1.         Bam et son paysage culturel (Iran (République islamique d')) (C 1208bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2004

Critères  (ii)(iii)(iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril   2004-2013

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

a) Conservation d’Arg-e-Bam et autres éléments du patrimoine culturel situés à l’intérieur du bien du patrimoine mondial ;

b) Réalisation des études scientifiques nécessaires pour la reconnaissance, l’enregistrement et la protection légale des biens ayant une valeur historique, culturelle et naturelle dans la zone du paysage culturel, et définition des limites de protection autour de chacun des biens situés dans la zone ;

c) Mise en œuvre du plan de gestion ;

d) Compréhension et définition précises des limites extérieures des zones de patrimoine entourant le bien ;

e) Sécurisation appropriée des zones de patrimoine situées à l’intérieur du bien du patrimoine mondial en plus de l’Arg-e-Bam.

Mesures correctives identifiées

a) Stabilisation et protection de la citadelle de Bam (Arg-e-Bam) et autres éléments significatifs du patrimoine culturel à l’intérieur du bien du patrimoine mondial :

- en stabilisant les parties inférieures et supérieures de la citadelle,

- en enlevant et documentant les débris ;

b) Réalisation des études scientifiques nécessaires pour la reconnaissance, l’enregistrement et la protection légale des biens ayant une valeur historique, culturelle et naturelle dans la zone du paysage culturel, et définition des limites de protection autour de chacun des biens situés dans la zone ;

c) Mise en œuvre du plan de gestion par :

- son approbation à la réunion finale des parties prenantes ;

- son adoption légale fin 2007 ;

d) Définition précise des limites extérieures des zones de patrimoine entourant le bien après cartographie archéologique et géomorphologique de Bam et de son paysage culturel ;

e) Sécurisation adéquate des zones du patrimoine situées à l’intérieur du bien du patrimoine mondial en plus d’Arg-e-Bam par un nombre accru de gardes et de véhicules.

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

2010

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1208/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2004-2004)
Montant total approuvé : 50 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1208/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 568 000 dollars EU (2004-2007) provenant du fonds-en-dépôt UNESCO-Japon ; 300 000 dollars EUR (2005-2008) provenant du fonds-en-dépôt UNESCO-Italie ; 20 000 dollars EUR (2004) provenant du fonds-en-dépôt italien de la Banque mondiale.

Missions de suivi antérieures

Depuis janvier 2004 : plusieurs missions UNESCO.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1208/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2010

En réponse aux décisions prises par le Comité du patrimoine mondial en 2009 (décision 33 COM 7A.22), l’État partie a soumis, le 29 janvier 2010, un rapport exhaustif sur les activités entreprises à Bam et son paysage culturel, un dossier de proposition d’inscription actualisé et une proposition de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle. Le rapport était accompagné d’une lettre contenant de nouveaux éléments d’information sur l’état de conservation du bien.

 

La mise à jour du dossier de proposition d’inscription avait été demandée par le Comité du patrimoine mondial pour être sûr qu’il soit complet, suite à l’inscription du bien en 2004 conformément à la procédure d’urgence. Le texte contenu dans le dossier original ne concernait qu’une petite partie du bien actuellement classé - la Citadelle. Suite à une recommandation de l’ICOMOS, le Comité du patrimoine mondial a ultérieurement décidé d’inscrire une zone beaucoup plus vaste, allant jusqu’inclure l’ensemble du paysage culturel de Bam. D’où la nécessité pour l’État partie de mettre à jour et de compléter les documents de proposition d’inscription avec les informations relatives à cette extension du bien. C’est maintenant chose faite.

 

Quant aux mesures correctives identifiées par le Comité du patrimoine mondial, l’État partie note ce qui suit :

 

a) Des progrès ont été réalisés en 2009 concernant la conservation d’urgence, la stabilisation générale et la restauration du secteur de l’Arg-e-Bam. Ces travaux qui étaient concentrés sur les zones restantes dans l’enceinte de la Citadelle, dont la stabilisation d’urgence afin d’éviter tout autre effondrement structurel, l’élimination des débris, la conservation et la reconstruction.

b) Les vestiges archéologiques découverts lors des opérations de déblaiement ont été conservés et documentés.

c) En janvier 2010, le Conseil supérieur iranien de l’Architecture et de l’Urbanisme a approuvé le plan de gestion globale de Bam et son paysage culturel en annexe au plan directeur urbain spécial existant pour la ville de Bam. Ce plan a été mis en place sur une période de cinq ans, avec l’aide du fonds-en-dépôt UNESCO-Japon et le Bureau régional de l’UNESCO à Téhéran.

d) En ce qui concerne la définition précise des limites de protection du bien, et suite à l’approbation par le Comité du patrimoine mondial d’une extension de sa zone tampon en 2007, des études archéologiques et des relevés du paysage culturel ont été effectués. Les planches d’illustration définitives sont en préparation.

e) Comme indiqué en 2009, les mesures prises pour sauvegarder le bien incluent la mise en place d’un service de sécurité composé de 11 gardes permanents, équipés de véhicules, qui est opérationnel depuis 2007.

 

En 2009, l’État partie s’attendait à des difficultés pour appliquer les mesures correctives approuvées par le Comité du patrimoine mondial d’ici à 2010, mais n’a pas proposé d’autre alternative. Le rapport de 2010, soumis par l’État partie, n’apporte aucune nouvelle clarification sur ce point.

 

Enfin, le Bureau de l’UNESCO à Téhéran après une mission à Bam en février 2010 au titre des projets des fonds-en-dépôt, a attiré l’attention sur certains chantiers de démolition et empiètements à l’intérieur du bien qui semblent ne pas être conformes aux contrôles de planification et pourraient avoir un impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien. 

 

Bien qu’il soit évident que la réhabilitation de Bam et son paysage culturel nécessitera encore plus de temps et de soutien, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives constatent que la plupart des mesures correctives identifiées, si ce n’est la totalité, ont été mises en œuvre ou sont en cours grâce à l’aide financière provenant des fonds-en-dépôt japonais et italien. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives observent que c’est le premier plan de gestion du patrimoine mondial iranien élaboré selon une approche participative.

 

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives estiment par conséquent qu’il serait justifié d’organiser fin 2010 une mission de suivi réactif sur le bien pour faire le point sur l’état de conservation actuel, y compris les démolitions et l’empiètement à l’intérieur du bien, et de vérifier si l’état de conservation souhaité est atteint. Dans l’affirmative, le Comité du patrimoine mondial pourrait envisager le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril en 2011. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 34 COM 7A.24

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7A,

2. Rappelant la décision 33 COM 7A.22, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Note avec satisfaction la mobilisation et les efforts déterminés de l'Etat partie, avec l'appui de la communauté internationale, pour mettre en œuvre les mesures correctives pour la conservation du bien ;

4. Note également la soumission d'un dossier de proposition d'inscription actualisé le 29 janvier 2010, basé sur la délimitation du bien approuvée dans la décision 31 COM 8B.59 ;

5. Encourage la communauté internationale à continuer de soutenir les travaux de conservation importants sur le bien en termes d'expertise technique et de financement ;

6. Demande également à l'Etat partie d'inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS sur le bien en 2010, afin de faire le point sur l'Etat de conservation actuel, y compris les démolitions et l'empiètement à l'intérieur du bien, mais aussi de vérifier si l'Etat de conservation souhaité est atteint, de manière à envisager, dans l'affirmative, le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril à sa 35e session en 2011 ;

7. Demande aussi à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial un rapport sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des mesures correctives, d'ici le 1er février 2011, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011 ;

8.  Décide de maintenir Bam et son paysage culturel (République islamique d'Iran) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 34 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'Etat de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-10/34.COM/7A, WHC-10/34.COM/7A.Add, et WHC-10/34.COM/7A.Add.2),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :