1.         Parc national des Everglades (États-Unis d'Amérique) (N 76)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   1993-2007, 2010-présent

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/76/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/76/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Avril 2006 : participation de l'UICN à un atelier technique ayant pour but l'identification de repères et de mesures correctives

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Quantité et qualité de l'eau rentrant dans le bien ;

b) Empiètement urbain ;

c) Pollution provoquée par des engrais agricoles ;

d) Contamination des poissons, de la faune et de la flore par le mercure ;

e) Baisse du niveau des eaux provoquée par des mesures de contrôle des flux ;

f) Dégâts provoqués par les ouragans.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/76/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2010

Le 5 mars 2010, un rapport a été soumis par l’État partie sur l’état de conservation du bien. Ce rapport décrit les menaces qui pèsent sur l’écosystème aquatique des Everglades, rend brièvement compte des progrès accomplis dans la mise en œuvre des neuf mesures correctives identifiées lorsque le bien a figuré sur la Liste du patrimoine mondial en péril, examine la vulnérabilité du bien au changement climatique et à l’augmentation du niveau de la mer et demande au Comité du patrimoine mondial de considérer la réinscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. L’État partie propose également de réaliser un certain nombre de projets d’infrastructure hydraulique supplémentaires afin de restaurer entièrement et protéger la valeur universelle exceptionnelle du bien.

a) Altérations du régime hydrologique

L’État partie signale que la quantité d’eau rentrant dans le bien a été réduite de 60% à cause de détournements d’eau au profit de développements agricoles et urbains en amont du bien. Cette réduction des entrées d’eau a gravement affecté l’écosystème.

Les progrès signalés vis-à-vis des mesures correctives portant sur cette menace sont les suivants :

- Élévation et construction d’un pont sur le Tamiami Trail, ajout de nouveaux éléments d’adduction d’eau et de contrôle des infiltrations et révision des observations sur la gestion de l’eau pour en accroître la quantité et en améliorer la répartition sur le bien :l’État partie rappelle que le National Park Service a travaillé avec les officiers du Génie de l'US Army afin de modifier le projet Central South Florida, dans l’optique d’accroître l’écoulement libre des eaux crucial pour le bien. Ce projet, qui permet de maîtriser les flux et les crues au niveau régional, est en grande partie responsable des 60% de perte d’eau pour le bien. À ce jour, les efforts de mise en œuvre des mesures correctives susmentionnées établies alors que le bien était inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril se sont traduits par des améliorations minimes en termes de quantité et de répartition des flux. Toutefois, l’État partie signale qu’en décembre 2009, la construction d’un pont d’un kilomètre et demi et l’élévation du Tamiami Trail ont commencé, dans le cadre de la seconde phase du projet Modified Water Deliveries (MWD), et devraient être achevées en 2013. L’amélioration de la chaussée permettra l’avancement de la troisième phase du projet MWD, à savoir la construction de nouveaux éléments d’adduction d’eau pour amener l’eau vers Northeast Shark River Slough et à travers les zones protégées amont. Toutefois, l’État partie note que l’amélioration des flux d’eau en vertu du projet MWD sera limitée dans la mesure où cela ne fera que faiblement augmenter le niveau des eaux.

L’État partie conclut que même avec la mise en place des mesures susmentionnées d’ici 2013, d’autres ponts et modifications de routes seront nécessaires pour lever l’obstacle que représente depuis les années 1920 le Tamiami Trail, permettre à l’eau de reprendre son cheminement historique vers l’est, augmenter en conséquence le niveau des eaux et la durée de submersion dans Northeast Shark River Slough, et faire revenir à terme les échassiers. En 2009, le Congrès des États-Unis a demandé au National Park Service d’étudier la faisabilité de la construction d’un autre pont sur le Tamiami Trail afin de permettre à l’eau libre de circuler sous la route, ce qui restaurera l’habitat du bien. L’étude de faisabilité devait être disponible en avril 2010. Ce nouveau projet d’infrastructure, associé à d’autres mesures correctives en amont, pourrait permettre de retrouver les conditions du début du XXe siècle antérieures au drainage.

b) Impacts de l’expansion urbaine et agricole adjacente

L’État partie signale que l’expansion agricole et urbaine sur les terres les plus basses le long de la dorsale côtière atlantique a intensifié les demandes de protection contre les inondations, ce qui a entraîné un drainage important dans les zones humides de l’est du bien. Les progrès signalés vis-à-vis des mesures correctives portant sur cette menace sont les suivants :

- Terminer le projet C-111 South Dade et le projet C-111 Spreader Canal et revoir les opérations de gestion de l’eau pour maintenir un niveau des eaux plus élevé au sein de Taylor Slough :l’État partie signale que l’ensemble des éléments du projet South Dade original a été réalisé en 2009 mais qu’il n’a engendré que des améliorations limitées dans le maintien d’un niveau des eaux plus élevé dans les marécages. Un nouveau rapport technique a recommandé une expansion de la zone de détention C-111 vers le nord afin d’établir une jonction avec des éléments du projet Modified Water Deliveries, ce qui conduirait les flux de mitigation à s’écouler vers le sud. Ces travaux devraient être achevés en 2014. En plus des éléments susmentionnés, le projet C-111 Spreader Canal Phase 1 prévoit de développer des zones de détention similaires et autres structures de contrôle des infiltrations pour maintenir le niveau des eaux élevé dans le sud de Taylor Slough (dont l’achèvement est prévu pour mi-2012).

L’État partie précise en conclusion que quelques impacts préjudiciables involontaires, notamment augmentation de la teneur en éléments nutritifs, teneur en phosphore élevée et invasions de poissons allogènes, ont été associés au projet C-111 South Dade et qu’une meilleure gestion devrait minimiser ces impacts dans les nouvelles zones de détention. L’État partie note que, tandis que les projets susmentionnés sont une première étape nécessaire, la restauration d’entrées d’eau substantiellement plus conséquentes dans Taylor Slough grâce à la nouvelle proposition de projet d’amélioration du Tamiami Trail sera nécessaire pour rétablir les conditions écologiques naturelles.

c) Augmentation de la pollution en raison d’activités agricoles en amont

L’État partie précise que plus de 16 200 ha de zones humides du bien affichent des signes d’eutrophisation, y compris une réduction de la teneur en oxygène dissous, des pertes de communautés d’algues, des pertes d’habitat de prairie de marne, une réduction de l’habitat halieutique productif et la disparition des terrains de pêche des échassiers, et que l’étendue des zones humides affectées augmente et compromet la structure et la fonction de l’écosystème aquatique du bien.Les progrès signalés vis-à-vis des mesures correctives portant sur cette menace sont les suivants :

- Se conformer à l’accord conclu dans l’affaire United States v. South Florida Water Management District en réduisant davantage le phosphore à sa source et en construisant des aires supplémentaires de traitement des eaux pluviales :l’État partie signale que l’accord, qui en est dans sa 19ème année d’application, a permis d’obtenir de considérables avancements avec une réduction de 44% de la teneur totale de phosphore entrant sur le bien. Toutefois, l’État partie note que de récentes entrées d’eau le long du Tamiami Trail en 2008 et 2009, bien que n’excédant pas la limite de phosphore à long terme, atteignent actuellement cette limite, ce qui suggère que d’autres améliorations de la qualité de l’eau sont nécessaires. L’État partie est en train d’évaluer ces options, notamment contrôles supplémentaires des sources et augmentation des aires de traitement des eaux pluviales, mais estime que 8 à 10 années supplémentaires seront nécessaires pour que ces mesures soient mises en œuvre.

d) Protection et gestion de la baie de Floride

L’État partie signale que, pour l’instant, la baie de Floride reste sous tension en raison de conditions hypersalines persistantes, proliférations périodiques d’algues et dépérissement de graminées marines. La plupart de ces problèmes ont pour origine une diminution des entrées d’eau douce et les conditions de productivité nécessaires pour maintenir les communautés de poissons d’estuaires. Cela a entraîné une réduction significative des communautés d’échassiers et d’oiseaux de rivage. Les progrès signalés vis-à-vis des mesures correctives portant sur cette menace sont les suivants :

- Terminer la construction du projet C-111 South Dade et du projet C-111 Spreader Canal Phase 1 afin de réduire les pertes par infiltration et accroître les écoulements vers les bassins orientaux du bien : le projet C-111 South Dade et le projet C-111 Spreader Canal Phase 1 ont été élaborés dans l’optique de créer une chaîne d’eau souterraine presque continue le long de la limite est de Taylor Slough pour retenir l’eau dans ce bassin versant et rediriger le flux vers le centre de la baie de Floride. L’État partie est d’avis qu’à l’avenir il sera important de se concentrer sur l’augmentation du volume d’eau douce apportée, ainsi que sur sa qualité et son rythme, et que des entrées substantielles dans Northeast Shar River Slough seront nécessaires pour restaurer les entrées d’eau douce dans la baie, réduire la salinité et restaurer l’écosystème de l’estuaire. L’État partie précise que le projet d’étude de faisabilité de la baie de Floride a été suspendu et devrait être relancé dans la mesure où les projets susmentionnés progressent, afin d’évaluer l’efficacité cumulée des efforts de restauration envisagés et toute amélioration supplémentaire nécessaire pour restaurer la baie.

e) Évaluation de vulnérabilité au changement climatique et à l’augmentation du niveau de la mer

L’État partie considère que la restauration de l’écosystème des Everglades est la meilleure manière de garantir que la résistance du bien au changement climatique. Le rapport signale que le parc national des Everglades a entrepris des activités de recherche et suivi afin de gérer la plupart des espèces et communautés identifiées à risque en raison du changement climatique, et qu’il examine des options de simulation et d’aide à la décision pour appliquer une gestion adaptive intégrée, basée sur la science, aux problèmes de changement climatique et d’augmentation du niveau de la mer auxquels le bien est confronté. La restauration des flux d’eau douce historiques peut être un outil d’adaptation au changement climatique, apportant l’eau douce nécessaire pour compenser (du moins en partie) l’ingression de l’eau salée en raison de l’augmentation du niveau de la mer. L’État partie conclut qu’en maintenant les habitats d’eau douce le plus longtemps possible, les espèces ont ainsi le temps nécessaire de s’adapter peu à peu.

f) Liste du patrimoine mondial en péril

L’État partie rappelle que le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 1993 en raison des dégâts de l’ouragan Andrew, de baisses substantielles des entrées d’eau sur le bien et de la détérioration de son écosystème due à près de cinquante ans de fonctionnement du projet Central and South Florida, associé à une détérioration de la qualité de l’eau engendrée par l’urbanisation et l’agriculture. Alors que le Comité du patrimoine mondial a décidé de retirer le bien de cette Liste en 2007 grâce aux efforts de restauration entrepris pour le parc et son écosystème en général, l’État partie estime que ces objectifs n’ont pas pleinement été appliqués ni mis en œuvre et que les objectifs de restauration, visant une amélioration de la quantité et de la qualité de l’eau, n’ont pas été atteints. L’État partie indique que sans la mise en œuvre des projets de restauration envisagés pour les Everglades, le bien continuera de subir une perte irréversible de ses valeurs et de son intégrité.

L’État partie fait savoir que les indicateurs écologiques clés ont continué de se détériorer. Le nombre d’échassiers ne représente que 5 à 10% de la population observée au début du XXe siècle et la prolifération des algues a entraîné la mortalité d’espèces des estuaires, notamment graminées marines, éponges et coraux, et dégrade les habitats d’importantes espèces marines telles que la crevette rose. Qui plus est, les populations de grands prédateurs déclinent, notamment celle du crocodile américain menacé.

En conséquence de la dégradation continue du bien, mise en évidence par un suivi des indicateurs écologiques clés, les États-Unis recommande au Comité du patrimoine mondial d’envisager d’inscrire de nouveau le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril pour un bref laps de temps jusqu’à ce que les mesures correctives visant à améliorer la quantité d’eau et les flux soient mises en œuvre, et pour donner à l’État partie la possibilité de surveiller la réponse biologique afin de déterminer si l’écosystème du bien répond de manière positive à ces mesures. Dans le cadre de ce processus, l’État partie demande une mission conjointe UICN/Centre du patrimoine mondial pour évaluer l’état de conservation du bien en 2010, et pour aider le National Park Service et ses partenaires à élaborer un état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN apprécient l'initiative de l’État partie de demandant au Comité du patrimoine mondial d’envisager une réinscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Ils partagent l’analyse de l’État partie sur le fait que les menaces qui pèsent sur le bien restent graves, et rappellent le point de vue de l’UICN, exprimé lors de la réunion du Comité du patrimoine mondial en 2007, pour laquelle le bien reste véritablement menacé et peut perdre les valeurs pour lesquelles il a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial. Tandis que certains progrès ont été accomplis vis-à-vis des neuf mesures correctives originales préconisées par le Comité, certaines d’entre elles n’ont pas été mises en œuvre à ce jour, comme le reconnaît l’État partie.

Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN conviennent avec l’État partie que les neuf mesures correctives actuelles sont insuffisantes pour garantir la restauration et préservation à long terme de l’écosystème aquatique des Everglades, comme l’a montré la hausse limitée du niveau des eaux en conséquence de l’application de certaines de ces mesures correctives. Ils accueillent également favorablement la proposition de l’État partie d’envisager la faisabilité d’un nouveau pont sur le Tamiami Trail afin de permettre à l’eau libre de s’écouler sous la route, et de restaurer les volumes et cheminements historiques de l’eau à travers le bien, garantissant ainsi la fonction de l’écosystème à long terme. Ils estiment que la mise en œuvre de ces projets est essentielle pour garantir la restauration et la préservation de la valeur universelle exceptionnelle du bien. Par conséquent, ils prient instamment l’État partie de finaliser l’étude de faisabilité pour la construction d’un nouveau pont sur le Tamiami Trail, ainsi que les projets de mesures correctives complémentaires en amont, et de relancer l’étude de faisabilité envisagée pour la baie de Floride. Des copies de ces études de faisabilité et projets devront être remises au Centre du patrimoine mondial dès qu’ils seront disponibles.

En ce qui concerne la menace de changement climatique et d’augmentation du niveau de la mer, le Centre du patrimoine mondial et l’UICN adhèrent au point de vue de l’État partie, à savoir que la restauration efficace de l’écosystème aquatique des Everglades serait la meilleure façon d’atténuer ces menaces. En conséquence, la mise en œuvre d’un projet de restauration étendu est essentielle non seulement pour aider à restaurer la valeur universelle exceptionnelle du bien mais également pour le préserver à moyen et long termes.

En outre, le Centre du patrimoine mondial a demandé à l'Etat partie de le tenir informé de tous les impacts de la fuite de pétrole au golfe du Mexique qui a débuté en avril 2010. Le Centre du patrimoine mondial informera le Comité du patrimoine mondial en conséquence.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 34 COM 7B.29

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7B,

2. Rappelant la décision 32 COM 7B.30, adoptée à sa 32e session (Québec, 2008),

3. Note avec inquiétude que l'écosystème aquatique du bien continue de se détériorer et apprécie l'initiative de l'Etat partie demandant à ce que le Comité du patrimoine mondial envisage une réinscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril ;

4. Décide d'inscrire le Parc national des Everglades (Etats-Unis d'Amérique) sur la Liste du patrimoine mondial en péril ;

5. Accueille favorablement la proposition de l'Etat partie d'examiner la faisabilité d'un nouveau pont sur le Tamiami Trail dont la construction, si elle est réalisée, devrait restaurer les volumes et cheminements historiques de l'eau à travers le bien et garantir la fonction de l'écosystème à long terme ;

6. Encourage l'Etat partie à finaliser l'étude de faisabilité pour la construction d'un nouveau pont sur le Tamiami Trail, ainsi que les projets de mesures correctives complémentaires en amont, et de relancer l'étude de faisabilité envisagée pour la baie de Floride dès que possible, et demande à l'Etat partie de soumettre des copies de ces documents au Centre du patrimoine mondial ;

7. Considère que la stratégie la plus efficace pour préserver l'écosystème aquatique des Everglades face au changement climatique et à l'augmentation du niveau de la mer est la mise en œuvre rapide des projets de restauration supplémentaires proposés, tels que susmentionnés;

8. Demande également à l'Etat partie d'inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN pour évaluer l'Etat de conservation du bien, aider à l'élaboration d'un Etat de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril et revoir les mesures correctives actuelles selon les besoins ;

9. Demande en outre à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2011, un rapport détaillé sur l'Etat de conservation, incluant des informations sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des projets de restauration supplémentaires et des avancements réalisés pour atteindre l'Etat de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011.

Décision adoptée: 34 COM 8C.1

Le Comité du patrimoine mondial, 

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'Etat de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial (WHC-10/34.COM/7B, WHC-10/34.COM/7B.Add, WHC-10/34.COM/7B.Add.2 et WHC-10/34.COM/7B.Add.3) et des propositions d'inscription sur la Liste du patrimoine mondial (WHC-10/34.COM/8B et WHC-10/34.COM/8B.Add),

2. Décide d'inscrire les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :