1.         Îles de Gough et Inaccessible (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord) (N 740bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1995

Critères  (vii)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/740/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/740/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Sérieuses menaces envers l’importante colonie d’oiseaux par une espèce invasive (souris)

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/740/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2009

Le Centre du patrimoine mondial et l'UICN ont relevé que dans le rapport sur l'état de conservation de l'Île d'Henderson (Royaume-Uni) présenté à la 32e session du Comité du patrimoine mondial, il était rendu compte des impacts des espèces invasives. Un problème identique constitue une grande menace pour les colonies d'oiseaux de mer sur l'Île de Gough, un des territoires constituant le bien du patrimoine mondial, Île de Gough et Inaccessible (Royaume-Uni).

L'État partie a donc remis un rapport sur l'état de conservation du bien du patrimoine mondial le 1er février 2009. L'État partie signale que d'importantes colonies d'oiseaux de mer sur l'Île de Gough sont actuellement menacées par deux espèces invasives: a) des rongeurs, descendants des souris domestiques amenées là par des bateaux au 19e siècle, qui menacent tout particulièrement les oiseaux de l'île en s'attaquant aux œufs et aux oisillons; et b) une plante couvre sol invasive, la sagine couchée (Sagina procumbens), découverte pour la première fois en 1990 et recouvrant les falaises près de la mer sur l'Île de Gough. De denses tapis de cette plante invasive se sont formés sur les terrains escarpés et entrent en vive compétition avec la végétation préexistante.

Le Gouvernement du Royaume-Uni soutient la Société royale de protection des oiseaux (Royal society for the Protection of Birds – RSPB), dans le cadre d'un Programme environnemental conjoint des territoires d'outremer (Joint Overseas Territories Environnement Programme – OTEP), afin d'étudier la faisabilité d'une éradication des rongeurs. Ce programme a également accordé un financement au Gouvernement de Tristan da Cunha pour l'éradication de la sagine couchée. En mai 2008, la RSPB a publié une étude sur la possibilité d'éradication des souris domestiques de l'Île de Gough.

L'État partie n'a donné que peu d'informations sur l'impact des espèces invasives sur la valeur universelle exceptionnelle et sur l'intégrité du bien. Cependant, des recherches menées sur l'île par la RSPB, l'Université du Cap et d'autres institutions montrent un sérieux déclin de plusieurs espèces d'oiseaux. La Liste rouge des espèces menacées de l'UICN a révisé le statut de conservation de plusieurs espèces en déclin, y compris l'espèce menacée du gorfou rockhopper du Nord et les espèces dangereusement menacées que sont l'albatros de Tristan et le bruant de Gough. Des études, menées en 2007, suggèrent que la population de bruants de Gough s'élève à 400-500 couples.

Les recherches menées par le Forum pour la conservation des territoires d'outremer du Royaume-Uni (The United Kingdom Overseas Territory (UKOT) Conservation Forum) indiquent que les souris sont responsables de l'échec des reproductions des albatros de Tristan et des pétrels de Schlegel. Le Forum pour la conservation fait également état de menaces pour les populations d'oiseaux présentes sur le territoire du bien provenant de la pêche à la palangre pratiquée dans le secteur, avec des impacts importants sur au moins cinq des espèces d'oiseaux de mer présents sur le territoire du bien dont, l'espèce dangereusement menacée, l'albatros de Tristan. L'État partie signale que le service des affaires rurales et de l'alimentation du Ministère de l'environnement du Royaume-Uni (UK Department for Environnement, Food and Rural Affairs - DEFRA) a envoyé un de ses représentants, basé sur les Îles Falkland, pour apporter une aide supplémentaire, dans le cadre de l'engagement du Royaume-Uni à l'Accord pour la conservation des albatros et des pétrels (Agreement on the Conservation of Albatrosses and Petrels – ACAP).

Le Centre du patrimoine mondial et l'UICN rappellent qu'en 2000 le Bureau du patrimoine mondial avait examiné la situation de l'Île de Gough et pris note de l'information faisant état de l'éradication des espèces invasives de sagine, et qu'il avait invité l'État partie à exercer une surveillance approfondie de la situation à venir sur le territoire du bien. L'UICN estime que l'éradication et la gestion des espèces invasives requièrent des efforts soutenus et permanents et un suivi financé de façon appropriée afin de soutenir les recherches nécessaires et les programmes de contrôle. Le Centre du patrimoine mondial et l'UICN encouragent l'État partie à travailler en collaboration avec toutes les agences en charge de coordonner les actions d'urgence visant à éradiquer les espèces invasives et à gérer le développement de futures espèces du même type, et, à partager son expérience avec les autres États parties.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 33 COM 7B.32

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le Document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant les Décisions 28 COM 14B.17 et 32 COM 7B.27 adoptées respectivement lors de ses 28e (Suzhou, 2004) et 32e (Québec, 2008) sessions,

3. Prend note des efforts en cours dans le domaine de la recherche sur le territoire du bien ;

4. Constate avec préoccupation les menaces pour le bien que constituent les espèces invasives et le déclin du statut conservatoire du gorfou sauteur du nord, de l'albatros de Tristan et des bruants de Gough ;

5. Demande à l'État partie de garantir les programmes d'éradication de la sagine (Sagina) au moins au cours des trois prochaines années, d'éradiquer les souris d'ici cinq ans, et prie instamment l'État partie d'accorder un financement suffisant à la rapide mise en oeuvre des projets d'éradication des espèces introduites ;

6. Demande également à l'État partie de soutenir les recherches visant à identifier les causes du déclin des populations d'oiseaux et à définir des mesures conservatoires pour inverser les tendances de ce déclin; y compris par une évaluation des possibles actions de gestion visant à remédier au déclin des populations d'oiseaux marins causé par la pêche à la palangre ;

7. Demande en outre à l'État partie de remettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2012, un rapport actualisé sur l'état d'avancement du programme d'éradication et une évaluation du statut et des menaces sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et l'UICN.