1.         Brasilia (Brésil) (C 445)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1987

Critères  (i)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/445/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1997-2000)
Montant total approuvé : 42 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page http://whc.unesco.org/fr/list/445/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Novembre 2001 : mission conjointe Centre de patrimoine mondial/ICOMOS 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Pression urbaine susceptible d’incidence sur le plan d’urbanisme original (Plano Piloto) qui avait justifié l’inscription sur la Liste du patrimoine mondial ;

b) Absence de plan directeur.

Matériel d’illustration  voir page http://whc.unesco.org/fr/list/445/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

L’Etat partie a soumis le 1er février 2011 un rapport sur l’état de conservation du bien qui n’aborde que partiellement les questions soulevées dans les décisions antérieures du Comité du patrimoine mondial.

L’Etat partie indique que 2010 a été une année atypique pour la ville qui a connu une crise politique grave, qui s’est achevée par la démission du gouverneur du district fédéral et son remplacement par deux autres gouverneurs qui se sont succédés en très peu de temps. La crise politique a provoqué d’importants retards dans la mise en œuvre des projets et un recentrage des priorités qui ne répondait pas nécessairement aux besoins du bien. Un nouveau gouvernement est entré en fonctions le 1er janvier 2011 et de nouvelles discussions et négociations sont prévues pour poursuivre la mise en œuvre des projets engagés avant la crise.

L’État partie n’a pas soumis le projet de Déclaration rétrospective de Valeur universelle exceptionnelle dans le cadre de l’exercice du Rapport périodique.

a) Plan de développement territorial du district fédéral

Un Plan de développement territorial du district fédéral (PDOT) a été approuvé ; il constitue le principal outil pour guider la prise de décision en matière de développement urbain.

Le plan de préservation de l’ensemble urbain de Brasilia, qui est un élément du PDOT, continue d’être mis en œuvre et la zone protégée est en cours d’évaluation pour déterminer les problèmes qui touchent ses différentes composantes. Aucune indication n’est donnée quant à la possibilité que cela débouche sur un plan de conservation.

b) Zone tampon

Les études sur la zone tampon se poursuivent et apparemment un projet d’ordonnance devrait être rédigé d’ici juin 2011 pour déterminer les utilisations, les densités et les volumes, afin que le cadre visuel du bien inscrit soit protégé. La carte fournie dans le rapport indique les zones où la construction est limitée afin de protéger la visibilité de l’horizon de Brasilia.

c) Routes W3 et VLT- véhicules légers sur rails

L’Etat partie indique que le projet de revitalisation de la rue W a été arrêté et qu’aucune nouvelle spécification n’a été rédigée, bien qu’une présentation à l’Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico Nacional (IPHAN) soit prévue d’ici la fin juin 2011. En ce qui concerne le projet de véhicules légers sur rails, il a été également suspendu, du fait qu’aucun projet de spécification n’a été soumis ; de plus amples études devraient être demandées par le nouveau gouvernement.

d) Projet Orla

Ce projet est indiqué comme rencontrant des problèmes, mais sans préciser de quoi il s’agit. L’Etat partie signale qu’une réunion est prévue avec le nouveau Secrétaire au logement et au développement, mais aucun détail n’est donné sur la nature ou les objectifs de cette réunion. Des informations supplémentaires reçues indiquent que la privatisation se poursuit le long de la rive du lac Paranoa, ce qui va à l’encontre du projet Costa selon lequel la zone devrait être accessible à tout le monde. De plus, la construction d’immeubles de trois étages continue et les problèmes de déversement des eaux usées dans le lac Paranoa n’ont toujours pas été traités.

e) Réglementation de la zone commerciale locale Sud

L’Etat partie indique que le délai pour la régularisation a été prorogé jusqu’au 30 avril 2011. Compte tenu des changements intervenus au bureau du district fédéral et dans les bureaux administratifs du plan pilote, il est prévu que de nouvelles sessions de négociation avec les deux gouvernements aient lieu avant de pouvoir poursuivre le processus de régularisation. Néanmoins, il a aussi été indiqué par les ONG que la loi complémentaire n°766/2008 adoptée est remise en question par des procureurs et que les agrandissements dans les espaces verts ont continué.

f) Interventions sur des immeubles

Des travaux de conservation et de restauration se poursuivent sur la cathédrale, la façade du théâtre national Claudio Santoro et le Panthéon de la liberté, tandis que les travaux sur le palais présidentiel ont été achevés. Aucune information technique n’est fournie par l’Etat partie.

g) Vila Planalto

L’Etat partie indique que le plan d’action de revitalisation n’est pas mis en œuvre et que des limites précises n’ont pas encore été définies pour identifier la zone de protection. Bien que la zone conserve ses caractéristiques de base, d’importants changements sont intervenus depuis juin 2010, avec une élévation des immeubles par la construction d’un troisième étage, ce qui a altéré le caractère de la place des Trois pouvoirs. Ces problèmes nécessitent de nouvelles négociations avec le gouvernement du district fédéral.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

En conclusion, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives prennent note que les récents projets dans le bien auraient un impact négatif sur sa Valeur universelle exceptionnelle et en conséquence recommandent que le Comité du patrimoine mondial exprime sa préoccupation. De plus, la mise en œuvre de mesures importantes axées spécifiquement sur la préservation de la Valeur universelle exceptionnelle du bien a été interrompue ; il faut donc qu’elle reprenne le plus tôt possible. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent que le manque d’informations précises et de lignes d’action claires pour la conservation et le développement pourraient constituer une menace pour la valeur universelle exceptionnelle du bien. Il n’y a en outre aucune preuve de la mise en œuvre des recommandations de la mission de 2001 ; une mission de suivi réactif est par conséquent recommandée pour évaluer la situation actuelle du bien.

Décision adoptée: 35 COM 7B.121

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 34 COM 7B.106, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3. Regrette que l'Etat partie n'ait pas soumis la Déclaration rétrospective de valeur universelle exceptionnelle et demande à l'Etat partie de la soumettre au Centre du patrimoine mondial;

4. Prend note des informations fournies par l'Etat partie et le prie instamment d'engager les négociations et les processus d'évaluation nécessaires pour la définition et la mise en œuvre des outils de planification et des mesures réglementaires visant à assurer la protection du bien;

5. Encourage l'Etat partie à poursuivre la mise en œuvre du processus de régularisation de la zone commerciale locale sud, avec le plan de revitalisation de Vila Planalto et le contrôle et l'application de la réglementation le long des rives du lac Paranoa pour assurer la protection des caractéristiques qui confèrent au bien sa valeur universelle exceptionnelle;

6. Demande également à l'Etat partie de finaliser l'établissement de la zone tampon, y compris les mesures réglementaires correspondantes pour contrôler et réglementer les aménagements futurs, et de les soumettre au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives pour examen;

7. Réitère sa demande, conformément au paragraphe 172 des Orientations, de soumettre, dès qu'elles seront disponibles, des informations détaillées et des études techniques sur les interventions prévues, en prêtant une attention spéciale à l'occupation des sols, aux réseaux de transport et aux nouvelles interventions urbaines, pour considération et examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives avant approbation et mise en œuvre;

8. Demande en outre à l'Etat partie d'inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS qui évaluera les dispositions actuelles en matière de gestion ainsi que l'état d'avancement des projets en instance et des activités non réglementées, et aidera à élaborer des lignes d'action appropriées pour la conservation et la mise en valeur du bien;

9. Demande par ailleurs à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2012, un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des mesures ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012.