1.         Vieille ville de Galle et ses fortifications (Sri Lanka) (C 451)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1988

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/451/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1997-1997)
Montant total approuvé : 3 334 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/451/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

2002 : mission Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; novembre 2007 : mission consultative d’un expert de l’UNESCO ; avril / mai 2008 : mission consultative du bureau UNESCO/New Delhi

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Nécessité d'un plan de gestion et de développement ;

b) Constructions intrusives et illégales au sein du terrain de cricket de Galle ayant un impact sur l’intégrité du bien ;

c) Impacts potentiels sur l’intégrité du bien d’un projet de construction portuaire.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/451/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2009

Une mission de l’UNESCO réalisée en mai 2008 a considéré que le bien était menacé en raison du fort impact sur l’intégrité du site du stade international de cricket de Galle et d’un projet d’aménagement portuaire.

Le Comité du patrimoine mondial a demandé à sa 32e session (Québec, 2008) (décision 32 COM 7B.77) à l’État partie d’entreprendre une série de mesures palliatives à court et long terme pour le stade de cricket, comme recommandée par la mission, qui a suggéré en priorité d’abolir les édifices illégaux et toutes les structures afférentes, d’abaisser l’édifice du milieu d’un étage et réduire l’impact des grillages. Le Comité du patrimoine mondial a également demandé à l’État partie d’abandonner ou de réduire l’importance du projet d’aménagement portuaire ; de renforcer les capacités au sein des autorités compétentes ; d’élaborer un plan de gestion et de conservation global pour le bien ; et de soumettre au Centre du patrimoine mondial les limites révisées pour le bien et sa zone tampon incorporant les importantes découvertes archéologiques sous-marines faites ces dernières années dans la baie à l’est de la vieille ville.

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation au Centre du patrimoine mondial le 30 janvier 2009. Le rapport décrit les progrès réalisés suivants :

a) Constructions illégales sur le terrain de cricket de Galle

L’État partie a fait état de la démolition d’un édifice appartenant au conseil municipal de Galle sur le terrain de cricket mais ne précise pas si cet édifice correspond à l’un des bâtiments identifiés dans les mesures à court terme recommandées par la mission ou s’il fait partie de l’enlèvement complet à long terme du terrain de cricket. L’État partie indique également “qu’il est prévu que les bâtiments municipaux restants soient démolis lorsque le nouvel édifice proposé sera achevé”. Toutefois, aucun détail n’est donné quant à la composition du nouvel édifice ni sur sa date d’achèvement. D’autres actions futures identifiées par l’État partie incluent la réduction d’un bâtiment initialement de cinq étages à trois étages et la décision de construire l’écran de repère du côté des remparts avec un système hydraulique grâce auquel une toile pourra être tendue uniquement en cas de match.

b) Projet de construction portuaire

Le projet d’aménagement portuaire a été réduit en vertu de plusieurs mesures dont la réduction des routes et de la zone d’assèchement, la réduction du port à conteneurs à deux quais polyvalents afin d’exclure les grues portiques, la conversion des silos à farine et ciment en silos horizontaux, l’utilisation d’une méthode de micro-décapage et stations de surveillance pour minimiser les vibrations, la réduction de la hauteur des murs brise-lames et l’interdiction de construire des édifices élevés. Aucun plan n’a été remis.

c) Révision des limites

La révision des limites du bien et de sa zone tampon est en cours. L’État partie n’a pas communiqué de date de réalisation ni date de soumission au Centre du patrimoine mondial.

d) Gestion

L’amélioration des capacités et processus des autorités compétentes a progressé grâce à une dotation en fonds et personnel du ministère des Affaires culturelles et du patrimoine national à la Fondation du patrimoine de Galle (Galle Heritage Foundation). Une expertise a également été fournie par le fonds culturel central et le département d’archéologie. Un projet de plan de conservation globale a été préparé et l’État partie a fait savoir qu’il sera remis au Centre du patrimoine mondial dès qu’il aura été finalisé.

e) Informations complémentaires

D’autres actions ont été signalées par l’État partie, notamment conservation de soixante maisons historiques et de quatre autres édifices historiques dans la zone portuaire de Galle, création d’un musée biologique maritime, planification en vue de la création future d’un musée archéologique et historique maritime et d’un centre d’information touristique, proclamation de plusieurs programmes de sensibilisation sur la valeur universelle exceptionnelle et la conservation du bien, rationalisation du processus d’autorisation de construction pour empêcher les constructions illégales, restauration de 75% du système d’assainissement du port de Galle détruit par le tsunami, et planification en vue de la création d’un institut de recherche et de formation maritime pour la région Asie dans le fort de Galle et d’un musée sous-marin, dans les eaux au pied du fort de Galle.

Le Centre du patrimoine mondial et les organisations consultatives notent le travail considérable accompli par l’État partie pour conserver les bâtiments historiques et remettre en état le système d’assainissement au sein du bien du patrimoine mondial. Étant donné l’engagement dont a fait preuve l’État partie en faveur de la conservation du bien, le Centre du patrimoine mondial et les organisations consultatives sont convaincus que le processus de démolition qui vient de commencer sur le stade de cricket se poursuivra mais aimeraient toutefois demander quelques éclaircissements sur le programme de démolition.

Bien que le Centre du patrimoine mondial et les organisations consultatives reconnaissent l’intention de l’État partie de réduire de manière significative le projet d’aménagement portuaire, des plans doivent être soumis avec une Évaluation d’impact environnemental. Ils considèrent qu’une mission sur site pour évaluer les points susmentionnés, dont le projet d’aménagement portuaire, serait recommandée, lorsque l’Évaluation d’impact environnemental aura été effectuée.

Dans le cadre du prochain exercice de soumission de rapports périodiques pour la région Asie-Pacifique, le Centre du patrimoine mondial et les organisations consultatives prêteront assistance à l’État partie pour formuler une Déclaration de valeur universelle exceptionnelle pour le bien.

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 33 COM 7B.82

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B,

2. Rappelant la décision 32 COM 7B.77, adoptée à sa 32e session (Québec, 2008),

3. Note les efforts de l'État partie concernant la conservation et restauration du bien et du réseau d'assainissement, et les progrès accomplis dans la mise en oeuvre des recommandations de la mission de 2008 concernant l'enlèvement des constructions du stade de cricket ;

4. Note également l'intention de l'État partie de réduire l'étendue du projet d'aménagement portuaire ;

5. Prie instamment l'État partie d'effectuer une Évaluation d'impact environnemental du projet d'aménagement portuaire proposé de manière prioritaire et d'en soumettre les résultats au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2010, pour examen par les Organisations consultatives ;

6. Demande à l'État partie d'inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial / ICOMOS sur le bien en 2010, pour conseiller sur la question de l'aménagement portuaire lorsque l'Évaluation d'impact environnemental aura été réalisée ;

7. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial dès que possible des détails complémentaires sur la démolition des bâtiments illégaux construits dans le stade international de cricket de Galle, incluant des précisions sur les édifices démolis, sur les bâtiments devant être démolis, ce que le projet de nouvel édifice mentionné dans le rapport de l'État partie comprend et le calendrier d'achèvement de ces travaux, et ce, au plus tard avant le 31 octobre 2009 ;

8. Demande enfin à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2010, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session, un rapport détaillé comprenant :

a) Les limites révisées du bien et de sa zone tampon, pour tenir compte des récentes découvertes archéologiques sous-marines faites dans la baie à l'est de la vieille ville,

b) Le plan de gestion et de conservation global finalisé, et

c) Le rapport détaillé sur les progrès accomplis concernant les recommandations susmentionnées ;