1.         Centre historique de Vilnius (Lituanie) (C 541bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1994

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/541/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1995-2000)
Montant total approuvé : 138 180 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/541/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 64.000 dollars EU dans le cadre de la Stratégie de revitalisation de Vilnius, accordé par le PNUD-SPPD

Missions de suivi antérieures

1995, 1996, 1997, 1998, 1999, 2000 : missions de projet du Centre du patrimoine mondial ; mai 2005 : visite du bien par le Centre du patrimoine mondial ; décembre 2006 : séminaire régional sur place. 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/541/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2009

Le Comité du patrimoine mondial, à sa 32e session (Québec, 2008), tout en notant les efforts de l'État partie pour établir un plan général/directeur de la ville de Vilnius, a regretté que le plan de gestion intégrée du bien demandé à sa 30e session (Vilnius, 2006) n'ait pas été dressé et a réitéré sa demande pour que ce plan de gestion intégrée soit élaboré afin de « diriger et coordonner toutes les décisions relatives au développement et à la conservation de la vieille ville au moyen d'un processus de consultation participative ». La décision du Comité du patrimoine mondial demandait également à l'État partie de soumettre « le nouveau règlement sur la protection de la vieille ville de Vilnius ainsi que le plan d'aménagement et une documentation mise à jour sur la construction de bâtiments de grande hauteur dans la zone tampon, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ».

L’État partie a soumis un rapport le 2 février 2009 décrivant les efforts accomplis l'an dernier pour répondre à la demande du Comité du patrimoine mondial relative à l'élaboration d'un plan de gestion intégrée à travers la définition d'une série de directives permettant de créer des mécanismes pour une coordination améliorée et une gestion intégrée des biens du patrimoine mondial en Lituanie, et un document d'accompagnement dans le but d’améliorer la coordination et la gestion intégrée du bien du patrimoine mondial de la Vieille ville de Vilnius. Toutefois, le rapport ne contient pas le texte du règlement sur la protection de la vieille ville de Vilnius, le schéma directeur approuvé en 2007, ni la documentation mise à jour sur la construction de bâtiments de grande hauteur dans la zone tampon, comme l'avait demandé la décision 32 COM 7B.99.

a) Établissement de systèmes de gestion intégrée pour les sites du patrimoine mondial en Lituanie

L’État partie a constitué un groupe de travail placé sous l'autorité du Premier Ministre afin de développer les lignes directrices de l'élaboration de systèmes de gestion intégrée pour tous les sites du patrimoine mondial en Lituanie. Le document intitulé : « Principes du mécanisme de coordination et d'intégration des sites du patrimoine mondial en Lituanie », attend maintenant l'approbation du Gouvernement. L'objet de ces directives est de définir les rôles des institutions gouvernementales, de la société civile et des individus qui participent à la gestion des sites du patrimoine mondial en Lituanie.

Le document provisoire des directives qui est joint en annexe au rapport de l'État partie, inclut les objectifs suivants :

- Comprendre le système de gestion mis en place,

- Assurer une gestion intégrée en portant l'attention sur quatre éléments principaux : intégration territoriale de la gestion ; interaction interinstitutionnelle et pluridisciplinaire; cohérence de la gestion ; et cohérence entre les institutions publiques, le gouvernement local et la société civile,

- Établir une « Déclaration de valeur » pour comprendre les valeurs, l'intégrité et l'authenticité du site,

- Concevoir des instruments de gestion à utiliser au quotidien comme le suivi régulier, la préparation aux risques, le renforcement des capacités, les activités d'information et de sensibilisation, et l’identification des ressources nécessaires aux institutions qui participent à la gestion du site.

Les directives prévoient une commission pour chaque site, composée de la principale autorité gouvernementale responsable de chaque bien et d'autres institutions qui participent d'une manière ou d'une autre à la gestion du site, avec la participation d’ONG et d’organismes de la société civile. Cette commission est censée se réunir au moins une fois tous les trois mois pour discuter des problèmes que pose la gestion du bien. Elle est chargée d'assurer le suivi et de rendre compte des actions menées pour la gestion du bien, mais aussi de discuter des moyens de réduire les impacts de menaces potentielles. Enfin, un rapport annuel est à préparer pour juger de l'efficacité des activités entreprises, noter les changements qui ont pu se produire au cours de l'année écoulée et proposer toutes les réformes nécessaires pour améliorer le système de gestion.

b) Développement du système de gestion intégrée pour le bien du patrimoine mondial de Vilnius

Des informations clés sur la façon dont les directives sont appliquées dans le Centre historique de Vilnius sont présentées dans un document intitulé Mécanisme de coordination et d'intégration du système de gestion du Centre historique de Vilnius – Site du patrimoine mondial.

Le document annonce qu'une « Commission pour la supervision des valeurs du site et la coordination et l'intégration de la gestion du site » a été créée pour surveiller la gestion du bien du patrimoine mondial de Vilnius. Il indique également que la commission a décidé de répondre aux besoins d'amélioration de la coordination et de l'intégration du système de gestion actuel en instaurant un mécanisme de collaboration permanent au lieu d’établir un plan de gestion ponctuel.

Le document donne des informations élémentaires sur le cadre juridique de la planification à Vilnius et un cadre d'intégration territoriale, verticale et horizontale, sans donner de précisions sur les institutions/organisations concernées. Le document poursuit en décrivant un certain nombre de plans et de stratégies qui ont été mis au point pour Vilnius au cours de ces 15 dernières années.

Le document décrit aussi la nécessité d'une meilleure compréhension de la valeur du site et propose un exercice à faire en 2009 pour créer une Déclaration de valeur plus approfondie.

Enfin, le document donne les grandes lignes d’un plan de travail pour 2009 qui contient les trois activités suivantes : élaboration de la déclaration de valeur, d'authenticité et d'intégrité pour la Vieille ville de Vilnius (à faire d'ici janvier 2010) ; analyse du système de gestion existant à Vilnius afin d’en évaluer la cohérence et les implications pour la sauvegarde du site du patrimoine mondial (aucun calendrier établi), et organisation du cadre de collaboration institutionnelle nécessaire selon les Directives approuvées par le Gouvernement pour la coordination et l'intégration de la gestion des biens du patrimoine mondial en Lituanie (aucun calendrier établi).

 

c) Autres points

 

Comme cela a été mentionné précédemment, les textes demandés concernant le « Règlement sur la protection de la vieille ville de Vilnius » et la documentation actualisée sur la construction de bâtiments de grande hauteur dans la zone tampon ne figuraient pas dans le rapport de l'État partie. Cependant, l'État partie n'a pas signalé qu'un projet de loi élargi concernant la protection du patrimoine mondial de l'UNESCO en République de Lituanie avait été élaboré et était sur le point d'être approuvé conformément aux procédures nationales. Aucun autre détail n'est fourni sur cette nouvelle législation.

 

Tout en regrettant que l’État partie n’ait pas communiqué les informations requises sur le « Règlement sur la protection de la vieille ville de Vilnius » et la documentation actualisée sur la construction de bâtiments de grande hauteur dans la zone tampon, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives voient dans les nouvelles directives un premier pas positif vers la mise en place d'une gestion intégrée des biens du patrimoine mondial de la Lituanie et, en particulier, de la Vieille ville de Vilnius. Sans constituer pour autant un plan de gestion, l'approche développée donne un moyen de contrôler et d'ajuster le système de gestion locale complexe pour assurer la protection de la valeur universelle exceptionnelle du bien du patrimoine mondial. Cette approche en est encore dans sa phase initiale de développement, mais ses principes et sa conception globale de l'intégration sont extrêmement louables. Une fois expérimentée, ce pourrait être un modèle très utile pour la gestion d'autres villes du patrimoine mondial.

 

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives voudraient, cependant, clarifier que, plus qu'une « déclaration de valeur », comme c’est mentionné dans le rapport, l'État partie devrait travailler sur une Déclaration de valeur universelle exceptionnelle telle qu'elle est actuellement définie au paragraphe 155 des Orientations. Cette Déclaration de valeur universelle exceptionnelle doit être la base de toutes les décisions de gestion et de conservation sur le bien. En outre, la crainte est que même si les Directives de l'État partie pour les biens du patrimoine mondial en Lituanie soulignent le rôle important des citoyens qui ont périodiquement des occasions de débattre et de redéfinir les valeurs singulières du patrimoine, il est essentiel de comprendre que la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle d'un bien du patrimoine mondial doit être fondée sur les valeurs reconnues lors de l'inscription, y compris les conditions d'intégrité et d'authenticité, et ne peut pas être ajustée après l'inscription sans l'approbation du Comité du patrimoine mondial.

 

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives font remarquer, d'autre part, que même si le cadre établi par l'État partie est une première initiative très positive, il est indispensable pour la commission de commencer à tenir ses réunions régulièrement tous les trois mois, comme cela est énoncé dans les directives. La nouvelle commission devra également fixer un ensemble d'objectifs et de méthodes clairement définis et basés sur la conservation, ainsi qu'un processus décisionnel axé sur la protection de la valeur universelle exceptionnelle du bien. Le travail d'élaboration de la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle et l'analyse et l'évaluation supplémentaires de l’actuel système de gestion sont aussi nécessaires, à titre prioritaire, afin de donner à la commission nouvellement créée les informations nécessaires à la discussion et à la prise de décisions. Enfin, il convient d'établir la relation entre les délibérations et les décisions de la commission et les plans et stratégies en vigueur (comme l’énonce le rapport) dans le but de réconcilier les différents instruments de planification visant à assurer une approche intégrée de la gestion du site.

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 33 COM 7B.112

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B,

2. Rappelant la décision 32 COM 7B.99, adoptée à sa 32e session (Québec, 2008),

3. Regrette que l'État partie n'ait pas fourni les éléments relatifs au « Règlement sur la protection de la vieille ville de Vilnius » et la documentation mise à jour sur la construction de bâtiments de grande hauteur dans la zone tampon, comme cela avait été demandé par le Comité à sa 32e session (Québec, 2008) ;

4. Félicite l'État partie pour la qualité novatrice des directives proposées en vue d'améliorer la coordination et la gestion intégrée de tous les biens du patrimoine mondial en Lituanie et de la Ville du patrimoine mondial de Vilnius en particulier, et invite l'État partie à continuer d'explorer et de développer ce mécanisme pour le mettre en oeuvre dans son intégralité ;

5. Demande que la nouvelle commission pour le bien commence son travail régulier dès que possible, avec un ensemble d'objectifs et de méthodes de conservation clairement définis, ainsi qu'un processus décisionnel qui mette l'accent sur la protection de la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

6. Engage à poursuivre le travail d'élaboration de la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle qui repose sur les valeurs reconnues au moment de l'inscription, ajouté à l'analyse et à l'évaluation du système de gestion existant, et une proposition visant à réconcilier les différents instruments de qualification de façon à obtenir une approche intégrée de la gestion du bien ;

7. Réitère sa demande à l'État partie de soumettre l'information demandée par le Comité du patrimoine mondial à sa 32e session en ce qui concerne la législation afférente au bien (et toute nouvelle législation), les instruments de planification en vigueur pour assurer la protection du bien et les réglementations sur la construction de bâtiments élevés susceptibles d'avoir un impact sur l'intégrité visuelle ;

8. Demande aussi à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2011, un rapport détaillé sur les avancées dans l'élaboration et la mise en oeuvre des directives proposées pour améliorer la coordination et la gestion intégrée des biens du patrimoine mondial en Lituanie, avec une référence particulière à la Vieille ville de Vilnius, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011.