1.         Zone archéologique de Chan Chan (Pérou) (C 366)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1986

Critères  (i)(iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   1986-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

L'État partie prépare un projet de déclaration d'état de conservation souhaité qui sera soumis au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives.

Mesures correctives identifiées

a) Mise en œuvre intégrale et systématique du plan de gestion : obtention d'un financement durable, respect des lignes de conduite et des politiques prescrites, adhésion aux décisions institutionnelles prises pour la conservation, la présentation et la revalorisation du bien ;

b) Mise en application des cadres législatifs et réglementaires déjà votés par l'État partie qui permettraient de traiter le problème des occupations illégales et des activités au sein du bien. Collaboration avec les autorités compétentes pour déplacer les occupants ;

c) Diffusion à grande échelle du plan de gestion parmi les groupes d'intérêt afin de renforcer le soutien public et privé dans sa mise en œuvre ;

d) Collaboration avec les entités partenaires en vue de définir des mesures réglementaires pour la gestion de la zone tampon et du site du patrimoine mondial. Des projets précis pour le bien et son zonage doivent être transmis aux parties prenantes ;  

e) Délimitation physique du bien : barrières de végétation, murs d'enceinte, etc.;

f) fMesures de conservation prioritaires : contrôle et abaissement du niveau de la nappe phréatique, conservation des murs d'enceinte, ré-enterrement / comblement des zones fragiles avec des surfaces décorées ;

g) Elaboration d'un plan de préparation aux urgences et aux interventions en cas de catastrophes.

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

a) Obtention du financement nécessaire à la mise en œuvre du plan de gestion en 2008 ;

b) Mise en place des décisions institutionnelles opérationnelles en 2008 (conformément au plan de gestion);

c) Actions prises contre les occupations illégales et réglementation des activités sur le site en 2009 et au-delà ;

d) Plan de préparation aux urgences et aux interventions en cas de catastrophes en 2008 ;

e) Achèvement des travaux de drainage avant la fin de 2007 ;

f) Réalisation des travaux de conservation prioritaires en 2009 ;

g) Réalisation des autres travaux de conservation et d'entretien en 2008 et au-delà ;

h) Gestion et coordination des travaux effectués par d'autres secteurs dans la zone tampon en 2008 et au-delà.

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/366/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1987-1998)
Montant total approuvé : 118 700 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/366/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1997 : mission ICOMOS ; février 2007 : mission Centre du patrimoine mondial / ICOMOS / ICCROM 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Détérioration continue des structures architecturales en terre et des surfaces décorées en raison du manque de conservation et d'entretien ;

b) Occupation illégale du bien ;

c) Activités agricoles non réglementées ;

d) Elévation du niveau de la nappe phréatique ;

e) Retard dans la mise en œuvre de mesures de protection (législation et réglementations déjà votées par les autorités nationales).

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/366/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2009

La zone archéologique de Chan Chan est sur la Liste du patrimoine mondial en péril depuis son inscription au patrimoine mondial en 1986. L'État partie a entrepris plusieurs actions visant à atténuer le délabrement du site, y compris en élaborant un plan de gestion mais des ressources financières insuffisantes et un manque de continuité dans la mise en œuvre des mesures ont entravé leur réussite. Une mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM s'est déroulée du 19 au 23 février 2007 et a établi une liste d'actions à entreprendre afin de retirer le bien de la Liste du patrimoine mondial en péril.

A sa 32e session (Québec, 2008), le Comité du patrimoine mondial, constatant de nouvelles pressions exercées par l'industrie touristique, a demandé à l'État partie d'inclure au sein du plan de gestion un projet de gestion des visites et de l'usage public du bien. Le Comité a également demandé à l'État partie de développer un État de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le rapport de l'État partie a été reçu le 3 février 2009. Il détaille les progrès accomplis dans la mise en œuvre des mesures correctives identifiées et dans le respect des échéances fixées pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril.

 a) Mise en œuvre totale et systématique du plan de gestion

La structure de gestion (l'Unité exécutrice 110- Unidad Ejecutora 110) poursuit la mise en œuvre et l'application du plan de gestion, en mettant l'accent sur la conservation et la diffusion d'informations.

b) Faire appliquer la loi et les règlements

Les décrets d'application de la loi No 28261 sont en attente depuis 2005, ils sont actuellement en cours d'examen par le Ministère de l'éducation. Des actions ont été entreprises afin de faire cesser l'extraction de terre (à des fins agricoles) dans la zone "d'usage extensif" et de résoudre les problèmes liés à l'occupation illégale dans la zone tampon, et ce, afin de protéger une route préhispanique ayant un lien avec le bien. Grâce à une surveillance accrue, les activités illégales, telles que l'agriculture, le trafic routier et l'occupation de terres ont été contrôlées.

c) Vaste diffusion du plan de gestion

L'État partie a poursuivi la diffusion du plan par différents moyens tant auprès du public que des entités privées. La structure de gestion a en outre mis en place un programme visant à faire connaître le plan de gestion auprès des élèves des écoles primaires et secondaires et des étudiants de l'université pour qu'ils prennent conscience de l'importance du bien et qu'ils emploient tous les efforts nécessaires à la conservation du bien. A ce jour, l'État partie recense 15.000 participants au programme.

d) Collaboration avec diverses entités afin de définir des règlementations pour la gestion de la zone tampon et du bien

Le plan du site et ses limites ont été mis à jour au moyen d'une technologie moderne. La version révisée du plan a été approuvée en novembre 2008 par la Résolution nationale (No 1605 INC). Le projet a été mis en œuvre en collaboration avec l'Instituto per le Tecnologie Applicate ai beni Culturali del Consiglio Nazionale delle Ricerche (ITABC-CNR) de Rome, l'Italie et l'INC (Instituto Nacional de la Cultura). Outre le relevé topographique, il est prévu que soit ensuite créé un Système d'information territoriale. Ces plans ont été inclus dans le rapport de l'État parti. L'Institut National de la Culture a collaboré avec la Municipalité de Trujillo dans la définition d'une zone tampon sur la base des résultats de la nouvelle cartographie. La zone tampon inclura des sites archéologiques ayant un lien avec ceux présents dans le périmètre du bien, mais qui sont à l'extérieur des limites de la zone protégée, de nouvelles mesures règlementaires seront prises pour assurer leur protection. Le plan mis à jour du site et de sa zone tampon sera inclus dans le plan de développement territorial et dans les plans de développement urbain de la Municipalité de Trujillo, accompagné de règlements de zonage et d'usage des terrains actuellement en cours d'examen. Dès qu'ils auront été approuvés, une vaste diffusion sera envisagée.

e) Délimitation physique du bien: barrières de végétation, murs de périmètre, etc.

Des barrières de végétation ont été plantées pour délimiter physiquement le bien au nord, à l'est et à l'ouest. La limite sud du bien a été débarrassée des débris issus de démolitions et des déchets accumulés, contribuant ainsi à la reconquête du paysage et à la promotion de la conservation environnementale.

f) Mesures prioritaires de conservation

Afin de contrôler les niveaux de surface des nappes phréatiques, des dossiers techniques ont été établis en collaboration avec les autorités locales en charge de l'eau afin que des canalisations d'évacuation complémentaires (DM12A et DM14A) fassent baisser les niveaux actuels au sud du bien. Les canalisations actuelles (10, 11, 12, 13 et 14) ont été entretenues, agrandies et nettoyées afin qu'elles soient plus performantes.

Les actions de conservation se sont concentrées sur les murs d'enceinte des Palais Tschudi et Bandelier et sur des zones prioritaires pour stabiliser les architectures risquant de s'écrouler. Les Palais ont été entretenus régulièrement, la végétation a été supprimée et les murs ont été temporairement protégés. Pour prévenir les effets de la pluie sur le tissu historique, l'installation d'abris provisoires et de systèmes d'évacuation est en cours d'évaluation afin de remplacer les structures existantes au palais Tschudi, à Huacas Arco Iris et à Esmeralda. Le financement est assuré pour 2009 et 2010 afin de poursuivre les actions de conservation conformément au plan d'action prioritaire présenté dans le plan de gestion.

g) Etablissement d'un plan d'urgence et de préparation aux désastres

La première phase de l'évaluation des risques est achevée et est utilisée comme base de travail pour la préparation de la révision du plan d'urgence de l'Institut National de la Culture et de la structure de gestion. Des études complémentaires s'avérant nécessaires, l'État partie prévoit l'achèvement du plan pour fin 2009.

 

En ce qui concerne le calendrier de mise en œuvre des mesures correctives, l'État partie signale:

a) Financement nécessaire garanti  à la mise en œuvre du plan de gestion en 2008

Le financement a été assuré en 2008 pour la mise en œuvre des mesures prioritaires, cependant pour 2009, il dépend du budget de l'état établi par le Gouvernement pour l'année fiscale 2009.

b) Accords institutionnels en cours en 2008 (par l'entremise du plan de gestion)

L'État partie a renforcé la collaboration institutionnelle et favorisé des synergies durables et permanentes pour la mise en œuvre du plan, les interventions pour le contrôle des niveaux de surface de la nappe phréatique, les travaux d'urgence, les projets de conservation et de protection du bien en témoignent.

c) Problème de l'occupation illégale résolu et activité sur le site réglementée pour 2009 et au-delà

Des mesures règlementaires sont actuellement à l'examen pour approbation.

d) Plan d'urgence et de préparation aux risques en 2008

En cours d'établissement, son achèvement est prévu pour fin 2009.

 e) Travaux d'évacuation des eaux achevés en 2007

Le calendrier a été suivi, l'installation de canalisations complémentaires est à l'étude afin d'atténuer les risques potentiels liés aux niveaux de surface des nappes phréatiques.

f) Travaux de conservation prioritaires en 2009

Le plan d'action proposé permettra de poursuivre les interventions destinées à résoudre les problèmes de conservation prioritaires, en accord avec le schéma directeur, l'exécution de ces interventions dépendra du budget de l'année fiscale 2009.

g) Autres travaux de conservation et d'entretien en 2008 et au-delà

Une collaboration durable entre des entités tant au plan national qu'international est à l'étude afin d'assurer la mise en œuvre du plan de gestion.

h) Gestion et coordination de travaux entrepris par d'autres entités dans la zone tampon en 2008 et au delà

La collaboration entre l'INC et la Municipalité de Trujillo a connu de grands succès concrétisés par la création d'une zone tampon et la prise de mesures règlementaires.

Bien que d'importants progrès aient été accomplis dans l'amélioration de l'état de conservation du bien, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives restent préoccupés par l'application encore partielle des mesures et des règlementations destinées à assurer la protection du bien et de son environnement. De même, les progrès accomplis dans le domaine du plan de gestion sont réels mais les structures et les ressources nécessaires afin d'assurer un caractère durable à la gestion du bien restent à définir. Ceci ne concerne pas seulement les moyens financiers mais aussi l'expertise technique nécessaire afin de relever les grands défis représentés par la conservation d'un bien aussi fragile et de répondre de façon appropriée et efficace aux problèmes quand ils se présentent.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives prennent note que la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle, incluant les conditions d'intégrité et d'authenticité, et l'État de conservation souhaité n'ont pas été remis, mais ont pu comprendre que l'État partie travaillait actuellement à la rédaction de ceux-ci.

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 33 COM 7A.29

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7A,

2. Rappelant la décision 32 COM 7A.29, adoptée à sa 32e session (Québec, 2008),

3. Note avec satisfaction et apprécie les importants progrès accomplis dans la mise en oeuvre des mesures correctives dans le respect du calendrier, en particulier, en ce qui concerne la mise en oeuvre du plan de gestion ;

4. Prend note du fait que l'Etat partie a rédigé une proposition d'état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril et prie instamment l'Etat partie de compléter sa révision en coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session en 2010 ;

5. Note également la mise à jour des plans du bien et de la création d'une zone tampon qui s'articulera avec d'autres instruments de planification tant au niveau territorial que municipal et demande à l'État partie de soumettre les nouvelles limites de la zone tampon, explicitées par la cartographie appropriée et assorties d'un cadre légal nécessaire à sa réglementation et à sa protection, à l'approbation du Comité du patrimoine mondial ;

6. Réaffirme sa préoccupation concernant le manque de mise en vigueur de la législation de protection et des mesures règlementaires dans leur totalité visant à garantir la protection du site et prie instamment l'État partie d'en achever la révision afin que le caractère durable de la gestion du bien soit assuré ;

7. Réitère également sa demande à l'État partie de développer, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle, dans le cadre de l'Inventaire rétrospectif de l'Amérique latine et des Caraïbes qui doit commencer fin 2009 ;

8. Réitère en outre sa demande à l'État partie afin que, au vu des nouvelles pressions exercées par l'industrie touristique, les dispositions relatives à la gestion des visiteurs et à l'usage du bien par le public soient révisées et soient intégrées au sein du plan de gestion ;

9. Note les avancées faites par l'État partie dans la préparation d'un plan d'urgence et de préparation aux catastrophes et demande qu'un exemplaire en soit adressé au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives dès qu'il sera finalisé fin 2009;

10. Demande également à l'État partie d'assurer à la structure de gestion (Unidad Ejecutora 110) un financement afin qu'elle garantisse la mise en oeuvre des activités prévues dans le plan de gestion ;

11. Demande en outre que l'État partie remette au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2010, un rapport détaillé sur l'état de conservation du bien et sur les progrès accomplis dans la mise en oeuvre des recommandations ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 34e session, en 2010 ;

12. Décide de maintenir la zone archéologique de Chan Chan (Pérou) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 33 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-09/33.COM/7A et WHC-09/33.COM/7A.Add, WHC-09/33.COM/7A.Add.2 et WHC-09/33.COM/7A.Corr),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :