

Caltongate

Parmi les projets proposés à l’intérieur du bien du patrimoine mondial, la mission fait part de certaines craintes quant au détail du plan d’aménagement de Caltongate. Elle conclut que pour éviter que cet aménagement ait un impact sur la valeur universelle exceptionnelle, l’authenticité et l’intégrité du bien du patrimoine mondial, elle recommande l’intégration plutôt que la démolition des deux bâtiments classés, la reconception totale du quartier de Jeffrey street/Eastern Market Street pour maintenir l’interactivité entre la structure urbaine et l’espace ouvert et les perspectives importantes dans le paysage urbain, la reconception des espaces publics pour mieux respecter les besoins sociaux, et l’étude de tout impact sur les perspectives offertes depuis Carlton Hill.

 

Le Centre St James

La mission soutient le projet de démolition du Centre St James qui date des années 1970, dont l’impact regrettable sur la valeur universelle exceptionnelle et l’intégrité du bien avait déjà été signalé au moment de l’inscription.

 

lncendie du site de Cowgate 

Le projet de réaménagement de Cowgate suite à l’incendie de 2002 en est encore dans la phase de conception et de consultation. La mission recommande de prendre soigneusement en compte l’échelle et les volumes corrects de ce redéploiement et son intégration dans le quartier de la ville en « transposant » le modèle historique des façades dans l’architecture contemporaine.

 

Docks de Leith 

Sur les projets envisagés à l’extérieur du périmètre du bien du patrimoine mondial, le rapport de la mission conclut que le réaménagement des docks de Leith n’aura aucun impact majeur ou direct sur la valeur universelle exceptionnelle du bien parce qu’il est à 2,5 kilomètres de ses limites. 

 

Haymarket 

La mission s’est déclarée extrêmement préoccupée quant à la hauteur de l’hôtel en projet dans le plan d’aménagement de Haymarket. Le projet de Haymarket est immédiatement à l’extérieur de la délimitation du bien du patrimoine mondial. La mission est d’avis que l’hôtel de 17 étages proposé aurait un impact visuel majeur sur le bien et dominerait les tours de l’église St Margaret de plusieurs points de vue principaux.

 

La réponse de l’État partie au rapport de la mission reconnaît que la révision du plan de gestion offre un forum potentiel de dialogue au sujet de la zone tampon, tout en indiquant un manque de conviction quant à la nécessité d’une zone tampon du fait des contrôles de planification statutaires déjà en place. L’État partie a reconnu les craintes que suscite le projet d’aménagement proposé à Haymarket et a confirmé qu’il avait été prévu de le faire évaluer par les Ministres écossais. Une enquête publique aura lieu en mai/juin 2009. L’État partie aimerait que les avis de la mission soient communiqués au titre de l’enquête.

Par une lettre du 13 mars 2009, l’Etat partie a mis à jour les informations déjà soumises. Il continuera à travailler avec les promoteurs et la Ville d’Edimbourg afin de garantir que les projets respectent l’environnement historique et n’aient pas d’impact négatif sur le bien. Il a également notifié que le Conseil d’Edimbourg a finalement accepté les propositions concernant l’incendie du site de Cowgate, et a approuvé le 4 mars 2009 la demande de permis de construire pour le Centre St James. Le 24 avril 2009, une autre lettre de l’Etat partie a été recue indiquant que les promoteurs du site Caltongate ont été placés sous administration judiciaire, et que des solutions étaient recherchées. .

 

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent que :

a) Il convient d’avoir une zone tampon déclarée conformément au paragraphe 103 des Orientations, surtout en raison de l’échec apparent des mécanismes de planification en vigueur pour dissuader d’entreprendre des constructions comme celle de l’hôtel de 17 étages à Haymarket sur un terrain qui jouxte le bien du patrimoine mondial ;

b) Les recommandations de la mission de suivi réactif devraient être communiquées à la prochaine enquête publique au titre du projet d’aménagement de Haymarket ;

c) Il convient d’établir des règles claires qui s’appliquent aux contrôles de la hauteur des bâtiments à l’intérieur du bien du patrimoine mondial pour protéger la valeur universelle exceptionnelle du bien qui doit être développée sur la base des perspectives et des vues principales de l’intérieur et de l’extérieur du bien ;

d) Il faut sensibiliser les promoteurs potentiels et les acteurs à la valeur universelle exceptionnelle du bien du patrimoine mondial de la Vieille ville et la Nouvelle ville d’Édimbourg et à ce que cela signifie pour son développement futur. L’extrait de la Déclaration de valeur du bien qui dit : « La topographie spectaculaire de la Vieille ville associée aux alignements planifiés des principaux édifices de la vieille ville aussi bien que de la ville nouvelle, produit un panorama saisissant et un paysage urbain remarquable » est particulièrement pertinente à cet égard.

e) Il faut assouplir de manière générale la gestion du bien et la coordination entre le City Council, Historic Scotland, et Edinburgh World Heritage ;

f) Il serait souhaitable d’accroître la détermination des acteurs pour assurer la transparence et en particulier la consultation des meilleures pratiques dans les méthodes d’élaboration de schémas directeurs ;

g) Que pour améliorer la conception, la qualité et la diversité, il faudrait envisager d’organiser des concours d’architecture pour certains projets. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 33 COM 7B.132

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B,

2. Rappelant la décision 32 COM 7B.117, adoptée à sa 32e session (Québec, 2008),

3. Prend acte des conclusions de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de novembre 2008 sur le bien du patrimoine mondial de la Vieille ville et la Nouvelle ville d'Édimbourg, et de la réponse de l'État partie ;

4. Prie instamment l'État partie de tenir compte des recommandations de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS, surtout en ce qui concerne les améliorations à apporter dans les projets d'aménagement de Caltongate et Haymarket ; et demande que les conclusions de la mission sur l'aménagement de Haymarket soient portées à la connaissance de l'enquête publique ;

5. Se félicite de ce que le projet du Centre St James améliore l'intégrité du bien avec la démolition d'un groupe d'immeubles qui avait un impact sur les valeurs et l'intégrité du bien ;

6. Accueille aussi favorablement l'étude du paysage urbain comme un instrument important pour le futur aménagement et la planification du site pour protéger les perspectives principales conformément au paragraphe 104 des Orientations ;

7. Demande aussi à l'État partie de créer une zone tampon déclarée pour le bien du patrimoine mondial de la Vieille ville et la Nouvelle ville d'Édimbourg conformément au paragraphe 103 des Orientations, où les restrictions concernant la hauteur des bâtiments sont établies sur la base des perspectives et des vues principales de l'intérieur et de l'extérieur du bien ;

8. Demande en outre à l'État partie d'établir des règles claires qui s'appliquent aux contrôles de la hauteur à l'intérieur du bien sur la base des perspectives et des vues principales de l'intérieur et de l'extérieur du bien ;

9. Demande par ailleurs à l'État partie de sensibiliser les promoteurs potentiels et les acteurs à la valeur universelle exceptionnelle du bien et à ce que cela signifie pour les projets d'aménagement à l'intérieur du bien et sa zone tampon ;

10. Demande aussi à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2011, un rapport sur l'état de conservation du bien tenant compte des recommandations de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS sur le bien, et sur l'avancement dans la révision du plan de gestion et l'établissement de la zone tampon, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011.