1.         La Cathédrale, l'Alcázar et l'Archivo de Indias de Séville (Espagne) (C 383bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1987

Critères  (i)(ii)(iii)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/383/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/383/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Constructions de grande hauteur à proximité du bien 

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/383/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2010

Le 28 janvier 2010, l'État partie a remis un rapport sur l'état de conservation du bien. Ce rapport donne des réponses aux demandes formulées par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 33e session (Séville, 2009) visant à entreprendre une évaluation d'impact global du projet d'aménagement de la tour Cajasol (Torre Cajasol) sur la valeur universelle exceptionnelle du bien du patrimoine mondial et sur son cadre, à rédiger un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle pour examen par le Comité du patrimoine mondial, et à définir une zone tampon.

Le Comité du patrimoine mondial a également demandé à l'État partie de faire cesser tous les travaux de construction relatifs à ce projet jusqu'à l'achèvement de l'évaluation d'impact global et son examen par l'ICOMOS. Cette demande n'a pas été suivie d'effet.

a) Le projet de tour Cajasol

Le projet de construction d'un bâtiment de 39 niveaux, dont 36 étages au dessus du niveau du sol, est situé sur la rive occidentale du Guadalquivir à environ 600 mètres des limites de l'Alcázar qui, avec la Cathédrale et l'Archivo de Indias composent le bien sur la rive orientale du fleuve. Ce projet s'intègre dans l'aménagement d'une zone connue sous le nom de Puerto Triana qui s'étend sur 66.500 mètres carrés. La hauteur de la tour est environ deux fois celle de la Giralda.

L'État partie fait état de la création d'un comité national d'experts destiné à étudier l'impact de la tour sur le bien du patrimoine mondial. Le rapport rédigé par ce comité est joint à celui de l'État partie.

Le comité d'experts a envisagé sa mission comme un examen de l'impact de la tour sur le paysage environnant. Bien qu'au moment de l'inscription seuls trois bâtiments aient été inscrits, l'ensemble architectural exceptionnel, reflet du pouvoir et de l'influence de Séville au temps de la colonisation de l'Amérique, comprend également un certain nombre de bâtiments telle la Tour de l'Or (Torre de Oro) qui constituent un ensemble architectural autour du fleuve. Cette particularité a été reconnue dans le rapport périodique rédigé en 2006 par l'État partie qui recommandait l'extension de la zone inscrite vers le fleuve afin d'y inclure "la Torre de Oro » surplombant le port de Séville.

Le comité d'experts a estimé que bien que le projet de tour ne puisse pas être jugé comme ayant un impact visuel sur les 3 composantes du bien, il a cependant un impact négatif potentiel sur une "zone de transition qui doit absolument être en dialogue avec la ville historique". Les experts recommandent qu'une zone tampon soit définie, elle devrait englober tous les éléments importants du paysage urbain historique liés à la colonisation. Le comité recommande également que des plans spéciaux pour chacune des trois composantes du bien soit établis de toute urgence et qu'ils s'intègrent dans le cadre du Schéma directeur de planification urbaine de 2006.

Le comité d'experts a également résumé les problèmes de planification et d'autorisations accordées. Le permis de construire de la tour Cajasol a été accordé avant l’entrée en vigueur, en 2007, de la Loi régionale sur le patrimoine historique d'Andalousie. Les travaux ont déjà commencé avec la préparation du creusement des fondations et des parkings dans le sous-sol.

b) Zone tampon

Le rapport de l'État partie inclut un projet de zone tampon d'une superficie de 205 hectares, liée aux trois composantes du bien pour des raisons historiques, patrimoniales et visuelles. Cette zone tampon comprend également des parties du fleuve, celui-ci ayant eu un rôle dans le développement de la ville, et des zones sur l'autre rive. Dans cette zone tampon, la Giralda constituera un point de repère vertical. Cette zone tampon se trouve dans "l'ensemble historique de Séville" (Conjunto histórico de Sevilla) défini en 1990, qui a été déclaré "bien d'intérêt culturel". Le site de la tour Cajasol ne fait pas partie du projet de zone tampon.

c) Las Atarazanas

Conformément au paragraphe 172 des Orientations, l'État partie a remis les informations principales sur un projet concernant un important ensemble d'entrepôts de style gothique mudejar dont la construction date du 13e siècle. Ils ont déjà subi de nombreuses transformations au cours des années. En 1993, l'ensemble a été restauré afin d'accueillir des activités culturelles. Le nouveau projet de restauration proposé par la Fondation Caixa prévoit d'inclure les bâtiments dans un vaste complexe culturel.

Le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS estiment que l'évaluation d'impact du projet de la tour Cajasol sur le cadre du bien du patrimoine mondial identifie avec justesse l'impact négatif du bâtiment sur la relation entre les trois composantes du bien et le contexte urbain, et donc sur la valeur universelle exceptionnelle et l'intégrité de leur cadre. Ils estiment que, comme recommandé dans le rapport périodique de l'État partie de 2006, les trois composantes du bien devraient être en relation avec d'autres sites avoisinants afin de les situer dans un contexte plus défini. Afin de mieux envisager les éléments déterminants du bien, il est nécessaire de comprendre leur lien avec le développement de la ville et en particulier avec le fleuve. Le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS estiment qu'il est de la plus grande importance que la zone que l'État partie a désormais définie comme zone tampon puisse être protégée. Cependant, cette mesure n'empêcherait pas l'impact négatif sur l'intégrité visuelle de l'ensemble que pourrait créer la construction de tours de grande hauteur.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 34 COM 7B.100

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7B,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.123, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Prend note des informations remises par l'Etat partie sur les conclusions du comité d'experts mis en place pour évaluer l'impact du projet Torre Cajasol sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, et de l'impact négatif potentiel que cette tour aura sur la «zone de transition avec la ville historique» ;

4. Regrette que l'Etat partie n'ait pas arrêté les travaux de construction de ce projet et note qu'il a entrepris des travaux préliminaires pour ce projet;

5. Demande à l'Etat partie de reconsidérer le projet actuel afin d'éviter tout possible impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

6. Demande également à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici juin 2011, un rapport sur l'Etat de conservation du bien et sur les mesures prises afin d'éviter tout impact négatif possible sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011.

Décision adoptée: 34 COM 8B.61

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les documents WHC-10/34.COM/8B et WHC-10/34.COM/INF.8B1.Add,

2. Approuve la zone tampon de La Cathédrale, l'Alcázar et l'Archivo de Indias de Séville, Espagne;

3. Note que le conseil municipal s'est engagé à finaliser les catalogues manquants pour les secteurs de la zone tampon, et prie instamment l'Etat partie de veiller à ce qu'ils soient mis en place dans les plus brefs délais;

4. Note également que les projets de développement en dehors des délimitations de la zone tampon seront soumis à des études d'impact sur le bien inscrit, en application de la Loi de 2007 sur le patrimoine historique, et prie également instamment l'Etat partie de veiller à ce qu'elles soient appliquées rigoureusement.

Décision adoptée: 34 COM 8E

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le Document WHC-10/34.COM/8E,

2. Adopte les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle, telles que présentées dans l'Annexe I des Documents WHC-10/34.COM/8E, WHC-10/34.COM/8E.Add et WHC-10/34.COM/8E.Add2 pour les biens du patrimoine mondial suivants:

3. Décide que les déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial en péril seront passées en revue en priorité;

4. Décide également que, compte tenu du grand nombre de déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle à examiner, l'ordre dans lequel elles seront passées en revue suivra le deuxième cycle de soumission de Rapports périodiques, tel que: