1.         Assour (Qal'at Cherqat) (Iraq) (C 1130)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2003

Critères  (iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2003-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Mesures correctives identifiées

a) déplacement ou annulation du projet de barrage ;

b) excavations d’urgence et mesures de protection contre les infiltrations ;

c) établissement d’une unité locale de gestion sur le site ;

d) préparation et mise en œuvre d’un plan de conservation et de gestion ;

e) protection et consolidation des structures fragiles en briques de terre.

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1130/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2003-2003)
Montant total approuvé : 50 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1130/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 6.000 dollars EU provenant du fonds-en-dépôt italien.

Missions de suivi antérieures

Novembre 2002 : mission UNESCO pour le projet du barrage de Makhoul.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) inondation partielle et infiltrations dues à un projet de construction de barrage ;

b) structures fragiles en briques de terre ;

c) absence de plan général de conservation et de gestion.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/1130/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2010

L’État partie a soumis le 21 janvier 2010 un rapport succinct qui donne peu d’informations sur l’état de conservation du bien.

Le rapport indique que les bâtiments qui abritent le siège de l’administration de la Ville et le Département des Antiquités du district de Cherqat ont été construits à l’extérieur de la zone archéologique. Il informe aussi que des appels d’offres ont été préparés et que les fonds nécessaires ont été alloués pour commencer la mise en œuvre d’un projet visant à protéger la partie orientale du bien de la montée des eaux du Tigre, comme demandé par le Comité du patrimoine mondial. Le rapport note aussi que le projet de barrage de Makhoul n’a pas été annulé.

Selon le rapport de l’État partie, le suivi régulier du bien indique que son état de conservation général est satisfaisant, tandis que les travaux d’entretien essentiels ont été identifiés. Toutefois, étant donné la pénurie financière et l’état de conservation des autres sites irakiens qui ont des besoins plus importants, ces travaux paraissent improbables. Cependant, l’État partie espère que les travaux d’entretien à la Porte de Tabira et les travaux de conservation dans la partie orientale de la ville, seront achevés en 2010.

Le rapport de l’État partie note que les plans d’entretien annuel et les estimations sont en place pour les travaux de rénovation et de conservation, mais que leur exécution est suspendue faute d’avoir les allocations suffisantes, lesquelles sont allouées aux sites en plus mauvais état qu’Assour. 

Enfin, compte tenu des dommages subis par les antiquités irakiennes et de la menace persistante du projet de construction du barrage de Makhoul mentionné dans les rapports précédents, le rapport de l’État partie demande au Comité du patrimoine mondial de maintenir le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Le rapport souligne aussi que le bien requiert une assistance internationale et demande à cet effet des visites d’experts sur le terrain, des ateliers sur la conservation des structures en terre et en briques, et sur la gestion de site, et formule l’espoir que des subventions puissent être accordées pour soutenir les efforts gouvernementaux.

L’État partie a participé à l’exercice des Rapports périodiques et a soumis une Déclaration de valeur universelle exceptionnelle incomplète pour Assour le 13 janvier 2010, qui a été retournée pour révision. Cependant, l’État partie n’a pas fourni le plan requis indiquant la délimitation du bien requis. 

La mission précédemment demandée par le Comité du patrimoine mondial n’a pas pu se faire en raison de la situation générale à l’intérieur du pays et de la complexité des impératifs de sécurité et des moyens logistiques. Le rapport invite cependant l’ICOMOS à dépêcher une mission sur place pour évaluer la situation et estimer les besoins. 

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives recommandent vivement l’envoi d’une mission de suivi réactif, aussi rapidement que possible, dans la mesure où et quand les conditions de sécurité seront garanties.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives saluent les efforts de l’État partie pour améliorer la conservation du site, mais sont préoccupés par l’insuffisance de soutien disponible pour assurer l’entretien et les mesures de conservation nécessaires. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 34 COM 7A.18

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7A,

2. Rappelant la décision 33 COM 7A.16, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Félicite l'Etat partie de ses efforts pour protéger la partie orientale du bien de la montée des eaux du Tigre et recommande que les travaux soient entrepris dès que possible;

4. Demande à l'Etat partie d'exécuter les travaux d'entretien et de conservation nécessaires afin d'éviter des dommages ultérieurs;

5. Encourage l'Etat partie, si la situation le permet, à mettre en œuvre les mesures correctives préalablement identifiées:

a) Déplacement ou annulation du projet de barrage,

b) Mesures de protection contre les infiltrations,

c) Préparation et mise en œuvre d'un plan de conservation et de gestion,

d) Protection et consolidation des structures fragiles en terre.

6. Encourage aussi l'Etat partie à présenter une requête d'assistance internationale pour la conservation du bien;

7. Réitère sa demande à l'Etat partie d'élaborer, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, une proposition d'Etat de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, de compléter la Déclaration de valeur universelle exceptionnelle pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011, et de fournir également une carte détaillée des limites du bien;

8. Fait appel à la communauté internationale pour assister l'Etat partie, par tous les moyens possibles, dans la protection de ce bien;

9. Demande également à l'Etat partie, si les conditions le permettent, d'inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS à Assour pour évaluer l'Etat de conservation du bien;

10. Demande en outre à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2011, un rapport actualisé pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011;

11.  Décide de maintenir Assour (Qal'at Cherqat) (Iraq) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 34 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Faisant suite à l'examen des rapports sur l'Etat de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC-10/34.COM/7A, WHC-10/34.COM/7A.Add, et WHC-10/34.COM/7A.Add.2),

2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :