1.         Ville de La Valette (Malte) (C 131)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1980

Critères  (i)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/131/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-1999)
Montant total approuvé : 21 625 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/131/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Ce bien n'a jamais fait l'objet d'un rapport sur l'état de conservation, cependant les problèmes suivants ont été évoqués dans le rapport périodique de 2006 :

a) Absence de définition d'une zone tampon

b) Une modification de la hauteur des bâtiments pourrait changer la ligne d'horizon de la ville

c) Projets d'aménagement urbain de la nouvelle Porte de la ville et de l'Opéra

d) Pression exercée par l'aménagement touristique

e) Changement de destination des locaux d'habitation en bureaux

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/131/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2009

Un rapport sur l'état de conservation du bien a été remis par l'État partie le 3 février 2009, en réponse à une demande du Directeur du Centre du patrimoine mondial, formulée suite à des informations recueillies et des plaintes reçues par des habitants de La Valette concernant un bâtiment de 16 étages récemment construit sur la péninsule de Tigne. Le rapport sur l'état de conservation fait également suite à deux courriers, l'un en date du 12 septembre 2007, l'autre du 1er juillet 2008 concernant les limites du bien et les projets d'aménagement au sein de ses limites. Le rapport reprend les informations de l'an dernier.

L'État partie détaille dans son rapport les travaux de conservation et de restauration qu'il a entrepris sur d'importants monuments et églises de La Valette depuis l'inscription du bien en 1980 et qui ont conduit à une renaissance de la ville. Le rapport précise que d'importants Fonds structurels de l'Union Européenne seront consacrés à la restauration d'une partie des fortifications de La Valette datant du 16e siècle. Les mesures de protection liées à la promulgation de la Loi sur l'aménagement de la planification (Planning Development Act) et de la Loi sur le patrimoine culturel (Culutral Heritage Act) sont détaillées y compris la désignation de La Valette comme zone de conservation urbaine, l'inventaire des plus importants bâtiments et monuments, et la définition d'une Zone de haute valeur paysagère, qui comprend les fortifications entourant le port.

L'État partie recommande que deux projets d'aménagement de grande envergure soient initiés dans le périmètre du bien du patrimoine mondial: un musée souterrain près de la Cathédrale Saint John, et un parking souterrain destiné aux voitures sous la Place du Palais (Palace Square). Les plans de réhabilitation de l'entrée de la Capitale et de l'Opéra seront également lancés par l'État partie.

Une carte décrivant les limites du bien telles que prévues lors de la justification est jointe au rapport. Les limites du bien suivent la ligne extérieure des fortifications qui enserrent la ville sur la péninsule et descendent jusqu'à la côte. 

A l'extérieur de ces limites, une zone est désignée comme Zone de haute valeur paysagère mais elle n'est pas bien délimitée car les couleurs n'apparaissent pas clairement. Aucune zone tampon en tant que telle n'est désignée.

L'immeuble de 16 étages, objet des plaintes, est situé sur le projet d'aménagement résidentiel et commercial sur la péninsule de Tigne de l'autre coté du port par rapport au bien. Le projet est à l'extérieur des périmètres du bien et de la Zone de haute valeur paysagère. Une photo a été remise dans la documentation de 2007, elle est prise depuis la péninsule de Bighi, balaye toute la Valette et inclut l'immeuble de grande hauteur. La photo illustre la théorie de l'État partie selon laquelle l'immeuble de grande hauteur ne porte pas préjudice à la très grande valeur culturelle de La Valette. L'image remise n'est pas assez précise pour en tirer quelque conclusion que ce soit. L'État partie fait référence aux politiques de planification locale pour évoquer le respect des perspectives depuis La Valette et la réduction de la hauteur du bâtiment afin d'être en conformité avec celles-ci.

Le rapport de l'État partie ne fait aucune référence aux augmentations de hauteur des bâtiments dans le périmètre du bien du patrimoine mondial. La documentation remise en 2007 faisait état de l'ajout d'appartements avec terrasse en haut d'immeubles situés à l'intérieur du bien. Une photographie illustrait d'ailleurs quelques exemples où ces aménagements avaient été autorisés et illustrait le point de vue de l'État partie selon lequel ces augmentations de hauteur n'avaient que des impacts marginaux voire pas d'impact du tout sur les perspectives et le paysage urbain. L'image remise n'est pas assez précise pour en tirer quelque conclusion que ce soit.

Le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS estiment que:

a) Les informations remises ne sont pas suffisamment précises pour permettre une compréhension de l'impact de l'immeuble de 16 étages récemment construit sur le bien, ou des projets de musée et de parking souterrains;

b) La délimitation d'une zone tampon globale du bien est nécessaire, les limites de hauteur y seront définies par rapport aux vues et perspectives principales depuis La Valette et depuis les péninsules voisines ayant une vue sur La Valette. L'État partie devrait être invité à mener une Analyse des vues et perspectives depuis les points de vue et panoramas, ce document servirait de base à une limitation des hauteurs des bâtiments.

c) Des politiques précises sur les limites de hauteur dans les zones principales du bien sont nécessaires afin que soit respecté le paysage urbain qui contribue à la valeur universelle exceptionnelle de La Valette. L'État partie devrait être invité à mener une Analyse des vues et perspectives dans le bien, ce document servirait de base à de telles politiques;

d) Cette analyse doit être basée sur une Déclaration de valeur universelle exceptionnelle et sur une indentification des caractéristiques liées à cette valeur.

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 33 COM 7B.113

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B,

2. Prend note de la délimitation du bien remise par l'État partie;

3. Demande à l'État partie de:

a) Fournir une carte précise détaillant les limites du bien,

b) Créer une zone tampon conformément au paragraphe 103 des Orientations, et de définir des règles concernant les hauteurs de bâtiments, règles à considérer comme un moyen de protection de la ligne d'horizon de la ville et de préparer une « Analyse des vues et perspectives » depuis les points stratégiques du bien et à l'extérieur de celui-ci,

c) Définir des politiques précises quant aux hauteurs des bâtiments dans le périmètre du bien, politiques à considérer comme un moyen de protection de la ligne d'horizon de la ville, au moyen d'une Analyse des vues et perspectives concernant les zones principales et le paysage urbain,

d) Remettre des informations détaillées sur les projets d'aménagement de grande envergure prévus sur le territoire du bien, conformément au paragraphe 172 des Orientations;

4. Demande également à l'État partie de remettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2010, un rapport sur l'état de conservation faisant état des points évoqués ci-dessus et en particulier des progrès accomplis dans la création d'une zone tampon, dans le contrôle des hauteurs des constructions ainsi que des informations sur les projets d'aménagement de grande envergure.